• Jazz, reggae et hip hop au menu des prochains festivals

    Paolo Conte2 (c) libre de droits.jpgIl n’y a pas que le rock et l’électro dans la vie. Régnant en maître sur la programmation des festivals musicaux, ces deux genres ultra-populaires laissent heureusement de temps en temps la place à d’autres styles que l’on a moins souvent l’occasion d’entendre. Ce sera notamment le cas prochainement avec les festivals Jazz à Liège et Back to the Roots, deux évènements qui feront la part belle à des musiques moins répandues.

    On ne présente évidemment plus le premier, une véritable institution qui connaîtra cette année sa 24ème édition. Organisé en collaboration avec l’équipe des Ardentes, Jazz à Liège proposera cette année deux invités de marque avec Paolo Conte et Thomas Dutronc. Ces deux authentiques têtes d’affiche ne doivent cependant pas éclipser le reste d’une programmation plus pointue, mais tout aussi passionnante. Parmi les artistes à ne pas manquer, on soulignera notamment le légendaire saxophoniste américain Archie Shepp, le duo formé par les deux monuments que sont Kenny Barron et Dave Holland ou encore la pétillante Cecil Mc Lorin Salvant, une chanteuse franco-américaine d’ores et déjà comparée à Billie Holiday et Ella Fitzgerald. Preuve du coup de maître réalisé par l’équipe de programmation, les pass pour les trois jours du festival et les billets pour la journée d’ouverture ont d’ores et déjà tous trouvé acquéreur. On ne saurait donc que trop vous conseiller de vous munir d’une prévente pour assister aux concerts du vendredi et du samedi.

    Hip hop et reggae pour 1 euro à peine

    Panache culture2 (c) libre de droits.jpgLe Back to the Roots festival connaîtra quant à lui sa toute première édition. Consacré au reggae et au hip hop, il a été mis en place par la Maison des Jeunes de Sclessin, qui est parvenue à réunir une jolie brochette de groupes et de DJ’s pour l’occasion. Les français Dragon Davy et Mr Toma se chargeront notamment du volet rouge-jaune-vert, tout comme les liégeois de Panache Culture. Rayon hip hop, on pointera entre autres la présence de l’Hexaler, d’Exodorap et du celèbre DJ liégeois Sonar. Ouvert à tous et particulièrement démocratique, l’évènement est déjà accessible pour 1 euro, l’organisation proposant aux visiteurs de s’acquitter d’un prix d’entrée plus important uniquement s’ils le souhaitent. Un joli geste qui méritait d’être souligné.

     > Festival Jazz à Liège, du 8 au 10/05 au Palais des Congrès. Billets 2 jours (vendredi 9 et samedi 10) : 50 euros + frais. 1 jour (vendredi 9 ou samedi 10) : 30 euros + frais. Préventes notamment disponibles à la Maison du Jazz, au Forum et sur www.sherpa.be.
     > Back to the Roots festival, le 10/05 à la salle du château de Sclessin. Entrée libre (minimum 1 euro).

  • Ce soir sur TF1: la Liégeoise Aissa dans l’émission « Qui veut épouser mon fils ? »

    Aissa 1.jpg

    La 3e saison de l’émission de télé-réalité intitulée « Qui veut épouser mon fils ? » débute ce soir à 23h30 sur TF1. Une émission de télé-réalité où les candidats se présentent accompagnés de leur mère dans le but de trouver l’amour. Vous avez déjà pu apercevoir les premières images hier soir sur Plug RTL. Parmi les prétendantes cette saison, on retrouve trois candidates belges dont une jolie Liégeoise en la personne de la sublime Aissa Coulbaly. Cette dernière tentera durant cette nouvelle saison de trouver l’amour. Pour cela, elle devra séduire mère et fils.

    Habitante de Bierset, Aissa est esthéticienne de formation et possède son propre salon de beauté « Pour Soi M’aime » du côté de Ans. Maman célibataire d’une petite fille de 6 ans, elle fêtera le 16 juillet prochain ses 30 ans. Une première expérience à la télévision pour cette liégeoise qui a été repérée par la production sur Facebook.

     

    Aissa 2.jpgAissa 3.jpgAissa 4.jpg

  • 8e Festival International du Film Policier de Liège: rencontres et interviews avec Francis Perrin et Henry Guybet

    Festival Film Guybet.jpgHier jeudi débutait la 8e édition du Festival International du Film Policier de Liège. L’occasion de partir à la rencontre des membres du jury et de leur président Francis Perrin.

    Comme chaque année, il y a du beau monde dans les travées du cinéma Palace et au centre-ville de Liège à l’occasion du Festival du Film Policier. Cette fois encore, le jury est composé de valeurs sures du grand écran dont notamment d’Henry Guybet, Mylène Demongeot, Bernard Le Coq, Firmine Richard, Pierre Simenon ou encore Fabrizio Rongione. Pour présider tout ce petit monde, c’est le comédien et acteur français Francis Perrin qui a été désigné président du jury. "Je vous avoue franchement que je ne m’y attendais pas", intervient ce dernier entre deux sollicitations. "J’avais justement trois journées de libre dans mon agenda. Et comme je suis un grand passionné de cinéma et de films policiers, je n’ai pas hésité une seule seconde." Sans compter que ce festival se déroule dans une ville que Francis Perrin connait bien. "Je suis très heureux d’être de retour à Lîdje (NDLR: en Wallon dans le texte). Si être désigné président d’un jury est une grande première pour moi, débarquer en Cité ardente n’en est pas une. Car je connais très bien Liège et son centre-ville. J’y suis venu m’y produire pour la première fois il y a 30 ans. C’était pour une pièce de théâtre au Forum. J’y suis ensuite régulièrement revenu, dont plusieurs fois au 104, rue Saint-Gilles. A plusieurs reprises, j’ai eu l’occasion de visiter votre ville que j’aime beaucoup." Notez enfin que Francis Perrin sera encore présent à Liège aujourd’hui et demain samedi mais quittera le festival dimanche matin et sera absent pour la cérémonie de clôture.

    Parmi les autres têtes bien connues des Liégeois, c’est sans conteste l’acteur Henry Guybet qui récoltait tous les suffrages. Connu du grand public pour ses rôles de Salomon dans "Rabbi Jacob" aux côtés de Louis de Funès ou encore de Tassin dans le triptyque de "La 7e Compagnie", Henry Guybet semble prendre cette reconnaissance avec beaucoup de détachement. "Les gens me reconnaissent souvent et je n’ai aucun soucis avec ça. La semaine dernière encore, un papa à dit à son fils au supermarché: regarde c’est Tassin de la télévision. Pour moi, ces films font partie du passé. Si ça continue de plaire aux nouvelles générations, tant mieux. Mais ça ne m’obsède pas. Je suis un des derniers acteurs en vie de cette génération. Et je vous avoue que j’ai plus de copains au cimetière aujourd’hui qu’au bistrot (rires)." Le festival se clôturera dimanche soir et sera accessible tout le week-end.

    > https://www.facebook.com/events/364866990317583/?fref=ts