17/11/2016

Un premier album pour le secret le mieux gardé du rock liégeois

It It Anita1 (c) Jan Rijk.jpg

It It Anita ne fait rien comme tout le monde. Alors que la plupart des groupes commencent par se distinguer dans leur patelin, ce quatuor Liégeois est encore peu connu chez nous, mais s’est déjà fait un nom chez nos voisins. Mike Goffard, Damien Aresta, Mika Verbeeck et Bryan Hayart se sont notamment fait remarquer en Flandre, en France et aux Pays-Bas, où leur rock criard et dévastateur en a séduit plus d’un.

« Nous puisons notre inspiration dans le rock des années ‘90 », explique Damien, co-chanteur et co-guitariste du combo avec Mike. « Il y a davantage de gens qui écoutent ce style de musique là-bas, j’imagine que c’est pour ça que nous y avons percé plus facilement. Nous avons aussi eu la chance de tomber sur Bjorn, un flamand qui est devenu notre manager. Il nous a trouvé beaucoup de dates de concert. En un an et demi, nous avons accumulé plus de 100 prestations, dont une grande majorité en France et de l’autre côté de la frontière linguistique. »

It It Anita2 (c) Jan Rijk.jpg

Oreilles sensibles s’abstenir

Après deux EP’s publiés en 2014 et 2015, le groupe a cette fois décidé de passer au format long avec un premier album baptisé « Agaaiiin ». Paru début novembre, il a été enregistré dans les studios new-yorkais de John Agnello, un célèbre producteur qui a notamment collaboré avec Dinosaur JR et Sonic Youth. « Il avait déjà enregistré notre deuxième EP », rappelle Damien. « Nous étions d’ailleurs tellement fiers d’avoir pu travailler avec lui que le disque s’appelle ‘Recorded by John Agnello’. Le courant était très bien passé à l’époque, nous avons donc naturellement pensé à lui pour ce premier album. Cette fois, nous avons cependant préféré nous rendre chez lui, alors qu’il était venu en Belgique la fois précédente. Ça nous a permis de nous imprégner de l’atmosphère de New York, une ville incroyable dont émane une énergie complètement folle. »

D’énergie, ce recueil de 8 titres n’en manque pas, lui non plus. Petit concentré de rock tendu et énervé, il s’appréciera tout particulièrement en live, là où le groupe a acquis une réputation de  bulldozer qui détruit tout sur son passage. « Dans la vie nous sommes plutôt des gens cool », sourit Damien. « Mais c’est vrai qu’en concert, on joue le jeu à fond et on se livre sans compter, quitte à balancer nos guitares ou à jouer au milieu du public. » Et si le meilleur groupe made in Belgium n’était pas forcément celui qu'on croit ?

 > It It Anita – « Agaaiin » - disponible depuis le 4/11 chez les disquaires et sur les plateformes de streaming et de téléchargement.
 > En concert le 25/11 à l’Alter Schlachthof à Eupen et le 12/12 au VK à Bruxelles.

Photos : Jan Rijk

It It Anita - pochette de Agaaiin.jpg 

Les commentaires sont fermés.