02/06/2014

Rencontre avec Rocco Granata à la 10e "Journée Italienne" (Blegny-Mine)

Rocco Granata.jpg

Rocco Granata: « Marina a été inspirée par une marque de cigarette »

 

Hier avait lieu sur le site de Blegny-Mine la 10e édition de la « Journée Italienne ». Un événement qui se déroulait sur les deux jours en collaboration avec le Consulat Honoraire de Liège. Parmi les invités, nous avons rencontré Rocco Granata, l’interprète du tube planétaire « Marina ». Une chanson mais également un livre qui ont été le sujet d’un film éponyme en 2013.

 

Ciao Rocco, comment a démarré votre carrière ?

Je n’ai jamais pensé en termes de succès ou de rentabilité. J’avais un peu de notoriété dans le Limbourg. Mais au départ, personne ne voulait du titre de Marina. Je l’ai proposé à plusieurs maisons de disques en Belgique et en Italie, mais aucune n’étaient intéressées. Des producteurs italiens voulaient même que j’enlève la partie accordéon de ma chanson. En tant qu’accordéoniste, j’ai refusé catégoriquement. C’était un sacrilège.

 

Quelle fut votre réaction ?

J’ai décidé de produire ce titre tout seul dans mon coin avec mes musiciens et le concours du plus petit label de Belgique à l’époque. J’ai pressé moi-même mes disques. Le succès est venu par la suite.

 

Mais comment est né la chanson « Marina » ?

Ce titre a vu le jour un peu par hasard lors d’un festival à Seraing vers la fin des années 60 où se produisait également Tony Di Napoli. Nous sommes arrivés ex aequo en finale mais le public me réclamait sur scène. Dans les loges, j’ai improvisé le titre de « Marina » en observant une affiche pour des cigarettes du même nom. Lors du rappel sur scène, j’ai demandé à mes musiciens d’improviser quelques accords. La semaine suivante, j’ai écris le reste des paroles. Marina était née. Ce fut la chance de ma vie et le début d’une grande aventure. Etant mon propre producteur depuis mes débuts, j’ai conservé tous les droits sur mes chansons. Le fait que personne ne veuille de moi fut certainement l’une de mes plus grandes opportunités.

 

D’où est parti le projet du film ?

J’ai écris un livre sur mon parcours et ma vie en 2009. Le film de Stijn Coninx en 2013 est une adaptation de mon autobiographie. Le titre du livre signifie « Ma Vie » en Flamand. Mais le film s’arrête à l’histoire de Marina. Sinon, il aurait duré plus de six heures (rires).

 

Tous les immigrés italiens se reconnaissent dans votre histoire.

Pas seulement les Italiens. Les Turques et les Marocains aussi. Tous se reconnaissent dans l’histoire de ce petit immigré italien dont le père forgeron a débarqué pour un an en Belgique pour finalement s’y installer définitivement.

 

Vous avez reçu de nombreux témoignages ?

Je ne compte plus les lettres reçues par centaines ainsi que les différents appels. Ce sont généralement des remerciements. Les gens me disent que j’ai raconté leur propre vie. J’ai également reçu plusieurs récompenses et autres hommages en Belgique mais également en Italie pour ce témoignage.

 

Quel est votre rêve ultime ?

Je souhaite prochainement envoyer une copie de ce film à Francis Ford Coppola. Car pour moi, mon histoire est celle des Italiens et se situe bien avant la trilogie du « Parrain ». Coppola a raconté l’ascension des Italiens devenus riches et de la Mafia. Mais mon histoire se situe bien avant et raconte la pauvreté et la misère rencontrées par notre communauté.

 

Rocco Granata (76 ans)

L’auteur et interprète de « Marina »

 

Né à Figline Vegliaturo dans la province de Cosenza en Calabre le 16 août 1938, Rocco Granta est un chanteur-compositeur belge d’origine italienne qui a connu le succès en 1960 avec son titre « Marina ». Egalement producteur, il est connu du grand public pour sa voix rauque qui a inspiré de nombreux chanteurs dont Salavatore Adamo. Arrivé enfant en Belgique en compagnie de son père forgeron, Rocco Granata a étudié la musique et le solfège depuis son plus jeune âge. Accordéoniste de formation, c’est dans le Limbourg à Waterschei qu’il a passé son enfance. De ses succès sont nés un livre autobiographique en 2009 et un film en 2013. Il fait figure d’icône et d’exemple pour la communauté italienne de Belgique.

 

10e Journée Italienne

Un succès de foule sous le soleil de Belgny-Mine

 

La 10e édition de la « Journée Italienne » aura connu un véritable succès de foule ce week-end sur le site de Blegny-Mine. Il faut dire que le soleil était lui aussi de la partie. Organisée sur les deux jours à l’occasion de cet anniversaire, la « Giornata Italiana » a connu un vrai succès en matière d’affluence. Les 15.000 personnes espérées par les organisateurs ont été atteintes au terme des deux journées festives. En tout, c’est plus de 100 exposants qui étaient présents sur le site. Le proseco a coulé à flot et il sentait bon les « arrosticini » entre les différentes échoppes. Une fois de plus, la communauté italienne de Liège aura répondu présent à son rendez-vous annuel.

Commentaires

Bravo pour un tel rassemblement très belle organisation , dommage 1fois l année bien vite l année prochaine à bientôt merci

Écrit par : Bertolazzi franco | 05/06/2014

Les commentaires sont fermés.