• Moladji ou la crème de la chanson française

    Moladji1 (c) libre de droits.jpgEn gaumais, le terme Moladji signifie turbulent ou insupportable. C’est aussi le nom d’une formation liégeoise qui endosse beaucoup mieux le premier qualificatif que le second. Le groupe s’est formé à l’initiative de David Ricci, un chanteur qui a connu son heure de gloire à l’aube des années ’90 au sein de Chamalow. C’est cette fois avec les musiciens Olivier Cox, David Mathy, François Petit et Rémi Rotsaert qu’il a décidé de mettre en chanson ses textes hyper-réalistes.

    Après un 5-titres publié en 2011 et quelques belles dates de concert, notamment en première partie de Gaëtan Roussel, le groupe a décidé de passer à la vitesse supérieure. Il publie aujourd’hui « Crème », un premier album produit par le liégeois Sacha Toorop, ami de longue date de David Ricci. «  C’est Fabrice Lamproye des Ardentes qui m’a donné l’idée de travailler avec lui », signale le chanteur à voix rauque. « Il nous connaît bien tous les deux et il s’est dit que nos univers se marieraient bien ensemble. Sacha n’avait encore jamais produit de disque auparavant, mais je trouve qu’il a réalisé un travail formidable. Il m’a notamment beaucoup fait progresser au niveau du chant. Au départ, c’était assez impressionnant de travailler avec quelqu’un qui maîtrise aussi bien sa voix. Mais il a su me mettre à l’aise en me donnant quelques tuyaux pour mieux poser la mienne. Nous avons aussi écouté attentivement ses conseils, notamment quand il nous a proposé de diminuer le volume des guitares pour mettre davantage les textes en valeur. »

    Moladji - pochette de l'album Crème.jpegDes mots crus qui plaisent aux dames

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que Monsieur Zop Hopop a vu juste. Car si la musique de Moladji séduit d’emblée, c’est principalement grâce aux textes que « Crème » sort du lot pour s’imposer comme une œuvre majeure. A la fois réalistes et touchants, ils permettent aux liégeois de proposer un disque de chanson française dans ce qu’elle a de plus noble. « Mes paroles divisent pourtant beaucoup », s’étonne David Ricci. « Certains apprécient le fait que je n’hésite pas à appeler un chat un chat, d’autres me disent que j’aborde des sujets trop graves pour une époque où les gens ont envie de légèreté. Curieusement, ce sont surtout les femmes qui me font le plus compliments à ce sujet. C’est à croire qu’elles sont plus capables que les hommes d’affronter le monde tel qu’il est. » Encore une fois, on se dit que le sexe fort n’est pas toujours celui qu’on croit.

    • Moladji - « Crème », disponible chez les disquaires et sur les plateformes de téléchargement.
    • En concert le 06/12 (20h) aux Ecuries de la Caserne Fonck (5 euros).
  • Reportage: le Shopping Cora fait peau neuve

    Cora.jpg

    Débutée en février dernier, la première partie des travaux réalisés au Shopping Cora à Rocourt est terminée. La clôture de la seconde partie étant prévue pour avril 2014, c’est 6.000 m² de surface commerciale qui ont déjà été ajoutés aujourd’hui au site ainsi qu’une dizaine de nouvelles boutiques. Le tout pour un total de plus de 8 millions d’euros d’investissement avec la création de 130 emplois. Nous avons visité les lieux ce week-end. Reportage.

    C’était la foule des grands jours ce samedi après-midi dans les allées du Shopping Cora. A l’approche des fêtes, c’est en famille que les Liégeois s’étaient déplacés en masse. Une fois arrivés sur les lieux, la circulation au sein du complexe et dense et il n’est pas facile de trouver une place de parking. Si une partie des travaux sont terminés, il reste néanmoins un chantier considérable à l’extérieur du site. Une partie du parking couvert est d’ailleurs condamnée pour cause de peinture. « Notre première préoccupation est l’accompagnement des clients », explique Gilbert Debes, le directeur du centre commercial. « Nous avons mis en place tout un système d’information et un habillage du chantier afin de minimiser les désagréments. Tout a été pensé afin de garantir le confort du client malgré les inconvénients engendrés par les travaux. » Une fois à l’intérieur, on découvre une véritable petite ville où chacun y trouve son compte. Avec ses nombreux jeux et le petit train qui parcoure ses travées, le centre commercial est aussi le paradis des enfants. Depuis octobre dernier, une partie des récents bâtiments est occupée par de nouveaux locataires. Parmi les grandes enseignes, on pointera le magasin « H&M » qui se présente désormais sur deux étages mais aussi et surtout le premier « Lunch Garden ». Egalement sur deux étages, ce dernier disposera dès le printemps prochain d’une grande terrasse surplombant le site. Ce qui en fera un des plus grands de Belgique. Et à partir du 19 décembre prochain, c’est le premier « Nike Factory Store » de la province de Liège qui verra le jour. Un magasin qui s’étalera sur 1.500 m² répartis sur deux étages. Le magasin Cora n’a pas été oublié dans ces aménagements. Des verrières ainsi qu’un tout nouveau carrelage ont été installés derrière les caisses. Une rénovation qui fait le bonheur des enseignes situées à l’entrée du magasin. Signalons encore que les travaux ont été interrompus et ne reprendront qu’à partir de début janvier. « Nous ne voulions pas interférer avec la période des fêtes de fin d’année », conclu le Directeur Gilbert Debes. Des travaux qui sont néanmoins terminés dans la zone ouest.

    Ce qu'en pensent les commerçants

    Georges Rizzo (La Taverne Chez Georges): "Une nouvelle clientèle potentielle"

    Présent juste devant les caisses du Cora depuis près de 40 ans, Georges Rizzo fait office de doyen avec la taverne qui porte son nom. Il connaît bien la question et son avis est tranché. « J’ai commencé comme garçon de salle et j’ai connu toutes les étapes de la gallérie depuis la création du Cora. A l’heure actuelle, je n’ai pas encore ressenti un plus significatif avec la réalisation de ces travaux. Notre clientèle est composée de 80% d’habitués. Des personnes d’un certain âge qui nous sont fidèles. Par contre, je reste persuadé que ces aménagements vont nous amener un nouveau potentiel au niveau de la clientèle à moyen terme. Pour l’instant, il manque des places de parking. Les clients en parlent et s’en plaignent régulièrement. Mais je suis plutôt optimiste pour l’avenir du Shopping. » Ne craint-il pas une concurrence déloyale avec l’arrivée des nouvelles enseignes, dont le nouveau « Lunch Garden » ? « Non, car ce sont deux concepts totalement différents. Ici, les clients sont servis à table. Et nous ne travaillons pas avec les mêmes produits. A l’heure actuelle, même s’il est un peut tôt, nous ne ressentons pas dans les chiffres l’arrivée de la nouvelle concurrence. »

    Richard Vignette (Fleuriste Nature et Fleurs): « Un mal pour un bien »

    Cela fait plus de 20 ans que Richard Vignette est présent dans la gallérie Cora avec son magasin. Le gérant du fleuriste « Nature et Fleurs » est plutôt optimiste et voit ces travaux comme une belle perspective d’avenir pour tous les commerces qui composent le Shopping Cora. « C’est un mal pour un bien. Il est vrai que c’est une vraie plus-value pour tous. Mais je vous avoue que nous devons supporter ces travaux. » Lui met singulièrement l’accent sur les travaux extérieurs. « C’est surtout une question de parking. C’est le thème qui revient en permanence dans la bouche de nos clients. Moi, ça ne me dérange pas. Mais eux en parlent. A partir du moment où ces travaux ne sont pas terminés, il est prématuré de tirer des conclusions. » Richard met également en avant la nécessité des ces aménagements. « Il était temps car on étouffait. Des commerces sont venus s’ajouter au fil du temps à Rocourt tout autour du Shopping. Il fallait réagir si nous voulions tenir la route et entrer de plein pied dans le 21e siècle. Nous nous étions endormis sur nos lauriers. Mais aujourd’hui, je suis très optimiste. Toutes ces nouveautés vont dans le bon sens. Nous sommes sur la bonne voie. »

  • Moladji célèbre son premier album avec un clip

    Après des mois d’attente, le premier album de Moladji est enfin dans les bacs. Baptisé « Crème », cet opus devrait ravir les amateurs de chanson française bien léchée, quelque part entre Alain Bashung et Mano Solo. Histoire de mettre toutes les chances de son côté, le groupe emmené par le charismatique David Ricci vient de se fendre d’un clip accompagnant « Tremble », sans conteste un des morceaux-phares de l’album. Prenez garde, cette mélodie risque de vous rester en tête pour la journée.

    MOLADJI - Tremble from NODIMAGES on Vimeo.