04/02/2016

Benjamin Schoos dévoile son côté fleur bleue

Benjamin Schoos1 (c) P. Schyns.jpg

Avec lui, un album en cache toujours un autre. A peine un an et demi après « Beau Futur », Benjamin Schoos revient déjà dans les bacs des disquaires avec « Night Music, Love Songs », son nouvel album studio. Un disque à la fois tendre et attachant, où le chanteur sérésien révèle un côté fleur bleue qu’on ne lui connaissait pas encore. Décidément, celui qui s’est d’abord fait connaître sous le pseudo de Miam Monster Miam n’est jamais là où on l’attend.

« Night Music, Love Songs » est le troisième disque publié par Benjamin sous son nom de baptême. Après le rétro-futuriste « Beau Futur », il s’attaque ici à un autre genre : la pop romantique. « J’aime que mes albums forment un tout, qu’ils soient plus qu’une simple collection de chansons », confie-t-il. « Pour celui-ci, tout est parti de vieux synthétiseurs que je collectionne depuis des années et sur lesquels je me suis mis à composer. Comme j’ai écrit tous les morceaux de ce disque pendant la nuit, j’ai spontanément ralenti le tempo et joué des chansons assez douces. Ce sont donc les instruments que j’ai choisis qui ont déterminé la couleur générale de l’album. Sur des mélodies aussi apaisées, je ne pouvais que parler d’amour. »

Benjamin Schoos - couverture de Night Music, Love Songs.jpg

Des textes signés par son vieux complice Jacques Duvall

Pour ce faire, Benjamin a encore une fois fait appel à Jacques Duvall, son comparse depuis de longues années. L’homme que l’on retrouve derrière quelques uns des plus grands succès de Lio, Jane Birkin ou encore Alain Chamfort a sorti sa plus belle plume pour signer des textes à la fois romantiques et terre-à-terre. « Depuis le temps que l’on travaille ensemble, Jacques et moi nous entendons à merveille », sourit Benjamin. « Quand je lui ai fait écouter les morceaux, il a tout de suite compris dans quelle direction je voulais aller. Il faut dire que nous avons déjà co-signé plus de 300 chansons, lui et moi. On peut vraiment dire qu’on se comprend les yeux fermés. »

Cette belle complicité a donné naissance à un disque doux et sensible, où l’ancien trublion du « Jeu des Dictionnaires » laisse pour une fois tomber le second degré pour se montrer tout simplement tendre et émouvant. Dans un monde où le cynisme et le détachement sont érigés en règles de vie par certains, ce parti pris est aussi courageux que bienfaiteur.

 > Benjamin Schoos - « Night Music, Love Songs  », disponible chez les disquaires et sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement.

Crédit photo : P. Schyns

Les commentaires sont fermés.