Les premières têtes d’affiche des Ardentes révélées pendant les Transardentes

50 Cent4 (c) libre de droits.jpgMinuit pile aux Transardentes : l’ambiance monte d’un cran. Dans une Sphere Room déjà chauffée à blanc par les prestations des DJ’s, le public découvre en avant-première les noms des premiers artistes appelés à se produire aux Ardentes cet été. Les noms de Caravan Palace, Joker, Brigitte, Death in Vegas, Marilyn Manson et 50 Cent défilent tour à tour sur l’écran géant placé derrière la scène. De tous, ce sont évidemment les deux derniers qui suscitent le plus de commentaires. « Ca n’a pas été simple  de garder le secret jusqu’au bout », confie Fabrice Lamproye, un des responsables de l’évènement. « Pour éviter les fuites, je n’ai même pas donné les noms à mes enfants. » L’effet de surprise est en tout cas réussi.

Un an après Snoop Dogg, les Ardentes accueilleront donc une autre figure marquante du rap américain en la personne de 50 Cent. L’auteur des tubes planétaires « In Da Club », « Candy Shop » et « Ayo Technology » traîne derrière lui une réputation sulfureuse. Ancien dealer dans la banlieue New Yorkaise, il s’est fait pas mal d’ennemis en critiquant ouvertement ses collègues rappeurs dans des textes particulièrement violents. Mais ce garçon charismatique et doté d’un sens des affaires inouï est aussi un dur à cuir. Victime d’une fusillade en mai 2000, il n’a eu besoin que de 13 jours à l’hôpital pour se remettre des neufs balles éparpillées dans son corps bodybuildé.  

Marilyn Manson est quant à lui un tout autre oiseau. Un corbeau, plus précisément. Celui qui a dynamité la scène rock américaine avec son look effrayant et ses textes provocateurs est avant tout un artiste total. Peintre à ses heures, il conçoit son aspect extérieur comme partie intégrante de son œuvre. Même ses plus féroces détracteurs ne peuvent nier la qualité des concerts-spectacles dans lesquels il se met lui-même en scène. Il sera aux Ardentes pour présenter « Born Vilain », un huitième album studio dont le premier single éponyme est un éloge au sadisme et à la perversion. Eloignez les enfants du poste.

Commentaires

  • "Eloignez les enfants du poste" pour M.M. c'est sûr que d'écouter des textes d'un "ancien dealer de la banlieue New Yorkaise, qui s’est fait pas mal d’ennemis en critiquant ouvertement ses collègues rappeurs dans des textes particulièrement violents" est une meilleur option ;)

Les commentaires sont fermés.