• The K. vient enflammer la Caserne Fonck

    The K (c) libre de droits.jpg

    Il ne faut jamais se fier aux apparences. A première vue, les membres de The K. sont des jeunes gens aimables et polis, voire même un peu réservés. Mais dès qu’ils se produisent en concert, ces trois-là se transforment en bêtes de scène. Déjà connu pour leurs prestations explosives et habitées, Sébastien, Sigfried et Geoffrey ont dévoilé une nouvelle facette de leur personnalité avec « Burning Pattern Etiquette », leur deuxième album studio. C’est ce disque à la fois soigné et hargneux qu’ils viendront présenter ce samedi aux écuries de la Caserne Fonck. Show devant.
     
    Tous ceux qui les ont déjà vus sur scène vous le diront : The K. en live, ça déménage. Balançant fièrement leur punk-rock rageur et tendu, ces trois excellents musiciens ont aussi un talent inné pour assurer le show. Il suffit de les voir descendre de scène et se produire au milieu du public avec tous leurs instruments, batterie incluse, pour se dire que ces trois-là n’ont pas froid aux yeux. Cette capacité à transformer leurs concerts en véritable évènement, les liégeois l’ont acquise sur les planches, en n’hésitant pas à se confronter à tous les types de public. « Dès nos débuts, nous avons voulu nous produire un peu partout, y compris à l’étranger », explique Sébastien, le chanteur et guitariste de la bande. « Pour nous, cela semblait trop confortable de ne jouer que devant des amis ou des gens qui avaient déjà entendu parler de nous. Cela nous a valu quelques galères, mais aussi de très bons souvenirs, notamment lors d’une tournée en ex-Yougoslavie. Quand tu arrives dans une petite salle au Monténégro et que personne dans le public ne parle le français, tu sais que tu as intérêt à assurer. »

    The K - pochette de Burning Pattern Etiquette (c) libre de droits.jpg

    Un deuxième opus plus travaillé
     
    Le revers de cette démarche, c’est que le groupe s’est fait plutôt rare sur ses terres. Ces derniers temps, The K. a ainsi accumulé les dates en Flandre, en France et dans les pays de l’Est, mais il ne s’est presque jamais produit en région liégeoise. Un mal qui sera enfin réparé samedi prochain, à l’occasion de leur concert à la Caserne Fonck. Ils y seront pour défendre « Burning Pattern Etiquette », un deuxième album plus mature et travaillé que son prédécesseur. « Notre premier disque, c’était quasiment du live », résume Sébastien. « On branchait nos instruments et on enregistrait directement, souvent en une ou deux prises. Pour ce deuxième opus, nous avons voulu travailler différemment, en essayant d’apporter plus de nuances et de profondeur. Des musiciens extérieurs au groupe sont par exemple venus jouer sur l’un ou l’autre morceau. Cela nous a permis de découvrir une nouvelle approche, tout en conservant notre énergie brute pour la scène. » A ce niveau-là, on peut leur faire confiance. Les trois gars de The K. ne sont pas du genre à en garder sous la pédale.
     
     > The K. - « Burning Pattern Etiquette » - disponible chez les disquaires et sur les plateformes de téléchargement.
     > En concert le 6 février aux écuries de la Caserne Fonck (€ 8).
     > www.thek.be  
  • Bigflo et Oli, nouvelle coqueluche des Ardentes

    20160106121834970-0.jpgDeux chroniqueurs de « Touche Pas à Mon Poste » se produiront cet été aux Ardentes. Les messieurs regretteront peut-être qu’Enora Malagré ne figure pas dans le lot, elle qui représente l’atout-charme de la célèbre émission diffusée sur Plug RTL. Mais les plus jeunes se réjouiront sans doute en apprenant qu’il s’agit de Bigflo et Oli, les deux jeunes rappeurs qui ont récemment intégré le casting du show orchestré par Cyril Hanouna. Révélés par un premier album qui s’est directement classé parmi les meilleures ventes de l’année en France, en Belgique et en Suisse, les frères Florian et Olivio Ordonez font partie des petits chouchous de l’équipe des Ardentes, qui les programme déjà pour la troisième fois dans leur festival. A chaque fois, le duo a pu compter sur sa popularité grandissante pour se hisser de plus en plus haut à l’affiche. C’est qu’en plus d’un réel talent dans l’écriture de morceau et d’une belle aisance sur scène, les deux toulousains peuvent compter sur leur forte personnalité pour séduire leur public. La semaine dernière, quelques jours à peine après avoir intégré l’équipe de « Touche Pas à Mon Poste », ils refusaient ainsi de se présenter sur le plateau de l’émission sous prétexte que l’actrice française Véronique Genest y était invitée. Il est vrai que les propos ouvertement islamophobes de l’interprète de Julie Lescaut ne cadrent pas vraiment avec les messages d’ouverture et de respect prônés par les deux rappeurs dans leurs morceaux. Ne vous fiez pas à leurs gueules d’anges et leurs sourires narquois : ces deux petits français ont de la suite dans les idées.

  • Héliport de Liège: voici la nouvelle Brasserie Riva qui ouvre ce jeudi

    RIVA.jpgComme annoncé, le site de l’Héliport de Liège s’apprête à écrire une nouvelle page de son histoire. La Brasserie Riva ouvrira ses portes au public demain soir à partir de 18h30. Nous avons pu visiter les lieux en primeur avant tout le monde en compagnie des deux jeunes patrons liégeois Max Guldentops et Gregory Franchi.

    Il y a un an, deux jeunes entrepreneurs liégeois reprenaient l’exploitation de l’établissement Horeca situé sur le site de l’Héliport de Liège. Après six mois de travaux, ceux qui sont également à la tête du restaurant Jacob’s à Nandrin ouvriront demain soir les portes de leur nouvelle brasserie baptisée « Riva ». « Nous sommes repartis d’une page blanche », interviennent de concert Max Guldentops et Gregory Franchi. « Le bâtiment extérieur avait été réaménagé par la Ville de Liège. Nous avons effectué tous les travaux intérieurs et les aménagements extérieurs. » Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils s’en sont donnés les moyens. Le résultat vaut le détour avec une déco lumineuse, moderne et très tendance.

    RIVA 2.pngC’est l’architecte liégeois Philippe Valentiny qui a dessiné les lieux. « Le bâtiment a gagné en longueur avec de grandes surfaces vitrées. Le but étant d’y apporter un maximum de luminosité avec une belle vue sur la Meuse. Nous avons joué sur le thème nautique en utilisant des matériaux tels que le chrome et le tek. Les couleurs marine et blanche rappellent également la thématique. Le nom Riva fait référence à la rive ainsi qu’aux célèbres bateaux italiens du même nom. » Mais la volonté de nos deux Liégeois est avant tout de proposer une brasserie accessible à tous les Liégeois. « C’est une brasserie haut de gamme mais avec une ouverture beaucoup plus large que par le passé. Tant au niveau du budget que du public, nous voulons cet endroit accessible à tous. »

    BISTRONOMIE

    La carte proposée à midi comme en soirée est très variée et éclectique avec du homard, du poisson, des salades, des pâtes mais également des plats typiques de brasserie. « On peut la qualifier de Bistronomie. La carte est volontairement restreinte afin de conserver l’esprit artisanal. » En dehors des heures d’ouverture de la cuisine, la brasserie demeurera ouverte pour y boire un verre. L’établissement dispose de 60 places assises et de 30 places au comptoir. Son point fort sera également sa grande terrasse en bord de Meuse dès le printemps. Plus petit que par le passé, le parking sera privatif et gratuit les jours d’ouverture dès midi. Le Riva emploiera neuf personnes et disposera d’une salle de séminaire privatisée, équipée et pouvant accueillir 20 personnes.

    Notons encore qu’une étude menée par l’aéroport de Bierset est actuellement en cours afin de réhabiliter l’Héliport à court terme avec une piste d’atterrissage remise aux normes.

    A NOTER: infos et réservations sur le site www.riva-brasserie.com. Ouvert du jeudi au lundi. Fermé les mardis et mercredis.