22/07/2016

Le Micro Festival continue à faire recette

Micro Festival2 (c) libre de droits.jpg

De tous les festivals d’été, c’est le préféré des puristes. Le plus ‘old school’ aussi. Au Micro Festival, on oublie les sponsors omniprésents, les groupes à la mode et la démesure des grands-messes musicales telles qu’on les connaît aujourd’hui. Une seule scène, un cadre intimiste et un maximum de découvertes, tels sont les ingrédients du festival concocté par le collectif JauneOrange.

Cette formule à l’ancienne n’empêche pourtant pas l’évènement de cartonner chaque année. Les six éditions précédentes affichaient ainsi toutes systématiquement complet, et ce malgré l’ajout d’une deuxième journée depuis l’édition 2012. Un succès qui se confirme encore cette année, puisque les dernières places seront probablement elles aussi vendues dans les derniers jours précédant l’évènement. La preuve qu’avec une atmosphère conviviale et quelques curiosités bien senties, on parvient encore à faire recette.

Cette année comme lors des quatre éditions précédentes, le festival débutera dès le vendredi. On pourra voir à l’œuvre huit formations originaires de Belgique, des Pays-Bas, des Etats-Unis, d’Algérie, du Japon et même de Corée du Sud. Dans ce programme qui fera la part belle aux envolées psychédéliques, on pointera notamment la venue du californien Morgan Delt, qui propose un rock planant qui devrait ravir tous les fans de Tame Impala et de Pink Floyd. Cette journée d’ouverture s’achèvera au son de Goat, un quatuor japonais qui privilégie lui aussi les boucles hypnotiques et les progressions lentes, pour un résultat franchement jubilatoire.

Micro Festival1 (c) libre de droits.jpg

Foire du disque vinyle et chaises musicales le dimanche

Le lendemain, les concerts et les DJ’s se succèderont sans temps mort entre 13h et 3h du matin. Parmi les quelques 18 shows proposés, notons celui des anglais de The KVB, celui de l’excellent batteur-soliste américain Mike Kuhn alias Nah ou encore celui des français de Forever Pavot, sans doute la plus belle attraction de cette septième édition du « Micro ». Peu de noms ronflants, on le concède, mais autant de promesses de se prendre une claque en découvrant des artistes qui sortent des sentiers battus sans pour autant oublier le public en chemin.

Le dimanche 7 août, enfin, le week-end s’achèvera avec une foire du disque vinyle puis un tournoi international de chaise musicale qui verra les enfants et les adultes s’affronter dans des concours séparés. Avec un week-end pareil dans les pattes, on ne serait pas étonnés de voir les aînés ridiculisés par les plus jeunes.

 > Le Micro Festival, du 05 au 07/08 à l’Espace 251 Nord (251, rue Vivegnis à 4000 Liège).
 > Tarifs des préventes : 12 euros pour le 05/08, 14 euros pour le 06/08, 19 euros pour les deux. Entrée gratuite pour les moins de 12 ans. L’accès à la Foire du vinyle et au tournoi de chaise musicale est gratuit.
 > Préventes disponibles jusqu’au 04/08 à l’Usine, chez Wattitude, chez Livre aux trésors et via www.microfestival.be

14/07/2016

« Baïlando » : le tube de l’été ultime fête ses 20 ans

Paradisio - Patrick Samoy et Shelby Diaz1 (c) libre de droits.jpg

C’est l’histoire du plus gros tube international jamais écrit par un auteur liégeois. En 1996, alors qu’il n’a encore que 25 ans, le DJ principautaire Patrick Samoy imagine la mélodie de « Baïlando », un hymne estival qui a bouleversé sa vie. 20 ans plus tard, le nom du groupe Paradisio et de son titre-phare figurent encore en bonne place sur toutes les compilations des plus grands tubes de l’été.

« J’ai directement senti que cette chanson avait du potentiel », se souvient celui qui a également fait partie du célèbre duo The Unity Mixers. « Comme la Belgique ne représentait pas grand-chose au niveau de la musique à l’époque, j’ai donc décidé d’aller tourner son clip vidéo à Miami, pour lui donner une envergure internationale. C’est là que j’ai eu l’idée de demander à ma chanteuse de l’époque de porter une perruque turquoise. Je n’avais encore jamais vu ça auparavant mais dans la boîte de nuit de Prince où nous nous sommes rendus pendant notre voyage, toutes les serveuses en portaient. » Une idée toute simple, mais qui a façonné l’identité visuelle de la chanson. Bingo.

Paradisio - pochette.jpg

Une rengaine qui revient tous les ans

Titre à la fois dansant et hyper-efficace, « Baïlando » a rapidement traversé les frontières, permettant à son auteur de voyager à travers le monde pour en assurer la promotion. France, Italie, Danemark, Finlande, Norvège, Suède et même le Mexique et les Etats-Unis, la chanson a connu un succès retentissant à l’échelon planétaire. « Au départ, le grand public ne savait pas qu’elle avait été composée par un petit belge », sourit Patrick Samoy. « Comme les paroles sont en espagnol, beaucoup de gens pensaient qu’elle venait d’Amérique Latine. C’est sans doute en partie pour ça qu’elle a aussi bien fonctionné. Elle a un côté ensoleillé et jovial qui plait à tout le monde. C’est sans doute aussi pour ça qu’elle a rencontré un aussi grand succès en Scandinavie. Là-bas, il fait si souvent froid que dès que l’été pointe le bout du nez, les gens se précipitent en extérieur pour faire la fête. »

Tous les ans, Patrick Samoy peut compter sur les DJ’s de campings et les animateurs de bals de village pour relancer le morceau pendant quelques semaines… et ainsi alimenter régulièrement le tiroir-caisse. Pendant estival du « Last Christmas » de Wham!, « Baïlando » fait partie de ces chansons saisonnières qui remontent systématiquement au classement des titres les plus écoutés en juillet et en août. Cette année, le titre pourra en outre s’appuyer sur la parution d’un album « Greatest Hits » de Paradisio pour relancer la machine. « La chanson aura tout pile 20 ans au mois d’août », explique Patrick Samoy. « Publier ce ‘best of’ me permet de marquer le coup, tout en rappelant au grand public que Paradisio a aussi eu quelques succès par la suite. Pour l’occasion, ma nouvelle chanteuse Shelby Diaz et moi avons retravaillé le titre 'Vamos a la Playa' pour le remettre au goût du jour. Nous espérons qu’il fera fureur dans les boîtes de nuit cet été. » Entre « Baïlando » et cette nouvelle version du fameux tube de Miranda, les « Bronzés » vont pouvoir s'en donner à cœur joie.    

13/07/2016

Portrait du Liégeois Pierre Ligot: "Monsieur" 4 millions de vues sur internet

Image1.jpgGrâce à ses désormais célèbres vidéos sur les expressions liégeoises, le comédien liégeois Pierre Ligot a dépassé les 4 millions de vues sur internet. Un véritable buzz inattendu pour cet autodidacte qui aspire désormais à réaliser ses rêves sur scène. Nous l’avons rencontré.

Si son nom ne vous dit rien, vous êtes certainement déjà tombés sur ses vidéos sur You Tube ou Facebook. Avec les capsules « Ce que disent les Liégeois » dédiées aux expressions liégeoises, Pierre Ligot est sorti de l’ombre. Pourtant, ce jeune comédien de 38 ans n’est pas le premier venu et dispose d’un beau CV. « J’ai suivi le Cours Florent à Paris pendant trois ans. J’y ai vécu pendant six ans et j’ai même été nommé aux récompenses des Jacques en 2004 devant 600 élèves. » De retour à Liège en 2008, il intègre comme comédien la troupe du Théâtre Arlequin. A l’affiche de trois spectacles durant l’année, il décide alors de consacrer son temps libre à la réalisation. « Je suis un véritable autodidacte passionné de cinéma. Je m’occupe de tout, de la réalisation au montage. » Très vite, il cherche une idée originale pour des capsules destinées au net. « L’idée de ces expressions m’est venue des USA où ce genres de capsules est fréquent. La culture liégeoise regorge de perles et d’expressions qui nous caractérisent. J’avais envie de mettre ma ville et notre patrimoine à l’honneur »

S’opère alors un véritable travail titanesque de recherche. « J’y ai mis tout le monde. Mes parents, la famille, les amis. Ce sont eux mon premier public. C’est un jeu amusant que je vous conseille. Nous y avons passé des soirées entières. » Très vite, le premier épisode rencontre son public sur les différents réseaux sociaux avec plus d’un million de vues. « C’était déjà de la folie ! Les gens me reconnaissaient dans la rue et venaient me féliciter. J’avoue que ce succès m’a ouvert des portes. » Des Frères Taloche, en passant par Renaud Rutten, Patrick Alen et même Willy Demeyer, ils sont nombreux à être venu y faire une apparition. Dernièrement, la page Facebook « Les perles rares de Belgique » a rediffusé le troisième épisode avec plus de 850.000 vues en quelques jours. « Au total, nous venons de dépasser les 4 millions de vues. Incroyable ! »

Désormais, Pierre Ligot rêve de poursuivre cette belle aventure sur les planches, son lieu de prédilection. « J’ai obtenu les droits et monte actuellement le spectacle « Une promenade de santé » écrit par Nicolas Bedos. Je l’ai rencontré par hasard un jour à Paris et depuis, nous sommes restés en contact. » Un spectacle que Pierre Ligot produit, met en scène et dans lequel il joue également. « Une promenade de santé » sera bientôt à voir à la rentrée en rodage au théâtre de La Courte Echelle avant une tournée prévue en 2017. Un autre rêve que notre comédien nourrit est celui de tourner un jour avec son idole. « Je rêve de tourner avec Bouli Lanners. Je n’ai pas encore eu l’occasion de le rencontrer. » L’invitation est lancée.

Un 4e épisode pour la rentrée !

Fort du succès du troisième et dernier épisode de « Ce que disent les Liégeois », Pierre Ligot vient de terminer l’écriture du quatrième volet. « Ce n’était pas prévue, mais il y avait une réelle demande du public. Je me suis également rendu compte qu’il y avait encore de la matière. » Peut-on encore s’attendre à quelques invités surprises ? « Je suis actuellement en contact avec plusieurs Liégeois et Liégeoises bien connues. Surprise ! » Le tournage devrait débuter fin août. La sortie de ce 4e épisode étant prévue pour la rentrée. En marge de ces capsules, Pierre Ligot écrit, réalise et tourne également la mini-série « Au Bureau ». Un duo avec Renaud Rutten 100% original sorti de l’imaginaire de notre comédien et réalisateur en herbe.

 

Nos rubriques