22/10/2014

Les Tropics signent une ode à la Belgique

The Belgians1 (c) Olivier Donnet.jpgLa Belgique est un pays fascinant. Berceau du surréalisme, des compromis politiques et des frites sauce andalouse, notre nation figure assurément parmi les plus surprenantes et les plus compliquées de la planète. Pas étonnant, du coup, qu’elle inspire de nombreux artistes. Après Jacques Brel, Arno, le Grand Jojo et Adamo, c’est au tour des liégeois de The Experimental Tropic Blues Band de rendre hommage à notre drôle de petit bout de terre. Sous le nom de The Belgians, ils signent un quatrième album qui sent le soufre, la sauce Bicky et la bière bon marché.

« Ce projet est né lors de notre dernière tournée aux Etats-Unis », se souvient Dirty Coq, le flamboyant chanteur et guitariste du combo. « Nous avons fait une série de concerts là-bas et à chaque fois, les gens nous appelaient ‘The Belgians’ plutôt que par notre vrai patronyme. A notre retour à Liège, on a joué dans une toute petite salle et nous avons décidé de conserver ce nom d’emprunt pour l’occasion. Le programmateur du festival de Dour était là ce soir-là et il nous a proposé de nous y produire le 21 juillet 2013, jour de la fête nationale et de la passation de pouvoir entre Albert II et son fils. Nous avons accepté, mais il nous semblait plus intéressant de développer le concept plutôt que de simplement arriver là sous un faux nom. Nous avons donc écrit une série de chansons évoquant la Belgique sous tous ses aspects, des plus glorieux aux moins reluisants. »

Nos héros et nos drames

The Belgians - pochette du disque (c) libre de droits.jpgAvec l’aide des collectifs liégeois Sauvage Sauvage et La Film Fabrique, les membres de The Experimental Tropic Blues Band ont ensuite créé un spectacle associant des projections vidéo à leurs compositions, dans le style punk-rock et bien barré qu’on leur connait. On peut y admirer une série de clips illustrant notre pays sous toutes ses couture. « Nous avons bénéficié du soutien de la Sonuma, l’organisme qui détient les archives de la RTBF. » précise Dirty Coq. « Ils nous ont permis de puiser gratuitement dans toutes leurs images. Nous avons ainsi pu mettre en place un show où les vidéos et les chansons se répondent. On y parle aussi bien de héros nationaux comme Jean-Claude Van Damme et Toots Thielemans que de drames tels que l’affaire Dutroux ou la tuerie de Liège. Mais je précise malgré tout que cela n'illustre que le point de vue d’un groupe liégeois sur la Belgique. Après coup, on s’est rendus compte qu’on ne voyait pas beaucoup de flamands dans les clips. Mon rêve, ce serait d’aller présenter le spectacle en compagnie d’artistes du Nord du pays pour qu’ils donnent eux aussi leur vision des choses. Cela permettrait de fissurer cette barrière culturelle qui s’est installée depuis quelques années entre eux et nous. » Voilà une idée qui devrait davantage plaire dans les milieux artistiques flamands que du côté de l’Hôtel de Ville d’Anvers.

 > The Belgians - « The Belgians  », disponible chez les disquaires et sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement.
 > En concert le 08/11 au festival Beautés Soniques à Namur.

Photo : Olivier Donnet

Les commentaires sont fermés.