Benoît Magimel tourne un film au CHU de Liège

C’est l’effervescence en ce moment au CHU. Des caméras, des figurants, des palmiers, des décors de cinéma et même un émir ont été aperçus ce jeudi dans les travées du plus grand hôpital liégeois. Après François Damiens et Cécile de France, c’est aujourd’hui au tour de l’acteur Benoît Magimel (« Les Petits Mouchoirs », « Cloclo », « La French »...) de venir tourner au CHU de Liège.

10713000_10154699448085456_2512161080576897026_n.jpg

Un film qui raconte l’histoire de Simon (Benoît Magimel), brillant chirurgien qui déménage à Dubaï avec son fils suite au décès de sa femme. « L’équipe du film tournera au CHU pendant une semaine », confirme Louis Maraite, le directeur de la communication de l’hôpital. « Le tournage est prévu dans différents lieux. Nous sommes ouverts à ce genre d’initiatives et nous mettons tout en place afin de pouvoir proposer un cadre convenable. Le tout, en veillant bien à ne pas mettre en péril le bon fonctionnement de nos services. »

Le CHU de Liège ouvre ses portes au cinéma mais demeure néanmoins plus que jamais attentif au bon déroulement des opérations. « Nous sommes confrontés à deux difficultés majeures. Nous souhaitons tout d’abord conserver un œil attentif sur le scénario médical. Nous nous devons de veiller à l’authenticité des faits médicaux. C’est dans ce cadre que le professeur Pierre Bonnet assiste l’équipe de tournage. Il accompagne les scènes qui se déroulent dans le milieu médical afin d’apporter de la crédibilité au film. Il jouera d’ailleurs, lors d’une scène, son propre rôle aux côtés de Benoît Magimel. »

À ce premier aspect vient s’ajouter l’accueil des patients. «  Il ne faut en aucun cas que les consultations de nos patients soient dérangées. Pour cela, nous tournons dans des lieux inoccupés mais également la nuit. » Récemment aménagée, « La chambre du futur » servira également de décor. « C’est une maquette à taille réelle de ce que seront nos chambres dans un futur proche. Un lieu inoccupé et idéal. En collaboration avec l’ULg, il est également prévu qu’une scène soit tournée dans la salle d’anatomie, transformée pour l’occasion en salle d’opération, ainsi que dans l’amphithéâtre. »

Possible grâce à «Frakas»

Ce n’est pas la première fois que le CHU de Liège sert de cadre au tournage d’un film dédié au septième art. On se souvient qu’en octobre dernier, Cécile de France était venue y tourner « Un monde plus grand » dans l’unité du neurologue Steven Laureys. Il y a moins d’un an, François Damiens en avait fait de même pour son film « Mon Ket ». Avec une scène mémorable tournée en caméra cachée dans le cabinet d’un proctologue. Tout ça a été rendu possible grâce au concours de la société liégeoise Frakas Production. Une société qui est venue plusieurs fois en repérage au CHU dans le cadre de Wallimage et à qui l’on doit ces différents tournages. Autant dire que d’autres productions pourraient suivre à l’avenir. VINCENT ARENA

Écrire un commentaire

Optionnel