19/11/2014

Beverly Jo Scott tombe sous le charme du Trocadero

BJ Scott2 (c) Catt Sirten.jpgAux Etats-Unis, on dit que les filles du Sud sont les plus coriaces. Si l’on en croit la légende, elles sont drillées dès leur plus jeune âge pour être à la fois fortes et gracieuses. L’affirmation est évidemment impossible à vérifier, mais quand on sait que Beverly Jo Scott fait partie du lot, on se prend soudainement à y croire. Sensible et touchante, la plus belge des chanteuses américaines possède aussi une personnalité de dure à cuire qui lui a permis d’affirmer sa singularité. Entretien avec celle qui sera le 25 novembre au Trocadero pour présenter « Swamp Cabaret », son dernier album en date.

C’est lors d’un concert de son ancien poulain Renato Bennardo que la doyenne des jurés de The Voice a découvert la jolie salle de spectacle de la rue Lulay des Fèbvres. D’emblée, la chanteuse est tombée sous le charme de ce lieu emblématique de la cité ardente. « Je ne connaissais pas cet endroit auparavant, je l’ai découvert il y a un an pratiquement jour pour jour. C‘est un lieu comme je les aime, avec une âme et une histoire. Il appartient à la même famille depuis plus de cinquante ans, ils veillent dessus de père en fils et mettent tout en œuvre pour faire subsister l’esprit des origines. J’ai immédiatement demandé si je pourrais m’y produire moi aussi. J’ai été accueillie à bras ouvert, je suis très heureuse de pouvoir y proposer mon nouveau spectacle. »

En duo virtuel avec des musiciens américains

BJ Scott1 (c) Catt Sirten.jpgCe concert à Liège sera l’occasion pour « BJ » de présenter « Swamp Cabaret », son sixième album studio. Un disque baigné de soul, de blues, de gospel et de rock dans lequel elle se livre comme jamais, évoquant des thèmes aussi personnels que sa jeunesse en Alabama, sa première fugue à l’âge de 17 ans ou encore le décès de son frère, emporté par le cancer il y a peu. « L’album est un aller-retour permanent entre ma ville natale et la Belgique, qui est un peu devenue ma deuxième patrie », explique-t-elle. « Ces deux régions du monde font partie de moi, je ne pourrais me passer ni de l’une, ni de l’autre. Le spectacle sera l’occasion de proposer des duos virtuels avec des musiciens américains dont la prestation sera projetée sur un écran géant. Il y aura aussi quelques surprises, mais ne comptez pas sur moi pour vendre la mèche ! » A voir le joli sourire qu’elle affiche en prononçant ces mots, on se dit que la « Lady »  a encore et toujours plus d’un tour dans son sac.

 

  • Beverly Jo Scott, le 25/11 (20h) au Trocadero.
  • Infos et réservations au 04 223 34 44 ou via www.trocadero-liege.net

Photos :  Catt Sirten

 

18/11/2014

"Ladies @ The Movies" (Kinepolis): les Liégeoises folles de "50 Nuances de Grey"

Fifty-Shades-of-Grey-2014-Movie-Picture-02.jpg

En février prochain sortira sur nos écrans le film évènement « 50 Nuances de Grey ». Le Kinepolis a décidé de surfer sur la vague du succès annoncé en optant pour le thème de sa « Ladies @ The Movies ». Et l’engouement des Liégeoises est tel que plusieurs séances ont été ajoutées sur les deux jours. En tout, c’est plus de 2.200 filles qui sont attendues dans les travées du complexe cinématographique les 11 et 12 février prochains. En attendant certainement l’ouverture d’un troisième jour le vendredi 13.

Il n’aura fallu que quelques heures pour que la grande salle affiche complet malgré ses 700 places disponibles. Et à l’heure actuelle, le Kinepolis a déjà ouvert trois salles supplémentaires réparties sur deux jours. Toutes les places disponibles ayant trouvé acquéreuses, les responsables du Kinepolis envisageaient hier l’ouverture de deux nouvelles salles, un troisième jour : le vendredi 13 février.

Tous les premiers mercredis du mois depuis près de dix ans, une séance de cinéma est exclusivement réservée aux filles dans les complexes Kinepolis. A Liège, où l’on ne fait pas les choses comme tout le monde, la « Ladies » est carrément devenue une institution. Le film est précédé d’un spectacle de deux heures avec diverses animations réservées à la gent féminine.

DU JAMAIS VU EN 10 ANS

Mais l’engouement pour l'édition de février où le film « 50 Nuances de Grey » est programmé en avant-première dépasse cette fois tout ce que le Kinepolis a connu jusqu’ici. On se souvient qu’à l’époque déjà, une vague féminine avait déferlé sur le cinéma lors de ces « Ladies » à l’occasion de la sortie du film « Sex and The City ». « Nous avions accueilli plus de 1.000 filles en une seule soirée », se souvient-on du côté du Kinepolis. « Mais cette fois, c’est vraiment de la folie. Nous n’avions jamais connu ça auparavant. Les places étaient en vente depuis quelques heures la semaine dernière que tout était déjà complet ! » Et en à peine deux jours, les quatre salles affichaient « sold out ». « Nous recevons encore des appels et des demandes toutes les heures. Nous attendons juste le feu vert de la direction nationale afin d’ouvrir deux séances supplémentaires le vendredi 13 février. » Ce qui ne devrait tarder.

Notons encore mesdemoiselles, qu’il vous en coûtera 19,95 euros pour assister à cette séance spéciale en avant-première. Les animations et les nombreux cadeaux étant cette fois prévus avant mais aussi après la séance de cinéma.

> Infos: www.kinepolis.be

14/11/2014

L’Escalier fête son anniversaire avec style

The Arrogants1 (c) libre de droits.jpgLes années passent, mais l’Escalier ne change pas. Ouvert depuis plus de vingt ans, le célèbre café-club liégeois demeure encore et toujours le nec plus ultra pour les amateurs de musique live. Pour célébrer son 22ème anniversaire, l’établissement de la rue Saint-Jean-en-Isle a décidé de ne pas faire les choses à moitié. Six jours de fête, de concerts et de DJ-sets… on a connu jubilé plus morose.

Un premier constat s’impose lorsqu’on consulte le menu proposé pour l’anniversaire de « l’Esca » : du hip hop au métal en passant par l’électro, le rock et la pop anglo-saxonne… de nombreux styles musicaux seront représentés. Une nouvelle preuve de l’esprit d’ouverture qui y règne, mais aussi de l’enthousiasme des liégeois à l’égard des soirées et des concerts, tout genre musical confondu. « Nous souhaitions effectivement mettre en valeur notre éclectisme », sourit Freddo Rinné, le propriétaire de l’établissement. « Notre café-concert prône la diversité depuis toujours, nous essayons d’accueillir les artistes dans les meilleures conditions, quel que soit leur style de prédilection. C’est d’autant plus le cas dorénavant, puisque nous avons acquis un nouveau jeu de lumières pour l’éclairage de la scène et que nous avons installé un nouveau plafond pour améliorer l’acoustique de la salle. Pour la petite histoire, il s’agit de l’ancien plafond acoustique de la Soundstation, que nous avons pu récupérer avant que l’endroit ne fasse l’objet de travaux pour devenir un immeuble de logements pour étudiants. »

Demandez l’programme !

Colors Dead Bleed1 (c) libre de droits.jpgLes festivités débuteront ce mardi avec une soirée hip hop organisée par Under The Bridge, un des nombreux collectifs à proposer régulièrement des évènements à l’Escalier. Le lendemain, place au rock et à l’électro avec une soirée DJ et le concert de Lonely Duck Fuck, un groupe principautaire proposant des reprises de grands titres rock des années ’80 et ’90. Jeudi, c’est le concept électro Telefunk qui prendra possession des lieux, avec un live des allemands d’Aroma Pitch et des DJ-sets de Dardenne, Larson et Sonny Palmer. Le rock et l’électro seront à nouveau à l’honneur le vendredi lors d’une soirée où on pourra entendre quelques-uns des grands morceaux qui ont marqué les 22 ans de l’Escalier, tandis que le samedi, on pourra assister à un concert des lillois de The Arrogants (photo) puis à une soirée 60’s-mod animée par DJ Sir Faulker, Dynamic Eric, Fred Bodysway et Défi Chris. Le dimanche 23, enfin, cette semaine complètement folle s’achèvera dans le bruit et la fureur avec les groupes de métal Colors Dead Bleed (photo), God Left Paradise, Stone Leek, Evening Call et Death By Nature. Les murs du Carré en tremblent déjà.

 > Les 22 ans de l’Escalier, du 18 au 23 novembre.
 > Tous les évènements sont gratuits, sauf la soirée Telefunk du jeudi et les concerts du samedi et du dimanche (5 euros). La soirée 60’s-mod qui suivra le concert du samedi sera également libre d’accès.

 

Nos rubriques