Theo Clark, le gentleman rockeur

C’est le plus liégeois des chanteurs écossais. A moins que ce ne soit l’inverse. Arrivé chez nous il y a près de 20 ans, Theo Clark s’est d’abord fait connaître en tant que parolier pour de nombreux groupes belges. Il publie aujourd’hui son premier album, un recueil de titres pop-rock qui vous feront réfléchir autant que danser.

« Ma famille est arrivée en Belgique alors que j’avais onze ans », confie le chanteur rouquin. « Mon père avait trouvé un emploi à Waterloo et nous avons vécu du côté de Nivelles. Je pratiquais le rugby à l’époque, j’ai donc décidé de m’inscrire au sport-étude de Seraing. J’ai ensuite poursuivi mon parcours scolaire à Saint-Luc, avant de devenir moi-même enseignant. Je suis actuellement prof d’anglais à l’Athénée Royal de Chênée, où j’essaye de transmettre mon amour de la musique et de la poésie à mes élèves. »

Fan de rock depuis toujours, Theo a collaboré avec de nombreux groupes noirs-jaunes-rouges. Si les accents british et les textes des chansons de Ghinzu, Montevideo, Kennedy ‘s Bridge ou encore Pale Grey sont aussi soignés, c’est en partie grâce à lui. « Ces collaborations se sont faites un peu par hasard », évoque-t-il. « Etant moi-même un amateur de musique, j’assistais à de nombreux concerts. Au fil des rencontres, j’ai croisé plusieurs artistes qui voulaient que je jette un coup d’œil aux paroles de leurs chansons. Cela m’a permis de les approcher et de voir comment ils travaillaient. »

Theo Clark - pochette de l'album.jpg

Un disque pour changer les mentalités

Après de longues années à travailler sur les disques des autres, Theo s’est finalement décidé à publier le sien. Son album aux accents pop-rock séduit par ses mélodies soignées autant que par ses textes engagés. Souvent sombres, mais jamais fatalistes, ils évoquent l’actualité et le climat anxiogène que nous connaissons ces derniers temps. « J’écris pratiquement tous les jours », explique-t-il. « Depuis quelques années, mes textes évoquent surtout les réactions des gens par rapport à l’actu. Je suis sidéré par le manque d’empathie et le phénomène de repli sur soi que l’on constate depuis quelques années. Ce sont des choses qui me frustrent, mais je reste convaincu que nous pouvons changer les mentalités. C’est ce que j’essaye de faire au quotidien, à travers mes chansons et en tant qu’enseignant. » Tant qu’il y aura des chics types comme Theo, il y aura de l’espoir.

G.S.

 > Theo Clark - « Terror Terror Everywhere Nor Any Stop To Think » - disponible chez les disquaires et sur les plateformes de streaming et de téléchargement.

Les commentaires sont fermés.