Karin Clerq signe un retour en beauté

Elle est de celles qui ne tiennent pas en place… et qui pourtant savent prendre leur temps. Si Karin Clerq a attendu neuf longues années entre son troisième et son quatrième album, c'est parce qu'elle s'est consacrée à d'autres projets. Auteure, compositrice, chanteuse, comédienne… la Bruxelloise a plusieurs cordes à son arc. Elle sera bientôt au Centre culturel de Seraing pour défendre « La boite de Pandore », son disque le plus abouti à ce jour.

« Mon album précédent est sorti en 2009 », rappelle-t-elle. « J’ai ensuite tourné pendant environ deux ans, puis j’ai eu envie de faire d’autres choses. J’avais besoin de me lancer de nouveaux défis, de rencontrer d’autres gens. J’ai notamment fait partie du duo Kate & Joe BB avec Guillaume Jouan et du projet ‘Michael et moi’, qui m’a permis d’adapter une Bande Dessinée en musique et sur scène. J’ai aussi travaillé comme comédienne dans des fictions et fait quelques doublages. Ce n’est qu’en 2016 que j’ai commencé à composer pour ce nouvel album. Le déclic, ce fut la rencontre avec de jeunes artistes qui m’ont donné envie de m’y remettre. »

De nouveaux partenaires de jeu

Sur « La boite de Pandore », Karin Clerq a en effet fait appel à de nouveaux partenaires de jeu. Alice Vande Voorde comme co-équipière à la composition, Emmanuel Delcourt aux arrangements Faon Faon et le liégeois Sacha Toorop en invités… celle que l’on peut aussi voir dans la nouvelle saison d’Ennemi Public sur la RTBF est particulièrement bien entourée. « C’est le hasard qui m’a conduit vers eux », sourit-elle. « J’ai collaboré avec certains sur différents projets, j’en ai croisé d’autres dans les coulisses de festivals ou des locaux de répétition... Peu à peu, une nouvelle équipe s’est formée. Alice et Manu m’accompagnent aussi sur scène, tout comme le batteur de Balimurphy Mathieu Catala. Je ne sais pas encore si Sacha Toorop viendra chanter avec moi à Seraing, par contre. Il vient du coin et il est évidemment le bienvenu, mais il est aussi très occupé. »

Baptisé « Je garde », le duo de la Bruxelloise et du Liégeois est pourtant un des sommets de « La boite de Pandore », que l’on peut globalement qualifier de franche réussite. Entre chanson française et rock indépendant, Karin Clerq y démontre avec brio qu’elle a eu raison de faire un pas de côté pour nous revenir en pleine forme.

Il est payant, parfois, de savoir prendre son temps.

G.S.

 > Karin Clerq, le 15/03 à 20h au Centre culturel de Seraing
 > Préventes (10 euros au lieu de 15 euros sur place) disponibles à la billetterie du Centre culturel et sur www.centrecultureldeseraing.be

Les commentaires sont fermés.