28/01/2015

Les Liégeois présents en nombre au festival Propulse

Nicolas Michaux1 (c) libre de droits.jpgC’est un des évènements majeurs de la scène musicale en Belgique. Chaque année, le festival Propulse sélectionne une quarantaine d’artistes considérés comme les plus prometteurs de Wallonie et de Bruxelles. Avec six groupes au programme, la Province de Liège se taille une fois de plus la part du lion. Mais comment expliquer l’incroyable dynamisme de la scène rock liégeoise ?

De Jeronimo à MLCD en passant par The Experimental Tropic Blues Band, Roscoe, Piano Club et les petits derniers de Kennedy’s Bridge, les groupes de rock liégeois ont la cote. Cette année encore, six d’entre eux seront présents à Propulse, le festival qui réunit les artistes de demain en Belgique francophone. En révélant des artistes comme Puggy, Saule, Ghinzu ou encore Girls in Hawaii, les programmateurs du festival ont su se tailler une solide réputation de dénicheurs de talents. Pas étonnant, du coup, d’y retrouver tous les ans de nombreux professionnels venus chercher la nouvelle pépite qui se produira dans leur festival ou sur l’antenne de leur radio. La majeure partie de l’évènement leur est d’ailleurs réservée, seuls quelques concerts étant ouverts au grand public.

Taper dans l’œil des programmateurs

La Cécité des Amoureux1 (c) libre de droits.jpg« Nous sommes très heureux d’avoir été invités à cet évènement », sourit Jeff Bertemes, le leader de La Cécité des Amoureux (photo). « Notre groupe ne s’est formé qu’il y a un an, mais nous avons déjà eu la chance de faire parler de nous dans la presse et les milieux spécialisés. En jouant à Propulse, on sait qu’on pourra se mettre en valeur devant de nombreux organisateurs de concerts. Une bonne prestation pourrait nous valoir quelques dates supplémentaires dans les mois à venir, notamment pendant les festivals d’été. Dès le départ, nous avons décidé de ne nous produire que rarement en live, nous privilégions la qualité à la quantité. »

Au niveau musical, les groupes liégeois présents cette année n’ont que peu de points communs. Entre le funk rythmé d’Old Jazzy Beat Mastazz, la chanson française exigeante de Sacha Toorop et de La Cécité des Amoureux, le jazz passionné d’Oak Tree, la pop artisanale de Nicolas Michaux ou encore le punk-rock musclé de Daggers, il est assez difficile de trouver un fil rouge. Jeff Bertemes considère pour sa part cette variété comme une force. « Je pense qu’il est important d’avoir un style propre », remarque-t-il. « De notre côté, c’est surtout le fait de chanter en français qui nous a permis de nous faire remarquer. A Montréal, où j’ai fait mes études, on retrouve beaucoup plus de groupes francophones qu’en Wallonie. Le choix de nous exprimer dans notre langue maternelle nous est apparu comme une évidence, mais je me rends compte aujourd’hui qu’il a aussi un côté revendicatif. A travers nos chansons, nous voulons véhiculer le message que la chanson française n’est pas morte. Il y a d’ailleurs encore beaucoup de très bons auteurs-compositeurs francophones aujourd’hui, à l’image de Pierre Lapointe, de Camille, d’Emilie Simon et de Christine and the Queens. » Une liste éloquente à laquelle le nom du projet de Jeff pourrait bientôt venir s’ajouter.

 - Festival Propulse, du 4 au 6 février 2015 au Botanique à Bruxelles (7 euros par soirée)
 - Daggers sera le seul groupe liégeois à proposer un concert accessible au grand public. Ils  s’y produiront le vendredi 6 février.
 - Infos et réservations : www.botanique.be

Commentaires

LCDA = le pire groupe de l'année, vous n'êtes pas des musiciens. Arrêtez la musique

Écrit par : Paul Delbouille | 28/01/2015

Les commentaires sont fermés.