• L’agenda démentiel de Piano Club

    Piano Club1 (c) Gilles Dewalque.jpgDans la fable de Jean de La Fontaine, ils seraient à la fois la cigale et la fourmi. Les membres de Piano Club ont en effet chanté tout l’été, mais on ne peut pourtant pas dire qu’ils aient chômé. Dans la foulée de la sortie de « Colore », leur excellent deuxième album, les liégeois ont multiplié les présences en festivals au cours des mois écoulés. Leur leader Anthony Sinatra a néanmoins pris le temps d’évoquer avec nous cette période menée tambour battant.

    « C’est vrai qu’on a pas eu le temps de s’ennuyer », sourit celui qui officie aussi au sein de Hollywood Porn Stars. « Nous nous sommes d’abord produits au Belzik et aux Nuits du Botanique, puis nous avons enchaîné avec la plupart des gros évènements du genre en Wallonie et à Bruxelles. Ceci dit, les mois à venir s’annoncent tout aussi chargés pour nous. ‘Colore’ sortira bientôt à l’étranger et une tournée qui passera par la France et la Suisse est d’ores et déjà programmée. Nous avons aussi prévu une série de dates en salle à la rentrée. C’est bien simple, depuis le mois d’avril, il ne se passe pas une semaine sans qu’on ne se produise en concert. »

    Piano Club5 (c) libre de droits.jpgUne tempête et une marée humaine en points d’orgue

    Notamment programmés aux Ardentes, à Dour et au Brussels Summer Festival, Piano Club s’est distingué dans les évènements les plus prestigieux. C’est pourtant leur passage au plus modeste BlueBird Festival de Perwez qui laissera le souvenir le plus marquant à Anthony : « A la fin de notre concert, une violente tempête s’est abattue sur le site. Nous venions de jouer notre dernière note quand nous nous sommes aperçus que notre matériel menaçait de s’envoler. Les organisateurs sont immédiatement intervenus pour nous aider à tout ranger, quelques spectateurs nous ont même donné un coup de main. Nous nous en sommes finalement tirés avec une grosse frayeur. En ce qui concerne l’ambiance, nous n’oublierons pas de sitôt notre concert lors de la soirée de clôture du Brussels Summer Festival. Nous avons joué juste avant Puggy, devant plus de 10 000 personnes. Nous n’avions encore jamais vu pareille marée humaine. » Vu la qualité de leurs prestations, les liégeois feraient bien de s’habituer à jouer devant de grosses assistances.

    • Piano Club, « Colore », disponible chez les disquaires et sur les plateformes de téléchargement.
    • Le groupe se produira le 14/09 sur la place Saint-Lambert dans le cadre des fêtes de Wallonie à Liège, le 28/09 à l’Atelier rock de Huy et le 16/11 au centre culturel de Welkenraedt.

     

  • Le Cadran annonce sa grille de rentrée

    Le Cadran (c) Samuel Szepetiuk.jpgOn ne change pas une formule gagnante, mais on peut l’affiner. A l’instar des grandes chaînes de télé, l’équipe du Cadran a dévoilé sa grille de rentrée pour les derniers mois de l’année civile. On y retrouve une série d’évènements qui ont déjà fait leurs preuves, mais aussi quelques nouveaux concepts et des têtes d’affiche prestigieuses.

    Inauguré en grandes pompes en décembre dernier, le Cadran peut jusqu’ici s’enorgueillir d’un excellent bilan. Plus de 50 000 personnes ont d’ores et déjà franchi les portes de ce lieu dédié au clubbing et aux évènements d’entreprises en plein cœur de Liège. Parmi eux, quelques invités prestigieux comme le DJ français Etienne De Crecy et l’anglais Daddy G de Massive Attack. Au moment de présenter les rendez-vous programmés à partir de septembre, son équipe artistique est revenue sur ces premiers temps forts, mais aussi sur les enseignements tirés au cours des six premiers mois : « On s’est rendu compte que le public appréciait les évènements récurrents. Même si nous restons ouverts aux propositions plus ponctuelles, nous avons privilégié les concepts qui se déclinent sur le long terme, comme les soirées Super Fly qui se déroulent tous les premiers samedis du mois ou nos afterworks organisés tous les jeudis. Nous veillerons également à cibler différents publics : les nostalgiques de la Chapelle avec les soirées 80’s Underground Clubbing, les trentenaires avec les God Save the 90’s et les amateurs d’électro plus pointue avec les concepts 100% Pure et Folie Douce. Enfin, deux nouveaux types d’évènements sont venus s’ajouter au menu : des afterworks business qui seront organisés tous les premiers jeudis du mois et les soirées Biergarten, qui recréent l’atmosphère de la Fête de la Bière à Munich. Des festivités du genre existent déjà à New York et à Londres, où elles rencontrent un franc succès. »

    Cassius1 (c) libre de droits.jpgCassius et Front 242 en DJ-set

    Qui dit grille de rentrée dit aussi têtes d’affiches prestigieuses. A ce niveau-là aussi, l’équipe du Cadran a mis le paquet en annonçant la venue de Cassius en DJ-set le 23 novembre et de Front 242 lors de la prochaine soirée 80’s Underground Clubbing qui aura lieu le 21 septembre. « D’autres grands noms seront bientôt confirmés pour notre premier anniversaire en décembre prochain », nous a également confié Bastien Braconnier, le responsable de la communication. A voir son petit sourire, on imagine que le Cadran a encore vu les choses en grand.

  • « J&Joy » lance ses chaussures

    J&Joy - Chaussure 2013 -Homme Lacet Vintage haute Daim.jpg

    La désormais célèbre marque liégeoise « J&Joy », que tout le monde connaît pour ses polos aux cols relevés et aux couleurs flashy, ne cesse de grandir et d’agrémenter ses collections. Depuis quelques jours, Pierre Hamblenne et son équipe proposent désormais leurs propres chaussures à l’effigie de la marque. Un nouveau produit à découvrir dans leur nouveau magasin du centre-ville ainsi que dans tous les points de ventes habituels.

     

    « C’est un projet né il y a six mois », explique Pierre Hamblenne, le jeune fondateur de la marque au double J. « Avec l’arrivée de nos propres magasin et l’élargissement de notre collection, l’envie de développer une chaussure s’est imposée d’elle-même. » Il y a quelques mois, Pierre rencontrait le petit-fils du groupe belge Maniet, actif dans la chaussure depuis trois générations. « C’est lui qui m’a soumis l’idée pour la première fois. Je trouvais dangereux de se lancer seul dans un tel projet. Car le textile et la chaussure, ce sont deux métiers complètement différents. Nous ne voulions pas proposer un produit fragile qui ne répondrait pas aux normes de qualité que nous nous sommes fixées. Avec l’apport de savoir-faire de Maniet, nous sommes heureux de proposer à nos clients un vrai produit fini de haute qualité. » Concrètement, ce sont vingt modèles que « J&Joy » propose depuis quelques jours dans leur magasin du centre-ville à Liège mais également dans les différents points de ventes de la marque. « Dans un premier temps, ces chaussures s’adresseront aux hommes et aux petits garçons. A partir de janvier prochain, nous sortirons une gamme pour les femmes et les petites filles. » Une dizaine de coloris sont actuellement disponibles. Les prix varient entre 60 et 79 euros pour le haut de gamme. Elle monte, elle monte, la marque liégeoise.


     

    Deux nouveaux magasins: à Bruxelles et en France

     

    Il y a quelques mois, Pierre Hamblenne n’était pas peu fier d’ouvrir les portes de son premier magasin à Liège. Un premier « J&Joy Store » entièrement dévoué à sa marque et qui propose tous ses produits en exclusivité. Ce premier magasin aux couleurs de « J&Joy » a ouvert ses portes en mars dernier et se situe sur le Boulevard d’Avroy, en plein cœur du centre-ville de Liège et à quelques encablures du Carré. Samedi dernier, c’était au tour de Bruxelles de succomber au charme de la marque liégeoise avec l’ouverture d’un second magasin. Au même moment, un 3e ouvrait ses portes à Besançon en France. « Cela s’inscrit dans notre volonté de dépasser les frontières de la Belgique », conclu Pierre Hamblenne.