02/12/2016

Placebo sera à l’affiche des Ardentes !

Placebo2 (c) libre de droits.jpg

La première tête d’affiche des Ardentes est connue. Déjà présent en bord de Meuse en 2014, le groupe de rock Placebo s’y produira à nouveau le samedi 8 juillet 2017. Une nouvelle qui ravira les nombreux fans de Brian Molko et cie, d’autant qu’ils proposeront cette fois un concert axé sur leurs morceaux les plus connus.

« La première fois qu’ils sont venus, ils venaient de sortir un nouvel album », se souvient Fabrice Lamproye, le responsable de la programmation. « Certains spectateurs ont dès lors regretté qu’ils n’aient pas joué plus d’anciens tubes. En revanche, leur tournée actuelle a été organisée dans le cadre de leurs vingt ans de carrière. Ils n’auront pas de nouveau disque à défendre et pourront se concentrer sur leurs morceaux emblématiques.  »

Vers un dimanche plus ‘Grand public’

S’il est évidemment trop tôt pour émettre des conclusions sur la programmation, cette première annonce a de quoi surprendre. L’an dernier, les organisateurs avaient en effet clamé haut et fort leur volonté de se tourner résolument vers les musiques urbaines. Or, le nom de Placebo suscitera avant tout l’enthousiasme des amateurs de guitares. « Que les fans de rap se rassurent », sourit Fabrice Lamproye. « Nous annoncerons très prochainement la venue d’un artiste qui devrait les ravir. Nous ne leur tournons donc pas le dos, bien au contraire. Mais les autres genres musicaux continueront eux aussi à être bien représentés. Je peux d’ailleurs déjà vous dire que la programmation du dimanche sera à nouveau plus Trans-générationnelle, à l’instar de ce qu’elle proposait lors des premières éditions. »

Les Ardentes1 (c) libre de droits.jpg

Bye, bye, Halles des Foires !

La venue de Placebo n’est pas la seule surprise que les organisateurs des Ardentes réservent à leurs habitués. Le festival a en effet décidé de quitter les Halles des Foires de Coronmeuse pour se dérouler entièrement en extérieur. Souvent décriée pour son acoustique capricieuse, la salle HF6 fera cette année place à une toute nouvelle scène aménagée sur le parking de l’ancienne patinoire, là où un village foot avait été installé l’été dernier. Une autre scène plus petite prendra quant à elle ses quartiers dans la cour Fil, en lieu et place de l’Aquarium.

« Ces nouveaux aménagements ont été décidés pour plusieurs raisons », explique Fabrice Lamproye. « Même si plusieurs groupes ont prouvé qu’il était tout à fait possible de proposer un excellent son dans les Halles, force est de constater qu’elles posaient problème pour certains ingénieurs du son. Les scènes extérieures résoudront cela, tout en permettant au festival de s’étendre sur une plus grande superficie. La scène devant la patinoire pourra en effet accueillir 8000 spectateurs, contre 6000 dans le HF6. Ceci dit, la capacité entière restera limitée à 20 000 personnes par jour, comme lors de l’édition 2016. Le site sera donc plus aéré et plus agréable à arpenter. Le prix des billets restera lui aussi identique, avec notamment une promotion qui permet d’acquérir les premiers pass 4 jours pour seulement 95 euros. » Voilà une idée originale pour les Saint-Nicolas en manque d’inspiration.

 > Les Ardentes 2017, du 6 au 9 juillet sur la plaine du Parc Astrid.
 > Des billets pour la journée du 8 juillet avec Placebo sont en vente depuis vendredi pour 55 euros. Les 2000 premiers pass 4 jours sont disponibles pour 95 euros. Passé ce quota, ils coûteront 120 euros.
 > Préventes à la Fnac, au MediaMarkt, à Belle-Île et sur www.lesardentes.be

Trois fois plus de concerts en plein air, mais des horaires aménagés

On se souvient du témoignage d’Alberte Vanderlinden, une septuagénaire liégeoise qui s’était plainte l’été dernier d’avoir eu le sommeil troublé par le concert d’Indochine. Elle et les autres riverains de Coronmeuse peuvent être rassurés : les horaires des Ardentes seront adaptés à la nouvelle configuration du site. Lors des éditions précédentes, tous les concerts en extérieur se terminaient au plus tard à 2h du matin. Ce sera désormais le cas pour le festival dans son ensemble, puisqu’il n’y aura plus de soirées électro qui prendront le relais dans les salles.

Les Ardentes2 (c) libre de droits.jpg

01/12/2016

Les parents rockeurs invitent leurs bambins au Reflektor

Chilly Pom Pom Pee1 (c) Nathalie Carlier.JPG

Tous les parents vous le diront : il n’y a rien de plus beau que de partager sa passion avec ses enfants. Qu’il s’agisse d’un sport, d’une activité culturelle ou d’une forme d’expression artistique, voir leur yeux s’illuminer en découvrant ce qui fait battre votre cœur n’a pas de prix. C’est ce que le Reflektor proposera ce dimanche aux mordus de rock et à leurs petits bouts. Avec le spectacle « La Fabuleuse et Authentique Histoire du Rock », cinquante années de musique du Diable leur seront racontées en musique par le groupe liégeois Chilly Pom Pom Pee.
 
« La première version du spectacle était destiné aux adolescents », se souvient Christophe Stefanski, le batteur de la bande. « Nous l’avions créé en collaboration avec les Jeunesses Musicales et l’avons présenté plus de 150 fois dans les écoles de la région. C’est alors qu’est venue l’idée de l’adapter pour les enfants de 5 à 12 ans environ. Nous avons fait appel à la metteuse en scène Romina Pace, qui nous a aidés à trouver le ton adéquat pour ce public particulier. Avec elle, nous avons imaginé une histoire qui sert de fil rouge. Elle nous permet d’évoquer les groupes et les moments majeurs de l’histoire du rock. »

Chilly Pom Pom Pee2 (c) Nathalie Carlier.JPG

Une expérience qui se prolonge à la maison
 
Si le spectacle cartonne maintenant depuis de longues années, c’est parce que les « Chilly » ont eu la bonne idée de ne prendre ni les enfants, ni leurs parents pour des idiots. A l’instar des films d’animation de Pixar, « La Fabuleuse et Authentique Histoire du Rock », regorge d’allusions à plusieurs niveaux de lecture, qui feront passer un bon moment aux plus petits comme aux plus grands. Le répertoire choisi y est bien sûr aussi pour beaucoup. D’Elvis Presley aux White Stripes en passant par les Stones, les Sex Pistols et Nirvana, on peut dire qu’il envoie du lourd, avec des morceaux hyper-rythmés et parfaitement reproduits. « La plupart du temps, les enfants connaissent déjà la majorité des chansons que nous jouons », observe Christophe Stefanski. « Ils ont par contre un peu plus de mal à savoir dans quel ordre elles ont vu le jour. Le spectacle nous permet de leur expliquer tout cela de manière ludique, avec quelques anecdotes pour leur permettre de comprendre le climat de l’époque. Généralement, la dizaine de morceaux sélectionnés leur plait tellement qu’ils demandent à leurs parents de leur en faire écouter davantage une fois rentrés à la maison. »
 
Dimanche en fin d’après-midi, quelques vieux vinyles vont sans doute ressortir de leurs caisses en carton.
 
 > La Fabuleuse et Authentique Histoire du Rock, le 4 décembre à 14h au Reflektor.
 > Billets (8 euros) disponibles au Reflektor et sur www.reflektor.be
 
Crédit photo : Nathalie Carlier 
 

29/11/2016

Transardentes : le festival va faire peau neuve

Transardentes1 (c) libre de droits.jpg

De nombreux clubbers commençaient à se faire du souci. Organisé au mois de janvier depuis 2008, le festival électro Les Transardentes n’avait pas encore donné signe de vie pour sa dixième édition. Aucune annonce au niveau de l’affiche, aucune mise à jour sur le site internet ou la page Facebook de l’évènement… autant d’éléments qui permettaient de se poser des questions sur sa survie. « Les Transardentes 2017 auront bien lieu », nous a rassuré Jean-Yves Reumont, l’attaché de presse du festival. « Mais pour des raisons de disponibilité des têtes d’affiches que nous convoitons, nous avons décidé de l’organiser plus tard dans l’année. La date exacte et le lieu ne sont pas encore confirmés, nous devons peaufiner les derniers détails. Une annonce à ce sujet aura lieu dans les prochaines semaines. » Ouf ! On en connait qui vont pouvoir souffler.