Ardentes - Page 3

  • Musique à Liège : l’agenda 2017 est déjà bien rempli !

    Ardentes 4 (c) libre de droits.jpg

    2017 sera musicale ou ne sera pas. Cette année encore, les différents acteurs de la scène liégeoise vont se démener pour nous offrir 365 jours de découvertes et d’émotions. Vous le verrez ci-dessous, l’agenda des premiers mois de l’année est déjà bien rempli.

    On commencera en force avec la soirée Mix Toi Même organisée le vendredi 13 janvier au Reflektor. Comme son nom l’indique, l’évènement invite tous les DJ’s qui le souhaitent à apporter leurs clés USB, leurs disques durs ou leur vinyles et à proposer leur propre DJ-set d’une vingtaine de minutes. Éclectisme assuré ! Deux jours plus tard, place au rock pur et dur avec les anglais de Broken Teeth, Toujours dans la jolie salle de la place Xavier Neujean, on soulignera les concerts de Gérard Baste, et de Piano Club, tous deux programmés au mois de janvier. Jacques Stotzem, André Brasseur, Blonde Redhead, Saule, Birdpen, Kid Noize, Georgio, Puppetmastaz et Soldout sont quant à eux attendus de pied ferme au cours des prochains mois.

    Jenifer1 (c) libre de droits.jpg

    Les Transardentes figurent elles aussi parmi les évènements les plus attendus de 2017. Pour l’instant, la date à laquelle la grand-messe électro se tiendra n’a pas encore été dévoilée. En prémisse aux Ardentes, qui s’étaleront du 6 au 9 juillet, les organisateurs du festival ont également programmé un concert d’Agnès Obel au Forum le 20 mai. La salle la plus prestigieuse de la cité ardente a quant à elle annoncé la venue de Gérard Lenorman (le 8 janvier), de Patricia Kaas (le 28 mars), d’Angelo Branduardi (le 8 avril), de Tal (le 22 avril), et de Dee Dee Bridgewater (le 12 mai). L’année à venir sera bien évidemment aussi rythmée par de nombreux festivals, parmi lesquels le Bel’Zik qui se tiendra les 23, 24 et 25 mars prochains. On y retrouvera notamment Jenifer (photo), Dan San, Piano Club et Puggy. Du côté des Francofolies, qui s’étendront du 20 au 23 juillet, seul le beau gosse français Navii figure à l’heure actuelle parmi les confirmations.

    Live Club2 (c) libre de droits.jpg

    Un nouvel espace dédié à la culture en Roture

    A peine sortis de leur studio d’enregistrement, les liégeois de The Experimental Tropic Blues Band ont annoncé la sortie du film « Spit’n’Split », dont ils ont composé la Bande Originale. Le film et le disque seront dévoilés dans le courant de l’année et promettent d’être rock’n roll à souhait.

    On tiendra aussi à l’œil les premiers concerts qui seront annoncés au 13 rue Roture. L’ancien Live Club (photo) fera en effet bientôt place à deux salles de spectacle, une salle de création, un snack et une salle d’exposition. Des festivités d’ouverture s’y tiendront du 20 janvier au 20 mars, nous y reviendrons prochainement. Du côté du Cadran, l’année commencera avec la venue des barjots parisiens de Salut C’est Cool le samedi 28 janvier, puis celle du rappeur ivoirien Kaaris le 4 février. 2017 vient à peine de débuter, mais on aimerait déjà y mordre à pleines dents.

  • Placebo sera à l’affiche des Ardentes !

    Placebo2 (c) libre de droits.jpg

    La première tête d’affiche des Ardentes est connue. Déjà présent en bord de Meuse en 2014, le groupe de rock Placebo s’y produira à nouveau le samedi 8 juillet 2017. Une nouvelle qui ravira les nombreux fans de Brian Molko et cie, d’autant qu’ils proposeront cette fois un concert axé sur leurs morceaux les plus connus.

    « La première fois qu’ils sont venus, ils venaient de sortir un nouvel album », se souvient Fabrice Lamproye, le responsable de la programmation. « Certains spectateurs ont dès lors regretté qu’ils n’aient pas joué plus d’anciens tubes. En revanche, leur tournée actuelle a été organisée dans le cadre de leurs vingt ans de carrière. Ils n’auront pas de nouveau disque à défendre et pourront se concentrer sur leurs morceaux emblématiques.  »

    Vers un dimanche plus ‘Grand public’

    S’il est évidemment trop tôt pour émettre des conclusions sur la programmation, cette première annonce a de quoi surprendre. L’an dernier, les organisateurs avaient en effet clamé haut et fort leur volonté de se tourner résolument vers les musiques urbaines. Or, le nom de Placebo suscitera avant tout l’enthousiasme des amateurs de guitares. « Que les fans de rap se rassurent », sourit Fabrice Lamproye. « Nous annoncerons très prochainement la venue d’un artiste qui devrait les ravir. Nous ne leur tournons donc pas le dos, bien au contraire. Mais les autres genres musicaux continueront eux aussi à être bien représentés. Je peux d’ailleurs déjà vous dire que la programmation du dimanche sera à nouveau plus Trans-générationnelle, à l’instar de ce qu’elle proposait lors des premières éditions. »

    Les Ardentes1 (c) libre de droits.jpg

    Bye, bye, Halles des Foires !

    La venue de Placebo n’est pas la seule surprise que les organisateurs des Ardentes réservent à leurs habitués. Le festival a en effet décidé de quitter les Halles des Foires de Coronmeuse pour se dérouler entièrement en extérieur. Souvent décriée pour son acoustique capricieuse, la salle HF6 fera cette année place à une toute nouvelle scène aménagée sur le parking de l’ancienne patinoire, là où un village foot avait été installé l’été dernier. Une autre scène plus petite prendra quant à elle ses quartiers dans la cour Fil, en lieu et place de l’Aquarium.

    « Ces nouveaux aménagements ont été décidés pour plusieurs raisons », explique Fabrice Lamproye. « Même si plusieurs groupes ont prouvé qu’il était tout à fait possible de proposer un excellent son dans les Halles, force est de constater qu’elles posaient problème pour certains ingénieurs du son. Les scènes extérieures résoudront cela, tout en permettant au festival de s’étendre sur une plus grande superficie. La scène devant la patinoire pourra en effet accueillir 8000 spectateurs, contre 6000 dans le HF6. Ceci dit, la capacité entière restera limitée à 20 000 personnes par jour, comme lors de l’édition 2016. Le site sera donc plus aéré et plus agréable à arpenter. Le prix des billets restera lui aussi identique, avec notamment une promotion qui permet d’acquérir les premiers pass 4 jours pour seulement 95 euros. » Voilà une idée originale pour les Saint-Nicolas en manque d’inspiration.

     > Les Ardentes 2017, du 6 au 9 juillet sur la plaine du Parc Astrid.
     > Des billets pour la journée du 8 juillet avec Placebo sont en vente depuis vendredi pour 55 euros. Les 2000 premiers pass 4 jours sont disponibles pour 95 euros. Passé ce quota, ils coûteront 120 euros.
     > Préventes à la Fnac, au MediaMarkt, à Belle-Île et sur www.lesardentes.be

    Trois fois plus de concerts en plein air, mais des horaires aménagés

    On se souvient du témoignage d’Alberte Vanderlinden, une septuagénaire liégeoise qui s’était plainte l’été dernier d’avoir eu le sommeil troublé par le concert d’Indochine. Elle et les autres riverains de Coronmeuse peuvent être rassurés : les horaires des Ardentes seront adaptés à la nouvelle configuration du site. Lors des éditions précédentes, tous les concerts en extérieur se terminaient au plus tard à 2h du matin. Ce sera désormais le cas pour le festival dans son ensemble, puisqu’il n’y aura plus de soirées électro qui prendront le relais dans les salles.

    Les Ardentes2 (c) libre de droits.jpg

  • Ardentes 2016 : découvrez notre sélection des 10 concerts à ne pas manquer !

    Indochine1 (c) libre de droits.jpg

    Le grand jour est enfin arrivé. Ce mercredi aux environs de 15h, la dixième édition des Ardentes débutera. Avec plus de 100 concerts et DJ-sets répartis sur cinq jours, le festival liégeois proposera une fois de plus un menu particulièrement copieux. Histoire de vous guider dans vos choix, nous vous dévoilons notre sélection des 10 concerts à ne pas manquer.

    - Les plus cultes : Indochine, le 06/07 (23h15) sur la scène Open Air
     
    « L’Aventurier », « Trois nuits par semaine », « Canary Bay », « J’ai demandé à la lune », « Alice et June »… En 35 ans de carrière, le groupe français n’a pas cessé d’accumuler les tubes, créant une œuvre absolument unique dans le morne paysage du rock français. Nicola Sirkis et sa bande signent ici leur grand retour aux Ardentes, 10 ans après un premier passage qui avait permis au festival de démarrer en grande pompe.
     
    - Les plus intrigants : PNL, le 07/07 (19h30) sur la scène Open Air
     
    C’est le nouveau phénomène du rap français. Originaire de Tarterêts en région parisienne, ce mystérieux duo a pris tout le monde de court avec « Le Monde Chico », un album dont le single baptisé « Le Monde ou Rien » a été visionné plus de 40 millions de fois sur Youtube. On aime ou on sourit doucement à l’écoute de ces morceaux hypnotiques et bourrés d’effets sur la voix qui racontent en long, en large et en travers la vie des dealers dans les banlieues françaises. On ne peut cependant pas nier qu’il y a là quelque chose de fascinant et de profondément novateur.
     
    - Le plus dérangé : Action Bronson, le 07/07 (21h30) sur la scène Open Air
     
    C’est sans conteste une des attractions principales de cette onzième édition des Ardentes. Avec sa tête de gros nounours, ce personnage hors normes tout droit venu de New York propose un rap agrémenté de rock des années ’70 et d’humour potache. Régulièrement, le gaillard parle aussi sur son blog des découvertes culinaires qu’il fait tout au long de sa tournée mondiale. Qui est partant pour lui faire découvrir les boulets liégeois ?

    Noémie Wolfs1 - Julien Hockers.jpg

    - La plus sexy : Noémie Wolfs, le 08/07 (17h30) dans l’Aquarium
     
    Son mini-short bleu avait fait forte impression lorsqu’elle s’était produite aux Ardentes avec Hooverphonic en 2013 (crédit photo : Julien Hockers). Présente en bord de Meuse pour promouvoir son premier album solo, la jolie chanteuse est l’atout-charme numéro 1 d’une onzième édition qui pour le reste, fait plutôt la part belle aux artistes masculins.
     
    - Le plus dandy : Christophe, le 08/07 (19h30) dans l’Aquarium
     
    Certains ont du se pincer pour le croire. Entre des rappeurs, des rockeurs, quelques groupes de soul et des DJ’s électro, le vétéran Christophe sera cette année aux Ardentes pour défendre la chanson française de qualité, accompagné d’une poignée d’autres dont notre Nicolas Michaux national. Auteur d’un dixième album absolument magistral avec « Les Vestiges du Chaos », l’auteur de tubes intemporels comme « Paradis Perdus », « La Dolce Vita » ou encore « Les Mots Bleus » viendra montrer que le poids des ans n’a décidément pas d’emprise sur lui. 

    Charles Bradley1 (c) libre de droits.jpg

    - Le plus touchant : Charles Bradley & His Extraordinaires, le 08/07 (21h15) sur la scène Open Air
     
    C’est l’histoire d’un soulman qui a commencé sa carrière à l’âge de la retraite. Après avoir passé une bonne partie de son enfance dans la rue, Charles Bradley a vécu pendant plus de trente ans de petits boulots et de sa vague ressemblance avec James Brown. C’est lors d’un de ses concerts dans un bar de Brooklyn qu’il est repéré par le boss du prestigieux label Daptone Records. Ce dernier est stupéfait par sa voix et lui propose de monter un groupe pour l’accompagner. Tournant désormais partout dans le monde, ce jeune homme de 67 ans est désormais un artiste respecté dans le milieu de la soul, doublé d’un showman hors-pair.
     
    - Les plus dansants : 2ManyDJ’s, le 08/07 (23h30) sur la scène Open Air
     
    Que ce soit en formule 2ManyDJ’s ou avec leur flamboyant groupe de rock Soulwax, les frères David et Stephen Dewaele ont le chic pour transformer n’importe quelle plaine de festival en gigantesque discothèque à ciel ouvert. Ils présenteront cette fois leur show live où des pochettes de disques célèbres ou moins célèbres s’animent pour accompagner leur prestation. Amateurs de sensations fortes, vous ne risquez pas d’être déçus.

    Kurt Vile1 (c) libre de droits.jpg

    - Le plus imprévisible : Kurt Vile & The Violators, le 09/07 (21h50) dans l’Aquarium
     
    Ca passe ou ça casse avec ce gringalet originaire de Philadelphie et dont les performances sont tantôt sublimes, tantôt franchement gênantes, en fonction de son humeur du jour. Il n’empêche qu’avec « B’lieve I’m going down », son dernier album en date, cet authentique petit génie a signé un des meilleurs albums folk-rock de 2015, rien que ça. On s’en voudrait donc de ne pas aller faire un tour du côté de l’Aquarium, ne fut-ce que pour vérifier s’il maîtrise toujours aussi prodigieusement la six-cordes. 
     
    - Le plus attendu : Pharrell Williams, le 09/07 (23h30) sur la scène Open Air
     
    C’est l’incontestable star de ce cru 2016. Rien qu’à l’annonce de sa venue, pas moins de 8000 internautes se sont précipités sur le site des Ardentes pour vérifier l’information. Déjà présent en 2010 avec N.E.R.D., le chanteur et producteur américain a depuis lors vu sa cote de popularité décupler, notamment grâce à ses collaborations avec Daft Punk et à son irrésistible tube « Happy ». La venue d’un artiste de son calibre fait résolument entrer le festival dans une nouvelle dimension.
     
    - Le plus fidèle : Nekfeu, le 12/07 (23h30) sur la scène Open Air
     
    Que de chemin parcouru par ce rappeur aussi jeune qu’hyper talentueux ! En 2011, l’équipe de programmation des Ardentes le découvrait par hasard et le contactait via… la messagerie de Facebook pour l’inviter à se produire avec son groupe 1995 en lever de rideau du festival. 5 ans et 3 passages en bord de Meuse plus tard (deux avec 1995, un en solo), Nekfeu est cette année programmé en clôture des Ardentes, pour un bouquet final qui s’annonce tout bonnement grandiose.