Les Ardentes 2017 – Jour J-1 : 1000 bénévoles au service des festivaliers

Ils sont indispensables au bon déroulement des Ardentes. Cette année encore, 1000 bénévoles ont accepté de donner un coup de main aux organisateurs du festival. Ils sont en charge des bars, de la consigne, du recyclage des gobelets, du nettoyage du site, de l’assistance aux Personnes à Mobilité Réduite, du contrôle des entrées ou des parkings, du stand de vente d’objets dérivés ou encore de la préparation des repas. Des tâches parfois éprouvantes mais qu’ils exécutent avec le sourire, puisqu’il y a tous les ans beaucoup plus d’appelés que d’élus.

« Cette année encore, notre plateforme d’inscription a été littéralement prise d’assaut », sourit Alexia Da Silva, la responsable des bénévoles pour le festival. « On retrouve d’ailleurs toute une série d’habitués qui reviennent tous les ans. C’est en partie dû aux avantages dont ils bénéficient, mais je ne crois pas que c’est leur motivation principale. Je pense qu’ils apprécient aussi le fait de prendre part à l’organisation de l’évènement et de pouvoir en découvrir une autre facette. »

Les Ardentes - Rémy Sandor (c) morningfrost.jpg

« Je préfère y aller comme bénévole que comme festivalier »

Concrètement, tous les bénévoles travaillent 4 heures par jour pendant les 4 journées du festival. En échange de leur huile de coude, les organisateurs leur offrent un pass pour l’évènement, 1 t-shirt, des tickets-boisson et des repas. Les bons moments entre amis sont eux aussi compris dans l’offre, comme en témoigne Rémy Sandor (photo). « Je suis bénévole aux Ardentes depuis l’âge de 16 ans », confie fièrement cet étudiant liégeois de 21 ans. « J’ai commencé par le montage du site, mais je travaille désormais au stand de recyclage des gobelets. J’ai d’abord été attiré par la possibilité d’aller voir les concerts gratuitement, mais c’est désormais surtout l’ambiance qui me donne envie de revenir tous les ans. Quand on est sur place avec son t-shirt de bénévole, des tas de gens viennent vous parler spontanément. Cela favorise les rencontres et les moments agréables. C’est d‘ailleurs pour cette raison que j’ai voulu arrêter de m’occuper du montage. Je pensais au départ que c’était plus sympa de travailler avant le début du festival, pour pouvoir y prendre part librement. Mais finalement, je trouve ça plus agréable d’y être en tant que bénévole qu’en tant que simple festivalier. »

Les commentaires sont fermés.