• Les Ardentes pour pas un rond : toutes nos astuces pour dépenser le moins possible sur le festival

    (c) Moll Jehanne-J1-6617.jpgVous rêvez de vous rendre aux Ardentes, mais vos finances sont dans le rouge ? Pas de panique, La Meuse est là. Alors que le festival s’apprête à ouvrir ses portes, nous avons trouvé pour vous quelques astuces pour vous y rendre sans mettre la main au portefeuille. Que vous soyez vraiment fauché ou juste le roi des radins, voici quelques conseils qui pourraient vous rapporter gros !

    Le ticket d’entrée

    A moins de connaître personnellement Iggy Pop ou Nicki Minaj, le meilleur moyen pour entrer gratuitement aux Ardentes, c’est encore d’y travailler. Bénévoles, restaurateurs, hôtesses, promo-boys… les possibilités ne manquent pas ! Les inscriptions étant déjà clôturées pour les bénévoles, on vous conseille plutôt de vous diriger vers les restaurateurs présents sur l’Allée des Saveurs et les sponsors de l’évènement, qui cherchent parfois de la main d’œuvre à la dernière minute. Autre solution : les concours, qui fourmillent en ce moment sur Internet et dans les médias. A ce sujet, on vous conseille de tenir à l’œil la page Facebook du festival et celle de La Meuse. Quelque chose nous dit que des tickets gratuits y seront proposés dans les jours qui viennent…

    Jupiler1 (c) libre de droits.jpgBoire et manger sur place

    Les glacières, les boîtes de conserve et les boissons alcoolisées seront confisquées à l’entrée du site de Coronmeuse, mais rien ne vous empêche d’apporter votre sandwich et une bouteille d’eau en plastique scellée. Pour les plus courageux, sachez aussi qu’une bière ou un soft sera offert en échange de 40 gobelets en plastique collectés sur le site.

    Des cadeaux ! Des Cadeaux !

    T-shirts, chapeaux, lunettes de soleil, gadgets plus ou moins utiles ou drôles... les sponsors ne manquent pas d’imagination, lorsqu’il s’agit de vous faire arborer leur logo pendant 4 jours devant des milliers d’autres festivaliers. A l’instar de l a Caravane du Tour, la plaine de Coronmeuse est une véritable mine d’or pour tous ceux qui veulent collectionner les objets gratuits.

     

  • Ardentes 2015 : notre sélection des artistes à ne pas manquer

    Iggy Pop1 (c) libre de droits.jpgAvec plus de 80 concerts et DJ-sets répartis sur quatre jours, les Ardentes proposeront une fois de plus un menu particulièrement copieux. Pour lancer notre grand décompte avant le début du festival, nous vous dévoilons aujourd’hui notre sélection des 10 concerts à ne pas manquer. Parmi eux, on retrouve ceux d’Iggy Pop et de Nicki Minaj, tous deux prévus samedi soir aux alentours de 23h. La preuve que même avec un programme très ciblé, il faudra opérer quelques choix douloureux.

    Les plus liégeois : Starflam, le 09/07 (20h40) sur la scène Open Air

    Douze ans que DJ Mig-One, Kaer, Seg, Akro, L’Enfant Pavé et ALB ne s’étaient plus produits sur scène ! Forts d’un best of qui cartonne et de quelques dates en salle où ils ont montré qu’ils n’avaient rien perdu de leur savoir-faire, les rappeurs liégeois peuvent s’attendre à un accueil triomphal de la part du public local.

    La plus mignonne : Cœur de Pirate, le 09/07 (22h30) dans la salle HF6

    Déjà présente aux Ardentes en 2009, la belle québécoise a depuis lors parcouru un joli bout de chemin. Elle viendra cette fois pour présenter « Roses », un troisième opus marqué par la naissance de sa petite fille Romy.

    Kendrick Lamar1 (c) libre de droits.jpgLe plus exclusif : Kendrick Lamar, le 09/07 (23h30) sur la scène Open Air

    C’est sans conteste le plus grand tour de force de l’équipe de programmation cette année. En dégottant Kendrick Lamar en exclusivité pour la Belgique, les Ardentes se sont tout simplement payé le rappeur américain le plus convoité du moment. Son nouvel album « To Pimp a Butterfly » est un classique instantané qui l’a définitivement installé sur le podium du hip hop aux USA, aux côtés du Roi Jay-Z et du Prince Kanye West.

    Les plus fidèles : dEUS, le 10/07 (22h15) dans la salle HF6

    En dix éditions, c’est déjà la troisième fois que Tom Barman et sa bande se produiront aux Ardentes. Autant dire qu’ils savent parfaitement comment enflammer le public liégeois. Ce dernier les avait d’ailleurs aidés à signer un des plus grands moments de l’histoire des Ardentes en envahissant la scène lors d’un final mémorable en 2013.

    Le plus classieux : The Avener, le 10/07 (minuit) dans la salle HF6

    Révélé l’an dernier avec son tube international « Fade Out Lines », le DJ français Tristan Casara a depuis lors réussi un parcours sans faute. Son concert complet au Reflektor en avril dernier a confirmé si nécessaire que le public liégeois en était bleu.

    Paul Kalkbrenner1 (c) libre de droits.jpgLe plus dansant : Paul Kalkbrenner, le 11/07 (1h) sur la scène Open Air

    Tous les ans, les Ardentes prennent le soin d’inviter une star des platines pour transformer la plaine du Parc Astrid en grande discothèque à ciel ouvert. Après Martin Solveig, Groove Armada, Etienne De Crecy, Dr. Lektroluv ou encore Steve Aoki, c’est cette fois à l’allemand Paul Kalkbrenner qu’ils ont confié cette mission. Avec des tubes aussi tranchants que « Sky and Sand », « Bengang » ou le plus récent « Cloud Rider » dans ses bagages, il devrait la mener à bien les doigts dans le nez.

    Les plus cultes : Paul Weller, le 11/07 (21h10) dans la salle HF6 et Iggy Pop, le 11/07 (22h10) sur la scène Open Air

    Ce n’est pas tous les jours que Liège accueille une légende du rock. Pourtant, ce sont deux monstres sacrés du genre qui se succèderont le samedi soir, avec Paul Weller dans la salle HF6 puis Iggy Pop sur la scène Open Air. Dans des styles radicalement différents, ceux que l’on surnomme respectivement The Modfather et L’Iguane montreront que le poids des ans n’a décidément pas d’emprise sur eux. 

    Nicki Minaj2 (c) libre de droits.jpgLa plus sulfureuse : Nicki Minaj, le 11/07 (23h) dans la salle HF6

    On aime ou on déteste la bimbo du rap américain, mais on ne peut lui enlever sa capacité à faire sensation partout où elle passe. Aussi connue pour ses courbes généreuses que pour sa musique, on peut compter sur elle pour assurer le spectacle.

    La plus prometteuse : Alice on the Roof, le 12/07 (14h) sur la scène Open Air

    Encore inconnue il y a peu, celle qui s’est d’abord fait remarquer en tant que candidate à The Voice Belgique a signé un des tubes de 2015 avec le single « Easy Come Easy Go ». Elle profitera de son passage aux Ardentes pour présenter les autres morceaux de son album prévu pour la fin de l’année.

    Le plus en vogue : Nekfeu, le 12/07 (17h25) sur la scène Open Air

    Vous voulez acheter l’album de Nekfeu chez votre disquaire favori ? Bon courage. Depuis sa parution au début du mois de juin, le premier opus en solo du membre de 1995 est constamment en rupture de stock. Un raz-de-marée amplement mérité pour celui qui a probablement signé le meilleur disque de rap français de l’année.

  • Vu pour vous à Turin: Tiziano Ferro à la conquête des stades avant la Belgique

    TZN_013.jpg

    Nous avons assisté au lancement de sa tournée samedi dernier au stade olympique de Turin

    Samedi dernier, nous étions présents au lancement de la nouvelle tournée du chanteur italien Tiziano Ferro devant plus de 35.000 personnes au stade olympique de Turin, Une tournée des stades italiens qui s’inscrit dans le cadre de la sortie de son premier album « Best of » et qui passera par Bruxelles et Forest National le 15 décembre prochain.

    S’il est principalement connu en Belgique pour ses tubes « Perdono », « Stop ! Dimentica », « Imbranato », « La Differenza Tra Me E Te » ou encore « Xverso », mêlant pop, R&B et un style inimitable italien, Tiziano Ferro est une star incontestée en Italie. Et c’est devant tout le gratin de la presse transalpine qu’il nous a gentiment reçus pendant près d’une heure, deux heures à peine avant de monter sur la gigantesque scène du stade olympique de Turin. Nul doute, la presse italienne s’était déplacée en masse pour célébrer une nouvelle tournée qui marquera un grand tournant dans la carrière du chanteur. Un chanteur heureux qui, à 35 ans, nous est apparu serein et déterminé. « J’en ai terminé avec la tristesse et la nostalgie. Désormais, j’apprécie les bonnes choses. » Souriant du début à la fin de l’interview, c’est désormais l’image d’un artiste qui a atteint la maturité qu’il véhicule tant sur scène qu’en dehors. « Je fais tout ça uniquement par amour. » Un message d’amour, tel un fil rouge, qui reviendra tout au long du concert et qui tient fort à cœur de l’artiste. Un message d’amour, de communion avec son public mais également de tolérance et d’acceptation de l’autre. Une référence indirecte et toujours intelligemment suggérée à son homosexualité qui a fait l’objet d’un "coming out" du chanteur en 2010. Durant le concert, le message d’acceptation de l’autre est plus que jamais présent. Sur scène, c’est un sourire non feint qui illumine l’artiste et l’accompagne tout au long de sa prestation. « J’ai travaillé dur durant toute l’année dernière pour me préparer. Et aujourd’hui, je me sens bien. C’est le début d’une belle et nouvelle aventure pour moi. » Et pour se préparer tel un véritable sportif, Tiziano Ferro a suivi un régime stricte. « J’ai éliminé le vin, le café et les produits laitiers. » 

    Nouvelles technologies et mapping vidéo

    TZN_040.jpgAfin de marquer les esprits, l’équipe de Tiziano Ferro a placé la barre haute pour cette nouvelle tournée. Une tournée dont les thèmes sont l’espace et le son mais qui est surtout axée sur les nouvelles technologies. « Il fallait une scénographie à la hauteur des stades que nous allons visiter ». Car après celui de Turin, Tiziano Ferro enchaînera avec ceux de Rome, Milan, Bologne, Verone et Florence. « Nous passerons également par Bruxelles, Zurich et Monaco avec la même configuration scénique que celle utilisée dans les stades italiens », promet l’artiste. Un artiste qui a été mis à rude épreuve. « Je vole, je chante, je fais des cabrioles, rien ne m’a été épargné (rires). » Mais ce qui impressionne de prime abord, ce sont les immenses écrans qui trônent sur scène. « Nous avons utilisé la technique du mapping vidéo qui consiste à projeter des images en temps réel sur des objets inanimés en 3D. » Une technique qui sera utilisée sur chaque chanson, avec des thématiques différentes. A ces projections, qui apportent une dimension américaine au concert ainsi qu’un visuel dynamique et coloré, viennent encore s’ajouter des jeux de lasers qui feraient pâlir les organisateurs des plus grands festivals électro. « Tout ça est effectivement merveilleux. J’adore ce concept et c’est bien beau. Mais pour moi, le centre de ce concert est avant tout la musique. La musique et l’émotion que cela peut me procurer. Une émotion que je tenterai de communiquer au public, à lui en donner la chair de poule. » Et pour y arriver, il s’est entouré des meilleurs musiciens du moment. « C’était ma priorité. J’ai la chance de pouvoir compter sur un groupe de professionnels de grande renommée. » On pointera les présences d’Aaron Spears, le batteur de Usher, mais aussi de Tim Stuart, le guitariste de Pink et de Lady Gaga. Au terme d’un concert réglé comme sur du papier à musique, c’est le sentiment d’avoir assisté à un show unique et grandiose qui demeure. Mais également celui d’avoir été le spectateur privilégié d’une tournée qui devrait marquer les esprits et confirmer définitivement Tiziano Ferro dans son statut de star musicale italienne de l’actuelle décennie, au même titre que les confirmés Eros Ramazzotti, Jovanoti ou Ligabue.

    L'album: un mélange de pop et de balades

    Album Tiziano Ferro.jpgSorti en novembre 2014, l’album « The Best of TZN » regroupe tous les plus grands succès de Tiziano Ferro, de 2001 à 2014. Un premier opus du genre pour le chanteur. « C’était juste le bon moment pour le faire. » Un album dans sa version internationale qui compte 19 titres mais qui a fait également l’objet d’un double CD dans sa version standard sortie en Italie. De l’incontournable « Perdono », qui ouvre le concert, en passant par les balades langoureuses comme « Imbranato » et des tubes plus rythmés tels que « Rosso Relativo », « La Differenza Tra Me E Te », « Stop ! Dimentica » ou « Xverso », tous les plus grands succès du chanteur se retrouvent tant sur scène que sur l’album. Mais cet album est également une belle opportunité pour découvrir quelques nouveautés comme les titres « Senza Scappare Mai Più », « Incanto » mais surtout l’excellent « Lo Stadio ». « J’avais écrit et composé cette chanson au départ pour mon ami Jovanoti. Il y a trois ans, j’avais été le voir en concert à Florence et il m’avait commandé une chanson qui parlait de stade. Au final, il s’est rendu compte qu’elle n’était pas faite pour lui dans sa tessiture. De là m’est venue l’idée de la prendre à mon compte et de faire cette tournée des stades. » Notons encore qu’on retrouve sur cet album des duos avec les chanteuses américaines Kelly Rowland et Mary J. Blige ainsi qu’avec l’Anglaise Jamelia.

    > Tiziano Ferro sera en concert à Bruxelles à Forest National le mardi 15 décembre à 20h30 avec sa tournée « The Best of TZN ». Infos et tickets : www.sherpa.be (de 60 à 66 euros).