• Philippe Laumont : son fils Fabian lui consacre un livre vérité

    Philippe Laumont 2.jpgCette semaine sortira en librairie le premier livre consacré à la vie du chanteur liégeois Philippe Laumont, décédé d’une crise cardiaque en 2008. C’est à son fils Fabian, aidé de l’auteur Raphaël Umka qui a écrit quelques-unes de ses chansons, que l’on doit cette biographie intitulé « Les Enchaînés : la vie d’un père ». Nous l’avons rencontré.

    Chanteur à succès dans les années 90, Philippe Laumont a connu ses années de gloire avec l’émission « 10 qu’on aime » sur RTL-TVI. On se souvient de sa reprise en français des Righteous Brothers « Les Enchaînés », de son duo avec sa dernière compagne Nathalie Lavigne ou encore de son passage à l’Olympia de Paris accompagné d’un orchestre symphonique. Mais Philippe Laumont, c’est aussi des heures plus sombres. De ses démêlés avec la justice en passant par ses problèmes de drogues, l’histoire retiendra également ses six mois de préventive passés à l’ombre de la prison de Lantin. Aujourd’hui, son fils Fabian a décidé de sortir de l’ombre avec ce livre qui retrace la vie et la carrière d’un père disparu. « C’est un livre illustré en noir et blanc et commenté à la 3e personne. Une sorte d’album de vie, de sa naissance jusqu’à sa mort. Nous sommes revenus en détails sur toutes les grandes étapes de sa vie. Sans jugement ni tabou, nous parlons également de ses bêtises et de ses erreurs. Rien n’a été éludé pour édulcorer le personnage. C’est mon père tel qu’il était vraiment. Nous sommes revenus sur son passage en prison et sur la genèse de ses excès. Sans pour autant les condamner ni les excuser. » Âgé de 37 ans, père de famille et lui aussi auteur-compositeur, Fabian Laumont nous livre dans ce livre ses souvenirs et son regard d’enfant. « Raphaël et moi avons passé de nombreuses années à ses côtés. Notre témoignage commun à pour but de remettre les pendules à l’heure. Beaucoup de choses ont été dites et écrites. Dans ce livre, c’est la vraie histoire de mon père que nous livrons. » Un chapitre y est consacré à la mort de Philippe Laumont. « Nous sommes revenus sur ces derniers jours à la fin du livre. Et nous nous sommes attardés sur les vraies raisons de son décès. Là aussi, notre but était de rétablir la vérité. » En marge de la sortie de ce livre, Fabian Laumont a enregistré un duo virtuel sur « Les Enchaînés » avec son père. « C’est symbolique. C’est aussi ma façon à moi de lui rendre hommage. La chanson a été enregistrée grâce au concours de Tony Lex, l’ancien chanteur des Serpents Noirs, qui a collaboré avec mon père. ».

    > A NOTER: Le livre « Les Enchaînés : la vie d’un père » est disponible dans les librairies et sur le site www.amazon.com au prix de 20 euros.

    Félicité par Gilbert Becaud

    Philippe Laumont et Gilbert Becaud.jpgLe livre est également truffé d’anecdotes croustillantes sur le personnage à double face qu’était Philippe Laumont. En voici quelques-unes.

    > Gilbert Becaud est venu le féliciter dans sa loge après son concert à l’Olympia de Paris. Il avait repris les tubes « Et maintenant » et « Je t’appartiens » avec son orchestre symphonique.

    > Philippe Laumont a remporté le Festival des Sopot, sorte d’Eurovision des pays de l’est, devant plus de 25.000 personnes dans un grand stade en Pologne.

    > Le chanteur a donné, dans le plus grand secret, un concert privé dans la prison de Lantin durant son séjour.

    > La veille de la sortie du titre « Les Enchaînés », il se rend dans une taverne chez un ami du côté des Guillemins. Au régime, il refuse de toucher le moindre verre pour se concentrer sur sa carrière. Il sortira finalement complètement éméché de la taverne vers 20h00. Il monte alors sur sa voiture et interprète « acapella » le titre qui allait ensuite devenir un tube devant des passants médusés.

    2 questions à Fabian Laumont 

    > Quand est né ce projet ?

    « Mon père avait commencé à écrire ses mémoires en prison. C’était sa volonté à lui. Il voulait parler de sa vie et expliquer les raisons de ses mauvais choix. Avec ce livre, je termine un peu son œuvre et je réalise un projet qui lui tenait à cœur. A sa mort en 2008, j’ai de suite voulu écrire ce livre. Il m’aura finalement fallut 6 ans et le concours de Raphaël Umka pour le réaliser. »

    > Pourquoi ce livre ?

    « J’avais besoin de faire le bilan mais aussi de me reconstruire. Ce livre sur mon père, c’est un peu ma thérapie à moi. C’est aussi le moyen de rétablir une certaine vérité. Oui, il avait des problèmes avec la drogue. Oui, il a fait de la prison. Mais ça s’arrête là. Tout a été exagéré dans la presse à sa mort. Ce livre, c’est ma vérité. »

  • Tony Di Napoli fête ses 60 ans de scène au Centre Culturel de Seraing

    Tony Di Napoli.jpg60 ans de scène, ça se fête ! Le dimanche 12 octobre prochain dans le cadre de la 17e édition du festival « Tarantella Qui », le chanteur italo-belge Tony Di Napoli se produira en concert entouré de ses amis et musiciens au Centre Culturel de Seraing. Un concert organisé à l’occasion de ses 60 années passées à écumer les scènes du pays avec son orchestre.

    « Il fait partie de la classe ouvrière de la chanson », intervient son fils Gaëtan qui est aussi son manager. Italien débarqué très jeune en Belgique, Tony Di Napoli a obtenu récemment sa nationalité belge. « Mon père m’a confié qu’il avait alors le sentiment d’être enfin descendu du train. » Au même titre que Rocco Granata, auteur de Marina et instigateur d’un livre mais également d’un film sur les immigrés italiens, Tony Di Napoli est un chanteur populaire qui a fait danser les Belges pendant de nombreuses années. « C’était un chanteur d’orchestre avec une vraie voix. Il n’a jamais été attiré par l’appât du gain. Sans quoi, il aurait pu faire une plus grande carrière comme Frédéric François ou encore Frank Michael. Il y a quelques années, il a même refusé une tournée aux Etats-Unis. Il a toujours privilégié les rapports humains. » Tony Di Napoli a remporté de nombreux festival dans les années 50 et 60, dont trois fois le fameux « Rondinella d’oro » qui a fait connaître Rocco Granata. A 76 ans, Tony Di Napoli proposera le 12 octobre prochain un concert en trois parties dès 16h sur la scène du Centre Culturel de Seraing.

    A NOTER : infos et réservations au 04/337.54.54. Prix : 7 euros.

  • Renaud Rutten en duel d’impro avec Arnaud Tsamère à Visé le 9 octobre

    Renaud Rutten & Arnaud Tsamère (1).jpgLe jeudi 9 octobre prochain dès 20h à la salle des Francs Arquebusiers à Visé, l’humoriste et comédien liégeois Renaud Rutten se produira en duo avec le Français Arnaud Tsamère. Les deux comédiens proposeront un duel en improvisation. Une formule qu’ils avaient déjà testée avec succès en mars dernier au Festival d’Improvisation de Soumagne.

    « C’est là que nous nous sommes rencontrés », nous explique Renaud Rutten. « Le courant est de suite passé entre nous. Arnaud est un gars simple avec beaucoup d’humour. Nous voulions rééditer cette expérience. » L’improvisation, voilà un thème que nos deux humoristes connaissent bien. « Lui comme moi faisons de l’impro de notre côté depuis de nombreuses années. C’est une formidable école. Quand les thèmes sont bien choisis, on peut se laisser aller et partir dans tous les sens. » Le 9 octobre à Visé, c’est le public qui choisira les thèmes abordés. « C’est très interactif. On le fait à l’ancienne, avec un chapeau dans lequel les gens peuvent déposer anonymement un thème. Nous trions un minimum mais en général le public est très inventif. Plus le public est bon, plus nous pouvons nous lâcher et nous amuser avec lui. » Le duo remettra le couvert le lendemain du côté de Virton. Signalons encore que quelques jours avant le samedi 4 octobre à 18h, Renaud Rutten présentera également son nouveau spectacle intitulé « Quand tu seras petites » à la Charlemagn’rie à Herstal.

    A NOTER : infos et réservations au 0497/408.410. Prix : 30 euros.