Les Tropics passent de la scène au grand écran

Rock et cinéma ont toujours fait bon ménage. Des premières apparitions d’Elvis à l’écran aux biopics de stars en passant par les nombreux documentaires qui lui sont consacrés, la musique du diable a toujours alimenté les salles obscures. Cette fois, c’est au tour du groupe liégeois The Experimental Tropic Blues Band de franchir le pas. Mieux connus sous leur surnom de « Tropics », ils font l’objet d’un docu-fiction réalisé par le jeune cinéaste Jérôme Vandewattyne. Un film trash mais astucieux baptisé « Spit'n'Split » et dont la bande originale a bien entendu été composée par le trio liégeois.

Présenté en avant-première mondiale au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, « Spit'n'Split » commence comme un film de tournée où l’on suit les rockeurs liégeois sur la route et sur scène. Capables de créer l’évènement à chacun de leurs concerts, les Tropics auraient sans doute pu se contenter de ce scénario éculé pour nous fournir quelques séquences spectaculaires. Ce serait mal connaître leur volonté de repousser sans cesse les limites, dans la plus pure tradition du rock ‘n roll. Assez vite, la réalité se mélange avec la fiction pour nous servir une histoire hallucinante dont on ne ressort pas indemne.

The Experimental Tropic Blues Band - couverture de Spit 'n' Split (c) Pascal Braconnier.jpg

Deux ans de tournée et de tournage

« La tournée qui sert de fil rouge au film a duré près de deux ans », explique Jérémy Alonzi, le chanteur et guitariste du groupe. « Pendant cette période, Jérôme nous filmait en permanence. L’histoire s’est écrite petit à petit, il n’y avait pas de scénario prédéfini. Au fur et à mesure que des idées lui venaient à l’esprit, Jérôme nous les suggérait et nous faisions de notre mieux pour leur donner vie. Nous n’avons pas la prétention d’être des acteurs. Tout s’est fait de manière assez spontanée, nous n’avons pas l’impression d’avoir joué un rôle. »

La réussite du film doit aussi beaucoup à sa bande originale. Elle a bien entendu été signée par le groupe, qui l’a enregistrée dans des conditions assez dingues. « Jérôme nous avait donné quelques directives », se souvient  Jérémy Alonzi. « Des indications assez vagues, pour que nous sachions dans quelle direction aller. Nous nous sommes donnés dix jours pour écrire tous les morceaux et les mettre en boîte. Le disque a finalement été enregistré à Nandrin, dans une villa prêtée par un type qui nous l’a proposé spontanément après un concert. »  Une rencontre à la fois miraculeuse et improbable, à l’image de cet OVNI qui a tout pour devenir un film-culte.

 > The Experimental Tropic Blues Band - « Spit’n’split », disponible à partir du 28 avril chez les disquaires et sur les plateformes de streaming et de téléchargement.
 > Le film sera projeté à l’occasion des prochains concerts du groupe.

Crédit pour la pochette : Pascal Braconnier

Les commentaires sont fermés.