06/10/2016

Piano Club ressuscite les eighties

Piano Club1 - libre de droits.jpg

Piano Club est de retour. Trois ans après « Colore », le groupe publiera prochainement « Fantasy Walk », son troisième album studio. Toujours influencés par le son des années ’80, les liégeois poussent cette fois le jeu des références à fond, signant au passage un grand disque de pop décomplexée. Les fans de Phoenix, de Metronomy et de Kavinski vont se régaler.

Si vous avez aimé la bande originale de la série-évènement « Stranger Things » ou encore celle du film « Drive » avec le beau Ryan Gosling, il y a fort à parier que vous ne vous lasserez pas de sitôt de « Fantasy Walk », le nouvel album de Piano Club. Car si les liégeois ont toujours puisé leur inspiration dans la discothèque de leurs parents, on peut franchement dire qu’ils n’y avaient jamais été aussi franco. Synthés vintage, boites à rythme et mélodies accrocheuses sont balancées ici avec panache, sans la pointe de second degré des artistes qui n’assument pas entièrement ce qu’ils font. Les fantômes de Kim Wilde, de Kate Bush et de Duran Duran s’invitent à tour de rôle sur ces morceaux qui ne jouent pas la carte de la nostalgie bon marché, mais ravivent l’atmosphère pleine de peps et de légèreté des eighties.

Piano Club - pochette de Fantasy Walk.jpg

« Un hommage aux chansons que nous écoutions étant gamins »

« C’est vrai que ce disque est plus direct que ses prédécesseurs », observe Anthony Sinatra, le leader de la bande. « Auparavant, nous nous aventurions encore régulièrement dans des sonorités expérimentales alors qu’ici, nous avons décidé de proposer quelque chose de plus immédiat. Cet album est une sorte d’hommage à toutes ces chansons que nous écoutions étant gamins. Des tubes incroyables qui allaient à l’essentiel et vous restaient en tête dès la première écoute. »

Parmi les plus belles réussites de l’ensemble, on retrouve le morceau « Esther », un titre où Anthony Sinatra délaisse pour une fois le micro. Il l'a confié à Lylou, une jeune chanteuse folk de la région liégeoise. Celui qui officie aussi au sein de Hollywood Porn Stars a vu juste en proposant ce refrain lancinant à une personne du beau sexe. « Nous avons tenté le coup avec d'autres filles avant de tomber sur elle », confie-t-il. « Son style de prédilection est assez éloigné du nôtre, mais sa voix collait parfaitement avec l’atmosphère du morceau. De manière générale, j’ai toujours aimé travailler avec des artistes venant d’horizons différents. La musique c’est comme la vie. Si on fait toujours la même chose, on finit par s’ennuyer. »

Avec ce disque hyper-accrocheur et dansant, Piano Club est en tout cas parvenu à embellir la nôtre pour un bon petit bout de temps.

 > Piano Club – « Fantasy Walk » - disponible à partir du 14/10 chez les disquaires et sur les plateformes de streaming et de téléchargement.
> En concert le 12/11 au Sunergia à Eupen et le 26/11 à l’Atelier Rock de Huy.

23:19 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.