19/11/2014

Beverly Jo Scott tombe sous le charme du Trocadero

BJ Scott2 (c) Catt Sirten.jpgAux Etats-Unis, on dit que les filles du Sud sont les plus coriaces. Si l’on en croit la légende, elles sont drillées dès leur plus jeune âge pour être à la fois fortes et gracieuses. L’affirmation est évidemment impossible à vérifier, mais quand on sait que Beverly Jo Scott fait partie du lot, on se prend soudainement à y croire. Sensible et touchante, la plus belge des chanteuses américaines possède aussi une personnalité de dure à cuire qui lui a permis d’affirmer sa singularité. Entretien avec celle qui sera le 25 novembre au Trocadero pour présenter « Swamp Cabaret », son dernier album en date.

C’est lors d’un concert de son ancien poulain Renato Bennardo que la doyenne des jurés de The Voice a découvert la jolie salle de spectacle de la rue Lulay des Fèbvres. D’emblée, la chanteuse est tombée sous le charme de ce lieu emblématique de la cité ardente. « Je ne connaissais pas cet endroit auparavant, je l’ai découvert il y a un an pratiquement jour pour jour. C‘est un lieu comme je les aime, avec une âme et une histoire. Il appartient à la même famille depuis plus de cinquante ans, ils veillent dessus de père en fils et mettent tout en œuvre pour faire subsister l’esprit des origines. J’ai immédiatement demandé si je pourrais m’y produire moi aussi. J’ai été accueillie à bras ouvert, je suis très heureuse de pouvoir y proposer mon nouveau spectacle. »

En duo virtuel avec des musiciens américains

BJ Scott1 (c) Catt Sirten.jpgCe concert à Liège sera l’occasion pour « BJ » de présenter « Swamp Cabaret », son sixième album studio. Un disque baigné de soul, de blues, de gospel et de rock dans lequel elle se livre comme jamais, évoquant des thèmes aussi personnels que sa jeunesse en Alabama, sa première fugue à l’âge de 17 ans ou encore le décès de son frère, emporté par le cancer il y a peu. « L’album est un aller-retour permanent entre ma ville natale et la Belgique, qui est un peu devenue ma deuxième patrie », explique-t-elle. « Ces deux régions du monde font partie de moi, je ne pourrais me passer ni de l’une, ni de l’autre. Le spectacle sera l’occasion de proposer des duos virtuels avec des musiciens américains dont la prestation sera projetée sur un écran géant. Il y aura aussi quelques surprises, mais ne comptez pas sur moi pour vendre la mèche ! » A voir le joli sourire qu’elle affiche en prononçant ces mots, on se dit que la « Lady »  a encore et toujours plus d’un tour dans son sac.

 

  • Beverly Jo Scott, le 25/11 (20h) au Trocadero.
  • Infos et réservations au 04 223 34 44 ou via www.trocadero-liege.net

Photos :  Catt Sirten

 

Les commentaires sont fermés.