12/06/2014

Qui veut épouser mon fils? Aissa : « Ma gifle à Thierry était bien réelle et méritée »

Aissa.JPG

L’épisode final de la 3e saison de l’émission de téléréalité de TF1 « Qui veut épouser mon fils ? » sera diffusé en avant-première ce soir pour le public belge sur Plug RTL. A cette occasion, nous avons rencontré Aissa Coulbaly. La candidate liégeoise qui avait quitté le jeu en giflant le candidat Thierry nous livre en exclusivité son parcours, son avenir et revient pour nous sur l’épisode tragicomique de la gifle.

 

Salut Aissa, qu’est-ce qui a changé pour toi ?

Je suis rapidement passée de 700 amis sur Facebook à 5.000 (rires). Il y a beaucoup de faux profils. Je ne suis pas présente sur Twitter mais on m’y attribue des propos. Je reçois par contre de nombreuses marques de sympathie. En général, les gens sont plutôt gentils avec moi. Désormais, on me reconnaît dans la rue. Les gens m’arrêtent, me demandent des photos et me posent surtout plein de questions. Ils sont curieux et se demandent si tout cela était bien réel. On me félicite également souvent pour cette fameuse gifle.

Justement, parlons-en.

Je peux vous jurer que ce n’était pas joué ou une demande de TF1. Cette gifle était bien réelle et spontanée. Je n’ai pas changé mon comportement une fois devant les caméras. J’étais fidèle à celle que je suis dans la vie de tous les jours. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que je gifle un garçon en discothèque. Mes ex-petits amis peuvent en témoigner.

Mais que s’est-il vraiment passé avec Thierry ?

Il m’avait embrassé dans le jacuzzi la veille. Il m’a plutôt sauté dessus et ne m’a pas laissé le choix. J’étais très mal à l’aise. Le lendemain en boîte, il touchait les autres filles et se frottait à elles de façon très suggestive. Je peux vous assurer que ce mec est un chaud lapin. Comme aucune fille ne réagissait, je suis allé lui signaler que je trouvais son attitude déplacée. Il m’a alors manqué de respect en tenant des propos déplacés que je préfère garder pour moi. L’élément déclencheur a été sa réponse que j’ai jugée grossière et irrespectueuse.

Quelle fut sa réaction ?

Il a d’abord rigolé mais je peux vous assurer qu’il lui a fallu du temps pour s’en remettre. La production n’a pas tout montré. C’est d’ailleurs la vraie raison de la coupure au montage final.

Aujourd’hui, es-tu un cœur à prendre ?

J’ai débuté cette aventure en tant que célibataire et je le suis encore à l’heure actuelle. Ma petite fille de 6 ans est ma priorité.

On imagine que tu dois être fort sollicitée…

Je reçois en effet de nombreux messages de garçons. Mais je suis méfiante quand je ne connais pas. Dès que l’émission sera terminée, nous pourrons répondre aux sollicitations professionnelles. J’ai été contactée par des discothèques ainsi que des agences d’événements et des marques de vêtements.

A quoi peut-on s’attendre dans ce dernier épisode ?

Je suis liée par un contrat de confidentialité avec la production et TF1. La seule chose que je peux vous dévoiler, c’est qu’il est fort possible que je fasse une dernière apparition. Je n’ai pas dit mon dernier mot.

 

Avenir: « J’ai reçu des propositions d’autres émissions »

 

Figurante dans les clips d’Amel Bent et de Gregory Lemarchal début 2000, Aissa pourrait poursuivre sa nouvelle aventure à la télévision. « J’ai reçu plusieurs propositions. Je ne suis pas contre une nouvelle aventure dans une émission de téléréalité. Je n’ai rien contre ce genre d’émission. J’y réfléchi actuellement. Mais ma petite fille de 6 ans demeure ma priorité. Les tournages sont longs et je dois prendre cet élément en considération. »

 

Buzz: Jean-Michel Maire m’a invitée à Paris

Aissa a également fait le buzz dans l’émission « Touche Pas à Mon Poste » de Cyril Hanouna. Elle a tapé dans l’œil du chroniqueur Jean-Michel Maire qui ne cache pas son admiration pour notre Liégeoise. « Il m’a envoyé un message sur Facebook. On communique parfois ensemble. Il m’a même invitée à prendre un verre sur Paris. Si j’en ai l’occasion, pourquoi pas. Il a l’air sympa mais un peu trop dragueur à mon goût. »

11:00 Publié dans Folklore | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.