18/06/2015

Cinéma: invité chez Claudia Cardinale à Paris avec radio Hitalia

IMG_6077.JPGNous avons accompagné Lorenzo Ponzo, le directeur et animateur de radio Hitalia, à Paris.

Jeudi dernier, nous avons accompagné la voix de radio Hitalia Lorenzo Ponzo à Paris dans le cadre de sa rencontre avec l’actrice d’origine italienne Claudia Cardinale. Une légende vivante du cinéma qui nous a reçu don son appartement parisien pendant plus d’heure. Voici le récit d’une rencontre incroyable avec une icône du septième art.

C’est un véritable tour de force qu’a réalisé Lorenzo Ponzo en obtenant cette interview exclusive. Une rencontre dans l’intimité de Claudia Cardinale, au cœur même de son magnifique appartement situé dans le 4e arrondissement de Paris, juste en face de la Seine. C’est elle en personne, souriante, rayonnante et élégante, qui nous ouvre la porte. Un appartement dans le plus pur style parisien aux murs dorés et décoré de vieux meubles. Mais ce qui frappe au premier abord, ce sont toutes ses récompenses éclatantes qui illuminent son appartement. « J’ai tout conservé », lance-t-elle fièrement en nous faisant une petite visite improvisée. A 77 ans, du haut de ses 152 films, Claudia Cardinale ne compte plus les récompenses et autres distinctions de la profession. Installée dans son divan, c’est en toute décontraction qu’elle nous raconte sa vie. « Cela ne vous dérange pas si j’allume une cigarette ? » demande-t-elle poliment. « Vous faites comme chez vous », rétorque Lorenzo Ponzo avec la verve et le charme italien qui font mouche de suite. Le ton est donné et la complicité entre les deux protagonistes sera grandissante au fil de l’entretient. De son enfance en Tunisie, en passant par sa famille d’origine sicilienne et ses amours, Claudia Cardinale se livre avec simplicité. Un mot qui reviendra souvent dans la conversation. « Je veux que les gens se souviennent de moi comme quelqu’un de simple et de normal. Je n’ai pas de chauffeur ni de garde du corps. Je fais mes courses moi-même à Paris. »

IMG_6095.JPGParis, une ville qu’elle aime et où elle se ressource seule dans son appartement avec vue sur la Seine. « C’était important. Car cela me rappelle la mer de mon enfance. » Les Parisiens savent qu’elle réside là-bas. « Durant la Gay Pride, ils me réclament même au balcon. Un jeu auquel je me prête volontiers. » Si sa langue natale est le Français, elle revendique ses origines italiennes. « Je n’ai jamais voulu changer de nationalité. Je suis très fière de mes origines. Mais je ne parlais pas un mot d’Italien lors de mon premier tournage. Ils gesticulaient dans tous les sens, parlaient avec les mains et moi je ne comprenais rien. On m’a même doublée à mes débuts. J’avais, qui plus est, déjà une voix rauque. Encore maintenant, quand je décroche le téléphone on me prend pour un homme et on me demande Claudia Cardinale (rires). » Avec ses grands yeux noirs, Claudia Cardinale a opté pour le naturel en refusant toute intervention chirurgicale. « Je suis contre. Je trouve toutes ces femmes refaites ridicules. Je préfère le naturel. »

Lorenzo Ponzo conclu en lui offrant quelques présents. Des fleurs, mais également un CD d’Adriano Celentano, des pâtisseries de son enfance et une œuvre d’art réalisée par une artiste Belgo-italienne. Le temps de quelques clichés, Claudia Cardinale nous raccompagnent à la porte en nous remerciant poliment pour ce beau moment de partage.

ANECDOTES

Les hommes. Si son grand et unique amour est son ex-mari le réalisateur italien Pasquale Squitieri, elle a suscité l’intérêt de nombreux hommes. « Steve McQueen était fan de Ferrari et venait dormir chez moi la veille de ses essais sur circuit. Moi, j’étais fan de Marlon Brando. Un jour sur un tournage, il est venu frapper à ma porte toute la nuit. J’ai fermé ma porte. Mais c’est un petit regret aujourd’hui. J’ai également refusé toutes les avances de Marcelo Mastroianni qui lui, a beaucoup insisté (rires). Depuis le Guépard, Alain Delon est resté un vrai ami. On se voit parfois à Paris. Mais mon meilleur ami était l’acteur américain Rock Hudson. L’homosexualité étant mal vue à l’époque, nous avons même été un faux couple pour les médias. »

Les femmes. Depuis le film « Les Pétroleuses » en 1971, les paparazzis ont voulu l’opposer à Brigitte Bardot. « La brune contre la blonde. Alors que nous étions de grandes amies. Pour moi, c’était la plus belle femme du monde. Je l’appelle encore parfois, mais elle est au plus mal et c’est son compagnon qui décroche le téléphone. Dommage qu’elle ait arrêté sa carrière si tôt. Au début, j’ai rencontré quelques soucis avec Sofia Loren qui voulait toujours être la première vedette dans les galas. Mais aujourd’hui tout va bien, elle m’appelle même sa petite sœur. »

Compliment. Lors du tournage de « La Panthère Rose » en 1963, Claudia Cardinale joue le rôle d’une princesse. « L’acteur britannique David Niven m’a fait un compliment original. Il m’a dit : Claudia, avec les spaghettis vous êtes la plus belle invention de l’Italie ! ».

Radio Hitalia (depuis 2004 à Liège) : « Un vent de liberté », selon Romano Prodi

IMG_1027 - Copie.JPGDepuis le 3 mai 2004, radio Hitalia émet sur la fréquence FM 106.7. A sa tête, son directeur et animateur fondateur Lorenzo Ponzo. « Quand nous avons lancé cette radio entièrement bilingue destinée à la grande collectivité italienne, Silvio Berlusconi est à la tête de l’Italie. Romano Prodi, alors président e la Commission européenne, nous a adressé une lettre dans laquelle il soulignait l’arrivée d’un vent de liberté avec radio Hitalia. » En dix ans, cette radio est passée de ses locaux de Grâce-Hollogne à ceux de la Grand Route de Loncin. A son micro, Lorenzo Ponzo a reçu de nombreuses personnalités telles qu’Adamo, Andrea Bocelli, Roberto Benigni, Laura Pausini ou encore… Claudia Cardinale.

12:23 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.