27/06/2012

La Route des saveurs porte bien son nom

(c) Goldo - ardentes1400.jpgC’est un élément-clé du succès des Ardentes. Chaque année, La Route des saveurs séduit les festivaliers par la richesse et la qualité des produits qui y sont proposés.

Le coup de génie des organisateurs aura été d’y inviter un grand nombre d’artisans de la région. Outre l’esprit festif caractéristique de la cité ardente, ils apportent un large panel de produits frais à découvrir. « C’est chouette que le festival propose d’autres choses que les traditionnelles frites et pitas », s’exclame Barbara Massin, qui sera présente pour la deuxième année consécutive à Coronmeuse. « Fabrice Lamproye est un grand amateur de notre boulangerie de la rue Saint-Gilles. C’est lui qui nous a encouragés à vendre nos produits sur le festival. Nous y proposons un stand sucré avec des gaufres aux fruits, des pâtisseries et des crêpes et un autre avec plusieurs préparations à base de pomme de terre. Le premier stand attire surtout les plus jeunes. Les enfants des organisateurs faisaient d’ailleurs partie de nos habitués l’an dernier ! Dans le deuxième, nous tenons avant tout à rassasier nos clients. Chaque portion coûte environ 5 euros et avec ça, les festivaliers doivent bénéficier d’un repas complet. »

Des mamas italiennes aux fourneaux

La bonne bouffe, c’est aussi le cheval de bataille de Fabian Galante, qui gère pas moins de quatre échoppes sur le site des Ardentes. Importateur de vins italiens durant l’année, ce trentenaire bon-teint propose des produits confectionnés en direct par sa maman et sa tante, deux authentiques mamas italiennes. « Elles préparent tout dans mon entrepôt de Saint-Nicolas », explique celui qui passe les quatre jours du festival à faire des trajets pour apporter des produits frais sur le site. « Même si nos granitas, nos carrés de pizza et nos cornets de pâtes sont vendus en grosse quantité, nous tâchons de tout cuisiner comme pour un dîner à la maison. Depuis l’an dernier, je tiens également un stand plus chic dans le village des artisans. Il est possible de s’y asseoir tranquillement pour boire du vin et pour déguster des crêpes salées ou des pâtes aux truffes. On y attire une clientèle plus âgée et un peu plus huppée que sur La Route des saveurs. Marka, Bouli Lanners et Luciano D’Onofrio s’y sont par exemple déjà arrêtés. » Après avoir goûté le Montepulciano l’année dernière, on se dit que ces trois-là sont décidément des hommes de goût.

Crédit photo : Goldo

Les commentaires sont fermés.

 

Nos rubriques