Ardentes - Page 4

  • Le petit abécédaire des Ardentes (2ème partie)

    (c) Goldo - ardentes2887.jpg

    Le compte à rebours est lancé. Ce mercredi, les Ardentes ouvriront leurs portes sur le site de Coronmeuse. Dans le cadre de notre décompte quotidien avant le début de la grand-messe, nous nous sommes prêtés au petit jeu de l’abécédaire. Du N de « Nekfeu » au Z de « Zidane », retrouvez dans cette deuxième partie toutes nos petites indiscrétions sur le festival liégeois !

    Nekfeu : le rappeur français aura cette année l’honneur de clôturer le festival. Découvert par l’équipe des Ardentes dès ses débuts, il s’y est déjà produit avec son collectif 1995 en 2011 et 2013, avant d’y signer un concert de feu sur l’Open Air l’an dernier.

    Open Air : la plus grande scène du festival, celle où l’on peut voir les plus grandes têtes d’affiche. Pharrell Williams, Mark Ronson, Suede, Indochine et 2ManyDJ’s s’y produiront notamment cette année.

    Pharrell Williams (c) libre de droits.jpg

    Pharrell Williams : l’incontestable star de cette édition des Ardentes. Déjà présent en 2010 avec son groupe N.E.R.D, le chanteur américain a depuis lors pris une toute autre envergure, notamment grâce à son tube interplanétaire « Happy » et sa collaboration avec Daft Punk sur le morceau « Get Lucky ». Sa venue est sans nul doute le plus grand tour de force jamais réalisé par les programmateurs du festival.

    Qualité : tous ceux qui ont l’habitude de se rendre en festivals vous le diront : les Ardentes, c’est la crème de la crème. Un accueil sympa pour tous les festivaliers, des tarifs abordables, un site absolument magnifique, une route des saveurs qui fait la part belle aux bons produits, sans oublier une affiche chaque année plus crédible : les liégeois n’imaginent pas toujours la chance qu’ils ont.

    (c) Goldo - ardentes1396.jpg

    Route des Saveurs : c’est un des coups de génie des organisateurs du festival. En misant sur les artisans locaux pour assurer le ravitaillement des festivaliers, ils leur ont garanti des produits frais, sains et de qualité. Cuisine du monde, pâtes fraîches, délicieuses pâtisseries… On est loin des hamburgers-frites surgelés que l’on retrouve à tout bout de champs dans d’autres évènements du genre !

    Sécurité : comme tous les autres grands rassemblements organisés depuis les attentats de Paris et de Bruxelles, les Ardentes feront l’objet d’une sécurité renforcée. Le budget lié à la surveillance du site a d’ailleurs explosé, passant de 120 000 euros en 2015 à pratiquement 200 000 cette année. Des entrées séparées ont été prévues pour permettre aux festivaliers qui se présenteront sans sac d’accéder plus rapidement au festival. Si vous souhaitez malgré tout en avoir un avec vous, il faudra vous armer de patience.

    (c) Goldo - ardentes1114.jpg

    Tentes : ils seront 5000 campeurs à venir planter leur tente du côté de l’Ile Monsin. Parmi eux, on retrouve bien entendu tous les festivaliers venus de loin, mais aussi beaucoup de liégeois qui aiment s’immerger à 100% dans l’ambiance des Ardentes.

    Urbain : au fil des ans, les programmateurs du festival sont parvenus à lui donner une identité forte au niveau des musiques urbaines, et plus particulièrement du hip hop. De Cypress Hill à Kendrick Lamar en passant par Snoop Dogg, NTM, 50 Cent et IAM, on ne compte plus les grosses pointures du genre qui se sont déjà produites en bord de Meuse.

    Ardentes VIP3 (c) libre de droits.jpg

    VIP : comme tout grand rassemblement qui se respecte, le festival liégeois possède sa zone réservée aux clients VIP. On y retrouve les clients et les employés des principales sociétés liégeoises, mais aussi quelques personnalités politiques, du sport et du showbiz. De la « simple » place pour 1 jour à 150 euros à la formule « All in » avec loge privative et tarif sur-mesure, il y en a pour tous les goûts, mais pas vraiment pour toutes les bourses. 

    Wallifornia Park : c’est le nom d’une nouvelle zone située à l’entrée du festival et dont l’animation a été confiée au collectif danois ArtRebels et à l’ASBL liégeoise SprayCan Arts. Au programme : concerts et DJ-sets, mais aussi des installations d’art contemporain, des spectacles de danse urbaine, un atelier de tatouages éphémères et même un photo-maton ! Un petit détour s’imposera.

    « X » comme le chiffre Romain : après avoir fêté sa dixième édition l’an dernier, le festival célèbre cette fois ses 10 ans (et bien oui, lors de la première édition en 2006, Les Ardentes avaient 0 an). C’est sans doute ce cap symbolique qui a poussé les organisateurs à ajouter un cinquième jour pour accueillir Indochine.

    Young Thug (c) libre de droits.jpg

    Young Thug : une autre attraction de ce cru 2016. Agé d’à peine 24 ans, ce rappeur américain a déjà attiré l’attention de toute l’attention de la presse spécialisée, où il a notamment été qualifié de « meilleure chose qui soit arrivée au rap lors de cette décennie », rien que ça. Son concert est prévu le vendredi 7 juillet à 22h30 dans la salle HF6.

    Zidane : depuis son célèbre coup de boule en finale de la coupe du monde 2006, le plus grand joueur français de tous les temps est intimement lié à l’histoire des Ardentes. En effet, le match était retransmis sur écran géant ce jour-là. Suite aux prolongations et à la séance de tirs au but qui se sont avérées nécessaires pour que l’Italie s’impose contre la France, Indochine a été obligé de retarder son entrée en scène. Particulièrement remonté ce soir-là, le chanteur Nicola Sirkis peut cette fois dormir sur ses deux oreilles. Le début de sa prestation est prévu après le dénouement de la demi-finale de l’Euro qui se tiendra mercredi.

  • Le petit abécédaire des Ardentes (1ère partie)

    (c) Samuel Szepetiuk.jpg

    Le compte à rebours est lancé. Ce mercredi, les Ardentes ouvriront leurs portes sur le site de Coronmeuse. Dans le cadre de notre décompte quotidien avant le début de la grand-messe, nous nous sommes prêtés au petit jeu de l’abécédaire. Du A de « Ardentes » au M de « Météo », retrouvez dans cette première partie toutes nos petites indiscrétions sur le festival liégeois !

    Ardentes : comme le nom du festival, mais aussi le surnom de la cité qui l’héberge. L’anecdote raconte que le nom a surgi lors d’un brainstorming entre les deux directeurs et Adelmo Gironi, l’homme à tout faire de la grand-messe. Sans cela, qui sait comment l’évènement se serait appelé ?

    Bénévoles : ils seront 1500 à travailler cette année sur le festival, dont une grande partie de fidèles que l’on retrouve tous les ans au même poste. A la fois souriants et volontaires, ils échangent leur temps et leur huile de coude contre un Pass 5 jours, un t-shirt et quelques tickets pour leurs boissons et leurs repas.

    Cinq : comme le nombre de jours que connaîtra cette onzième édition. Organisé du vendredi au dimanche lors du tout premier volet, l’évènement a débuté le jeudi à partir de la deuxième édition pour permettre à Air de se produire en bord de Meuse. On doit l’ajout d’un jour supplémentaire cette année au grand retour d’Indochine, qui avait assuré la tête d’affiche en 2006.

    Ardentes - développement durable (c) Goldo.jpg

    Développement durable : Les Ardentes ont toujours tenu à leur image de festival vert. En installant des poubelles de tri un peu partout sur le site et en menant des campagnes de sensibilisation auprès des festivaliers, les organisateurs font tout ce qui est en leur pouvoir pour réduire l’impact écologique de leur évènement.

    Euro : Il est impossible d’échapper à la folie du championnat d’Europe de foot, même quand on se rend aux Ardentes. Cette année, un village entièrement dédié au ballon rond a même été aménagé sur le parking de la patinoire de Coronmeuse. Les festivaliers pourront y assister aux demi-finales et à la finale du tournoi, mais aussi disputer eux-mêmes un petit match sur l’un des deux terrains confectionnés pour l’occasion.

    Ardentes - Les organisateurs 1 (c) Globule bleu.jpg

    Fabrice Lamproye : Avec le président de Meusinvest Gaëtan Servais, l’ancien propriétaire de la Soundstation est un des co-directeurs du festival. S’occupant plus particulièrement de la programmation, il confie la partie financière à son acolyte.

    Guillemins : Avec l’arrivée du village foot, le nombre de places de parking à proximité du site de Coronmeuse s’est considérablement réduit. C’est pour cette raison que les organisateurs ont trouvé un accord avec Infrabel pour installer un parking de délestage du côté de la gare des Guillemins. Pour 5 euros par jour, les festivaliers pourront y laisser leur voiture puis se rendre gratuitement à Coronmeuse via la ligne de bus n°1 ou les navettes TEC qui circuleront durant toute la durée de l’évènement.

    HF6 : La plus grande salle du festival et la deuxième plus grande scène en termes de capacité, après l’Open Air. Cette année, des gradins y seront aménagés pour permettre aux festivaliers de rester assis en assistant aux concerts.

    Indochine1 (c) libre de droits.jpg

    Indochine : La tête d’affiche du mercredi et en quelque sorte le parrain des Ardentes, puisqu’ils s’y étaient produits lors de la toute première édition en 2006. 10 ans plus tard, Nicola Sirkis et sa bande pourront constater que l’évènement est aujourd’hui devenu une machine bien huilée.

    JoeyStarr : Le rappeur français viendra aux Ardentes pour la troisième fois, après des prestations intenses et explosives en 2007 et 2012. Il aurait même pu ajouter une présence de plus s’il n’avait pas dû annuler sa venue en 2009 avec ses acolytes de NTM à cause d’un séjour en prison.

    Kamasi Washington : Prévu le 10 juillet à 21h30 dans l’Aquarium, le concert du saxophonsite américain est un des moments les plus attendus par les festivaliers. Son album « The Epic » paru l’an dernier est un pur chef d’œuvre de jazz avant-gardiste. 

    Liège : Aucun festival au monde n’est aussi densément fréquenté par le public local. Chaque année, on estime ainsi qu’environ 60% des festivaliers sont originaires de la Province de Liège. Les 40% restants se répartissent entre 15% de wallons, 15% de flamands, 5% de bruxellois et 5% d’étrangers.

    Météo : C’est le seul paramètre que les organisateurs ne maîtrisent pas, mais il a évidemment toute son importance dans le bon déroulement de l’évènement. Heureusement, au vu des dernières prévisions, on devrait éviter le déluge que l’on a connu en 2008 tout autant que la canicule de 2010.

  • Dix groupes liégeois à l’affiche des Ardentes

    Hollywood Porn Stars1 (c) Olivier Donnet.jpg

    Les Ardentes ne font pas dans le favoritisme. Interrogé sur le sujet, Fabrice Lamproye nous confiait récemment qu’il ne s’était jamais senti obligé de programmer des artistes du cru. Avantage de la situation : les groupes liégeois présents cette année savent qu’ils ne le doivent qu’à leur talent. On en dénombre dix, joliment répartis sur les trois dernières journées du festival.

    Kennedy’s Bridge et Beffroi se produiront à 14h le vendredi, respectivement sur la scène Open Air et dans la salle Aquarium. Déjà présents à l’affiche en 2012 et 2014, les premiers nommés feront la passe de trois pour défendre « Basics », leur excellent nouvel EP. Les hannutois de Beffroi se produiront de leur côté pour la toute première fois en bord de Meuse. Avec leur électro-pop astucieuse et bien fichue, ils devraient connaître un joli petit succès auprès des amateurs de découvertes. Un peu plus tard dans la journée, ce sera au tour de Nicolas Michaux et de Baloji de retrouver leur public. L’ancien chanteur d’Eté 67 et celui qui s’est d’abord fait connaître au sein de Starflam pourront une nouvelle fois constater que leur popularité est demeurée intacte en cité ardente. Plus tard dans la soirée, les rockeurs de Hollywood Porn Stars et le DJ électro Mr Magnetik se produiront coup sur coup dans l’Aquarium, symbolisant à merveille l’éclectisme musical des artistes liégeois.

    Les R'tardataires1 (c) Martin Mailleux.jpg

    Les R’tardataires et Ulysse pour ouvrir le samedi

    Samedi, ce sont Les R’tardataires qui ouvriront le bal. Deux ans après une prestation qui avait marqué les esprits, les rappeurs à l’humour ravageur nous fixent rendez-vous à 13h10 dans la salle HF6. Un peu plus tard sur la scène Open Air, ce sera au tour d’Ulysse de se produire en lever de rideau. A l’instar de Beffroi, avec qui ils partagent un goût certain pour les mélodies travaillées et les sonorités électroniques, le trio originaire de Liège et de Bruxelles fait partie des plus beaux espoirs de la scène électro-pop en Belgique. En début de soirée, les folkeux de Dan San viendront à leur tour apporter une touche de couleur locale à l’évènement. Auteurs d’un des meilleurs albums de ce début d’année avec « Shelter », ils font désormais partie des groupes que tout le monde s’arrache en Belgique.

    Le Dimanche, enfin, Aprile viendra clôturer le feu d’artifice des talents régionaux. Après le rap, le rock et l’électro qui l’aura précédé, sa pop délicate et raffinée rappellera à chacun à quel point la scène liégeoise est riche et variée. Quel que soit votre genre musical préféré, il y aura du liégeois au menu de vos Ardentes cette année.