Vincent Taloche chante Bourvil

Vincent Taloche (Bourvil) 3.jpgEn 2017, l’éternel Bourvil aurait eu 100 ans. C’est dans le cadre du centième anniversaire de sa naissance que Vincent Taloche a décidé de lui rendre hommage. Un hommage musical sous la forme d’un véritable concert qui raconte la vie de l’artiste au gré de ses chansons et d’un riche répertoire parfois méconnu. Ce spectacle sera à l’affiche du Trocadero de Liège le 27 avril prochain, avant d’être joué à Paris devant les deux fils de Bourvil.

« Bourvil en toute simplicité et en chanson », tel est le titre de ce spectacle monté par le Verviétois Vincent Taloche. Le temps d’un concert, il vogue seul sur scène sans son inséparable frère Bruno. « Au même titre que Louis de Funès, Bourvil a bercé mon enfance et ma vie d’artiste. J’ai toujours aimé l’acteur, mais j’aime aussi le chansonnier. Et ses chansons ont parfois été jetées aux oubliettes. » Ce projet, Vincent l’a en tête depuis des nombreuses années. « Mais tout s’est précipité il y a un an. La ville de Binche organisait alors un grand week-end dans le cadre de son centième anniversaire. C’était l’occasion rêvée de concrétiser ce vieux projet. Je me suis lancé le défi en novembre dernier. J’en ai de suite parlé à quelques amis musiciens, dont Mimi Verderame. »

Très vite, ce projet prend forme. Sur scène, Vincent est entouré de professionnels. Quatre musiciens l’accompagnent au piano, à la contrebasse, à la batterie et à l’accordéon. « Ce sont tous des musiciens liégeois qui ont fait leurs preuves et qui viennent d’univers différents. N’étant pas moi-même un véritable chanteur, j’avais besoin de m’entourer de pointures. Mon souhait était de proposer quelque chose de carré. Je ne cherche pas à l’imiter. Ce n’est pas mon rôle. Nous avons énormément travaillé les chansons et les arrangements. » En tout, ce spectacle propose 19 chansons, toutes issues du répertoire de Bourvil. « C’est tendre et humoristique à la fois. Entre les chansons, je raconte sa vie, son époque. On y découvre, ou on redécouvre, ses chansons, mais on en apprend également beaucoup sur sa vie. C’est un mélange de chansons et d’anecdotes. Au départ, j’avoue que ce projet était un peu égoïste. Mais au final, je me rends compte que ça procure du plaisir aux gens. C’est ma plus belle récompense. »

Une autre belle récompense est l’accueil des deux fils de Bourvil. « Nous sommes en contact depuis le début. J’irai d’ailleurs proposer ce spectacle à Paris en juin prochain en leurs présences. » Ce qui ne devait n’être qu’un concert unique à la base, pourrait très bien devenir une petite tournée au final. VINCENT ARENA - NOW MAGAZINE

Les commentaires sont fermés.