• Dany Boon de retour à Liège le 5 octobre au Forum, dans la ville de ses débuts

    BOON.jpgIl ouvrira la nouvelle saison du Forum le mercredi 5 octobre avec son nouveau spectacle

    La nouvelle saison du Forum de Liège ouvrira ses portes le mercredi 5 octobre avec un invité de marque : Dany Boon qui fêtera ses 25 ans sur scène avant plusieurs dates à l’Olympia de Paris. Un retour aux sources pour le plus belge des comédiens français qui a fait ses débuts d’artiste à Liège quand il était encore étudiant du côté de Tournai.

    A l’affiche au cinéma avec le film « Radin » (NDLR : qui sort aujourd’hui sur nos écrans), Dany Boon est actuellement en tournée sur scène dans toute la France avec son dernier spectacle. Un spectacle intitulé « Dany Boon des Hauts-de-France » en référence à la nouvelle dénomination des régions françaises qu’il viendra présenter le mercredi 5 octobre prochain au Forum de Liège. « Ce sera une date particulière pour moi », nous explique Dany Boon. « Je connais Liège depuis très longtemps. J’ai toujours préféré la douceur et la chaleur des villes belges à l’agressivité de Paris. Durant mes études à Tournai, comme tout étudiant qui se respecte, je suis régulièrement venu faire la fête à Liège. Je me souviens même de mes débuts d’artiste. J’étais encore étudiant en dessin à l’Institut Saint-Luc de Tournai. Je m’étais rendu à Liège pour me produire en tant que mime automate dans une galerie commerciale. Mais je suis incapable de vous dire le nom. » Comme de nombreux artistes français, Dany Boon affectionne tout particulièrement la salle du Forum. « Bien entendu, le lieu est merveilleux. Mais c’est surtout le public liégeois qui apporte cette âme particulière et qui donne au Forum cette atmosphère si chaleureuse. » Peut-on dès lors s’attendre à croiser Dany Boon au coin d’une rue, d’un café ou d’un restaurant dans les travées du centre-ville ? « Bien entendu ! Je compte bien aller boire un pekèt violette et jouer au billard à bouchons ! » (rires).

    Ses 25 ans de scène

    Ce nouveau spectacle, mis en scène par la comédienne Isabelle Nanty, est aussi un spectacle anniversaire. « Je fête en effet mes 25 années de scène. C’est une sorte de retour aux origines. La scène a fait de moi ce que je suis aujourd’hui. J’adore jouer au cinéma. Mais ce que j’aime le plus, c’est le rire direct du public. Et ça, je peux vous dire que ça me manque. » Malgré ses nombreux succès au cinéma, Dany Boon n’a jamais vraiment abandonné la scène. « Cela fait plus de cinq ans que j’écris ce nouveau spectacle. Il y aura donc de nouveaux sketches auxquels viendront se greffer d’autres plus anciens et bien connus du public. » Artiste complet, Dany Boon fera étalage de tout son talent dans ce nouveau spectacle. « C’est vraiment l’esprit du music-hall. Entre deux sketches, je peux me retrouver à chanter au piano. » Bref, du grand Dany Boon comme on l’aime et une bien belle affiche pour ouvrir la nouvelle saison du Forum de Liège.

  • Le pionnier Jeff Mills et la belle Nina Kraviz réunis pour la deuxième édition du Link Festival

    Jeff Mills1 (c) libre de droits.jpg

    Il n’aura pas fallu très longtemps pour que le Link Festival s’installe dans le paysage. Dès sa première édition l’an dernier, la grand-messe électro a mis tout le monde d’accord avec une affiche de qualité et des décors à couper le souffle. Pour son deuxième volet prévu le samedi 8 octobre, l’évènement change de lieu mais conserve les deux éléments qui ont fait son succès.

    « Nous avons effectivement décidé de quitter les Halles des Foires de Coronmeuse au profit de La Fabrik de Herstal », confirme Dany Rodriguez, le directeur artistique de la soirée. « Les seuls petits couacs rencontrés l’an dernier étaient liés à la gestion des toilettes et du vestiaire, deux aspects que les gérants de la salle avaient tenu à organiser eux-mêmes. Pour le confort des spectateurs, nous avons donc cherché un autre lieu où nous pourrions tout superviser de A à Z. C’est le cas de La Fabrik, une salle qui a d’ailleurs accueilli plusieurs grands noms de l’électro dans le passé. »

    Nina Kraviz 1 (c) libre de droits.jpg

    Stars des platines et surprises en pagaille

    Si on se souvient en effet d’y avoir vu Felix Da Housecat, Luke Slater ou encore Miss Kittin il y a quelques années, on ne perdra sûrement pas au change cette fois. Avec l’hyper-médiatisée Nina Kraviz et le vétéran Jeff Mills, ce sont carrément deux des plus grandes stars mondiales de la Techno qui seront réunies le temps d’une soirée. Avant leurs prestations, d’autres grosses pointures telles que Bjarki, James Ruskin, Pierre, Marco Bailey ou encore Ben Long seront chargés de faire monter la température. « Vu le nombre de festivals qui sont organisés de nos jours, la présence de belles têtes d’affiches ne garantit plus la réussite d’un évènement », précise Dany Rodriguez, qui assurera lui aussi un DJ-set pour l’occasion. « C’est la raison pour laquelle nous avons aussi prévu  une série de petites surprises à l’attention des spectateurs. Je ne peux malheureusement pas vous en dire plus pour l’instant, mais je peux vous assurer qu’ils vivront une expérience hors du commun. »

    Quand on se souvient de l’artillerie lourde qui avait été déployée l’an dernier, on ne peut que faire confiance aux organisateurs. La bonne réputation du Link Festival est d’ailleurs déjà telle qu’ils ont déjà reçu des propositions pour l’exporter à Mexico City et à Bogota ! Que les fêtards d’ici se rassurent : ils ne comptent pas délaisser Liège pour autant.

     > Link Festival, le 08/10 à La Fabrik (79, rue Pierre-Joseph Antoine à 4040 Herstal).
     > Préventes (30 euros) disponibles dans les magasins Media Markt et sur www.link-festival.com  

  • Des rockeurs liégeois enregistrent avec l’ancien producteur de Nirvana

    Cocaine Piss avec Steve Albini (c) libre de droits.JPG

    C’est la nouvelle sensation de la scène punk-rock liégeoise. Actifs depuis trois ans à peine, les quatre membres de Cocaïne Piss ont déjà parcouru un joli bout de chemin qui les a notamment conduits en France, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie et en Suède. Ils s’apprêtent à franchir une étape supplémentaire en publiant « The Dancer », un premier album enregistré dans les prestigieux studios de Steve Albini, l’ancien producteur de Nirvana, de Pixies et de PJ Harvey.

    « Le groupe s’est formé un petit peu par hasard », se souvient Aurélie Poppins, l’énergique chanteuse du combo. « Au départ, nous étions une bande d’amis qui organisaient des concerts. Un beau jour, nous avons eu l’idée d’écrire quelques chansons pour nous produire en première partie d’un évènement que nous avions mis en place. Ce ne devait être qu’un one shot, mais ça nous a tellement amusés que nous avons poursuivi sur notre lancée. »

    Cocaine Piss2 (c) libre de droits.jpg

    « Nous avons dû nous pincer pour y croire »

    La suite, on la connaît. Après deux 3-titres et une série de concerts plus fous les uns que les autres, Aurélie, Yannick, Mathias et Julien ont eu l’occasion d’aller enregistrer leur premier album à Chicago, dans les studios du légendaire Steve Albini. « Nous parlions de nos idoles de jeunesse avec notre agent et son nom est directement tombé dans la conversation », sourit Aurélie. « A notre grande surprise, notre agent a répondu qu’il avait déjà travaillé avec lui dans le passé et qu’il allait le contacter pour voir s’il pouvait nous accueillir. Quand nous avons appris qu’il était partant, nous n’en revenions pas. Le rêve s’est d’ailleurs prolongé par la suite, puisqu’il nous a accueillis chaleureusement, sans nous snober le moins du monde. Qu’il s’occupe de grosses pointures internationales ou d’un petit groupe comme le nôtre, il travaille toujours avec la même ligne de conduite. En résumé, elle consiste à mettre les artistes dans les meilleures conditions pour enregistrer, mais sans jamais intervenir dans leurs choix artistiques. Par moments, nous l’entendions chantonner nos morceaux pendant les pauses. Nous devions nous pincer pour y croire. »

    Le résultat de ces trois jours de sessions est un disque de punk-rock sans concessions, bourré de second degré et dont les textes prônent l’ouverture d’esprit. Un message que le groupe véhiculera aussi le 30 septembre à La Zone, à l’occasion du concert organisé pour célébrer la sortie de l’album. Si vous aimez le rock qui défonce, attendez-vous à en prendre plein les oreilles.     

    Cocaine Piss - pochette de The Dancer (c) libre de droits.jpg

     > Cocaïne Piss – « The Dancer », disponible à partir du 30 septembre chez les disquaires et sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement.
     > En concert le 30/09 avec The Guilt, The K et Onmens (5 euros l’entrée, 15 euros pour l’entrée + le CD et 20 euros pour l’entrée + le disque vinyl).