18/05/2016

Interview: Patrick Bruel rendra hommage à Barbara au Forum de Liège les 26 et 27 mai

BRUEL.jpgJuste avant ses deux concerts au Forum de Liège, nous avons assisté à son dernier concert à Paris

Après un passage à Charleroi en mars dernier, Patrick Bruel continue sa tournée en hommage à Barbara. Une tournée qui, avant de se clôturer le 6 juin prochain au théâtre du Chatelet à Paris, passera par la Belgique avec quatre concerts programmés au Cirque Royal de Bruxelles et au Forum de Liège. Nous avons assisté lundi dernier à son troisième concert au théâtre Mogador à Paris. Patrick Bruel s’est confié sur cette belle aventure qui touche doucement à sa fin.

Salut Patrick, êtes-vous satisfait ?

Ce concert a beaucoup évolué au fil des dates. J’ai enfin trouvé le bon équilibre. Il y a une âme supplémentaire.

Dans un lieu particulier…

Avec une vraie symbolique à Mogador où elle a donné une cinquantaine de concerts en 1990. Et c’est ici même que je l’ai rencontrée en compagnie de ma maman. C’est une tournée remplie de clins d’œil, comme ce fut le cas à Charleroi où elle a résidé.

Est-elle déjà venue vous voir sur scène ?

Il était prévu qu’elle vienne assister à l’un de mes concerts au Zénith de Paris. Mais elle a eu un empêchement. C’est un grand regret.

On vous sent touché, voire habité par Barbara.

C’est une tournée qui va en effet laisser des traces. J’ai le sentiment qu’elle est parfois présente sur scène ou dans la salle. J’y crois beaucoup. Mais le public est lui aussi atteint par son œuvre. Les commentaires sur les réseaux sociaux sont très touchants. Le message est bien passé.

Endossez-vous ici le rôle de passeur ?

A mon grand étonnement. Car ce n’était pas le but premier de cet album. Au départ, je pensais que Barbara était aussi connue du grand public que Brel ou Brassens.

Vous êtes donc devenu un conteur…

Au travers de son histoire à elle, c’est aussi la mienne que je raconte. Ce spectacle me ramène sans cesse à mes 15 ans. C’est un voyage personnel. Une vraie introspection. C’est un peu comme une sorte de bilan personnel que je fais chaque soir sur scène. Et un hommage perpétuel à ma maman. Mon parcours et ma vie me reviennent en pleine face chaque soir.

Vous rendez également hommage à la Belgique.

J’ai été envahi d’une tristesse profonde après les attentats. La Belgique est pour moi comme mon second pays. Vous avez tellement été présents. J’ai été meurtri pour vous. Comme vous l’avez été pour nous.

Cette tournée va-t-elle influencer votre carrière ?

Je travaille déjà actuellement sur mon prochain album. Il est indéniable qu’elle aura une influence sur mes prochains textes. Il y aura une part de Barbara. Cet album et ce concert vont conditionner la suite.

Comment allez-vous gérer l’après Barbara ?

On ne ressort pas intact d’un voyage comme celui-là. C’est une tournée plus éprouvante que les autres où je saute sur scène. J’ai déjà le blues après chaque concert. Il y aura certainement un sentiment encore plus fort à la fin de la tournée.

Avec deux dates particulières en Belgique.

Je ne suis monté qu’une seule fois sur la scène du Cirque Royal. C’était pour le Télévie. J’ai hâte d’y chanter vraiment pour la première fois. Quant au Forum de Liège, j’y entretiens une histoire particulière. Ce n’est pas un hasard si j’y termine ma tournée avec la clôture de Paris.

>> Les 24 et 25 mai au Cirque Royal de Bruxelles. Infos: 02/218.20.15 et www.cirque-royal.org. Les 26 et 27 mai au Forum de Liège. Infos: 04/223.18.18 et www.leforum.be. Il reste quelques tickets à partir de 25 euros.

Un concert abouti et un bel hommage à la Belgique

Patrick BRUEL et moi (Paris 2016).jpgNous avions déjà assisté à son concert au Palais des Beaux-Arts de Charleroi le 16 mars dernier. Deux mois plus tard, c’est à un spectacle plus abouti que nous avons eu droit à Paris. Entouré de ses quatre musiciens dans un décor intimiste, minimaliste et sans fioriture, Patrick Bruel rend hommage à son idole avec beaucoup de respect et de retenue.

A travers les chansons de Barbara, ce conteur d’un soir nous raconte son enfance mais également le parcours d’une artiste méconnue du grand public. Au fil des titres, on redécouvre Bruel au même moment où lui nous raconte Barbara. Nous assistons à une histoire d’amour virtuelle entre deux artistes totalement différents mais finalement fort semblables dans leur sensibilité artistique.

Du mariage pour tous sur « Madame », en passant par un engagement citoyen sur « Perlimpinpin » avec un hommage commun à la France et à la Belgique et les couleurs nationale unies sur scène, Bruel affirme son statut et assume son rôle de conteur et passeur d’un soir.

Serge Lama: spectateur attentif

« Un spectacle avec beaucoup d’élégance »

Serge Lama et moi.jpgSi la maman et les frères de Patrick Bruel étaient présents dans la salle, c’est le tout Paris qui s’était donné rendez-vous lundi dernier au théâtre Mogador. Même Manuel Valls, le Premier Ministre français, avait fait le déplacement avec sa compagne. Le célèbre producteur Gilbert Coullier, Didier Barbelivien mais aussi Serge Lama faisaient eux-aussi partie des spectateurs attentifs venus soutenir Patrick Bruel.

« On sort heureux de ce spectacle », nous confiait Serge Lama au terme du concert. « Grâce à lui, un nouveau public découvre Barbara. Ce concert est très bien monté. Avec beaucoup d’élégance. Patrick a fait un choix judicieux. Aujourd’hui, le comédien qui est en lui a pris le pas sur le chanteur. Je pense sincèrement que cette tournée va le changer. Et il gardera du Barbara dans son prochain répertoire. »


Les commentaires sont fermés.