Jérôme Mardaga prend son envol

Ce n’est pas qu’un retour, c’est carrément un nouveau départ. Cinq ans après « Zinzin », celui que l’on connaissait comme Jeronimo a publié un nouvel album sous le nom de Jérôme Mardaga. S’il a décidé de laisser tomber son pseudonyme, c’est pour marquer une rupture avec ses productions précédentes. Il est vrai que ce disque baptisé « Raid Aérien » se distingue par un style bien à lui, à la fois répétitif et angoissant.

« Je n’ai jamais cessé de composer des chansons », confie celui qui, mine de rien, traîne son élégante silhouette sur les scènes belges depuis plus de 20 ans. « Mais pendant un petit temps, c'est avant tout resté une démarche personnelle. J’ai commencé à travailler sur ce nouveau répertoire en 2015. Là, j’ai directement senti que  j’aurais envie de le partager. L’ambiance générale me semblait intéressante, elle correspondait exactement à mes envies du moment. »

Jérôme Mardaga - couverture de l'album Raid Aerien (c) libre de droits.jpg

Inspiré par Blair Witch Project et Apocalypse Now

Le ton général du disque a en effet de quoi surprendre. Avec ces nappes électroniques répétitives et ces textes hypnotiques, Jérôme Mardaga propose ici une œuvre qui met volontairement mal à l’aise. « Je me suis inspiré de films comme Blair Witch Project et Apocalypse Now », confie-t-il. « Le climat y est angoissant alors qu’en fait, on ne voit pas grand-chose d’effrayant à l’écran. C’est sans doute lié au contexte général de l’époque, juste après les attentats de Paris et Bruxelles. On peut aussi y voir une réaction à la chanson française actuelle. Les chanteurs d’aujourd’hui cherchent systématiquement à créer une atmosphère conviviale, où le public tape dans les mains avec le sourire aux lèvres. J’avais envie de proposer quelque chose de radicalement différent. »

Ce disque qui a reçu un excellent accueil dans la presse spécialisée trouve aujourd’hui son prolongement sur scène. Jérôme Mardaga se produira notamment le 10 novembre prochain au Reflektor, avec un set qui avait marqué les esprits aux dernières Francofolies de Spa. Pendant une petite heure, l’artiste et ses deux musiciens proposent un flux ininterrompu de son et d’images. Le résultat en désarçonnera sans doute certains, mais il ravira les amateurs de sensations fortes.

G.S. 

 > Jérôme Mardaga - « Raid Aérien » - disponible chez les disquaires et sur les plateformes de téléchargement.
 >  En concert avec Ici le 10/11 (20h) au Reflektor. Préventes (15 euros) disponibles au Reflektor, au MediaMarkt, à la Fnac, au stand infos de Belle-Ile et sur www.reflektor.be

Crédit photo : Deadly Sexy Carl

Les commentaires sont fermés.