06/11/2014

Benjamin Schoos nous embarque dans sa machine à voyager dans le temps

Benjamin Schoos1 - (c) Pascal Schyns - membre Sofam.jpgBenjamin Schoos ne tient jamais bien longtemps en place. Enchaînant les projets depuis plus de quinze ans, celui qui s’est d’abord fait connaître sous le pseudonyme de Miam Monster Miam n’en finit pas de nous surprendre. Il dévoile aujourd’hui « Beau Futur», son dernier album en date. Un disque à l’image de son auteur, à la fois marqué par l’héritage du passé et constamment tourné vers l’avenir.

« Beau Futur » est le deuxième disque publié par Benjamin sous son nom de baptême. Longtemps dissimulé derrière son drôle sobriquet, celui qui tourne à la moyenne hallucinante d’une dizaine d’albums en quinze ans signe là un de ses meilleurs opus à ce jour. Un an à peine après « China Man vs China Girl », il y creuse le sillon d’une pop francophone ambitieuse qui rappelle Serge Gainsbourg, Benjamin Biolay ou encore l’excentrique Sébastien Tellier. « Des trois, c’est sans doute au dernier que je ressemble le plus », sourit l’objet de ces nombreuses comparaisons. « Il a ce côté un peu loufoque que je cultive moi aussi. Je suis moins d’accord quand on me parle de Gainsbourg et de Biolay, même si ce sont des artistes que j’admire. Leurs textes et leurs arrangements sont plus à prendre au premier degré que les miens, où il y a toujours un côté un peu fantasque. Mais nous partageons tous cette double influence entre la chanson française et la pop anglo-saxonne. »

Stef Kamil Carlens et Alain Chamfort en invités de marque

Benjamin Schoos - pochette de Beau Futur (c) libre de droits.jpgVéritable bourreau de travail sous ses airs détendus, l’ancien trublion du « Jeu des Dictionnaires » a profité des journées de repos pendant sa dernière tournée pour composer et enregister les morceaux qui composent ce nouvel album. Il l’a fait en compagnie du pianiste Christophe Cierni et d’une série de musiciens rencontrés en cours de route. L’imposante liste de remerciements sur le livret du disque comprend aussi les noms de quelques invités de prestige comme la chanteuse de Stereolab Lætitia Sadier, le leader de Zita Swoon Stef Kamil Carlens ou encore l’éternel dandy Alain Chamfort. Des noms ronflants qui viennent s’ajouter au long répertoire de personnalités ayant travaillé avec Benjamin dans le passé, de Jacques « Banana Split » Duvall à Chrissie Hynde en passant par Lio et Marie France. « Ce sont des célébrités, mais ils sont tous très abordables dans la vie de tous les jours », confie le chanteur sérésien. « Je ne propose ce genre de collaborations qu’à des gens que j’apprécie artistiquement et qui selon moi pourraient apporter quelque chose à mes chansons. Il est très rare que j’essuie un refus, mes propositions sont généralement très bien accueillies. » Il est vrai que l’enthousiasme et la bonne humeur du bonhomme ont quelque chose de contagieux. 

 > Benjamin Schoos - « Beau Futur  », disponible chez les disquaires et sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement.
 > En concert le 27/11 au centre culturel des Chiroux – Préventes (9 euros au lieu de 12 euros le jour-même) disponibles au centre culturel et à la Fnac.

Crédit photo : Pascal Schyns - membre Sofam

Les commentaires sont fermés.