05/07/2015

Six groupes liégeois à l’affiche des Ardentes

The Belgians1 (c) Olivier Donnet.jpgLes Ardentes ne font pas dans le favoritisme. Interrogé sur le sujet, Fabrice Lamproye nous confiait récemment qu’il ne s’était jamais senti obligé de programmer des artistes du cru. Avantage de la situation : les groupes liégeois présents cette année savent qu’ils ne le doivent qu’à leur talent. On en dénombre six, joliment répartis sur les trois premières journées du festival.

Hesytap Squad et Atomic Spliff se produiront en ouverture le jeudi, respectivement à 13h dans la salle HF6 et à 13h50 sur la scène Open Air. Les premiers nommés sont composés de deux rappeurs et d’un DJ et proposent un hip hop influencé par des formations françaises comme I Am, Saïan Supa Crew ou encore Hocus Pocus. Joli symbole, pour un festival qui met de plus en plus les musiques urbaines à l’honneur. Atomic Spliff est pour sa part groupe de reggae qui se distingue par ses mélodies imparables et ses textes finement ciselés. Leur bonne humeur communicative risque bien de se transmettre sur toute la plaine du Parc Astrid. Plus tard dans la soirée, ce sont les revenants de Starflam qui se produiront sur la grande scène. Gonflés à bloc après la parution de leur best of et quelques concerts où ils ont cartonné aux quatre coins du pays, les auteurs du tube « A l’ancienne » pourront une nouvelle fois constater que leur popularité est demeurée intacte en bord de Meuse.

Un liégeois d’adoption pour ouvrir le vendredi

Roscoe2 (c) Gilles Dewalque.jpgVendredi, ce sont les excellents Paon qui seront chargés de sortir les festivaliers de leur torpeur. Originaire du Brabant Wallon, leur leader Ben Baillieux-Beynon vit désormais en cité ardente, ce qui lui permet, de justesse, d’entrer dans la catégorie des régionaux de l’étape. Fort d’un excellent premier album avec son nouveau combo, l’ancien chanteur des Tellers se produira à 13h sur la scène Open Air.

Le samedi, enfin, ce sera au tour de Roscoe d’apporter une couleur locale à l’évènement. Trois ans après un concert qui avait marqué les esprits en début de journée dans la salle HF6, Pierre Demoulin et sa bande ont visiblement pris du galon, puisqu’ils sont cette fois programmés à 18h10 dans l’Aquarium. Ils viendront défendre « Mont Royal », un deuxième opus absolument renversant et qui est parvenu à séduire un large public en Belgique comme à l’étranger. Dans la foulée, les fous furieux de The Experimental Tropic Blues Band viendront clôturer le feu d’artifice des talents régionaux. Après le rap, le reggae et la pop qui les aura précédés, leur rock puissant teinté de punk et de blues rappellera à chacun à quel point la scène liégeoise est riche et variée.

Les commentaires sont fermés.