Cinéma - Page 4

  • Cinéma: 40 films pour le Festival du film policier (+ vidéo)

    Cédric Monnoye (FIFPL 2018).JPGLes festivités auront lieu du 26 au 29 avril aux cinémas Palace et Kinepolis

    La 12e édition du Festival International du Film Policier de Liège aura lieu du 26 au 29 avril prochains au centre-ville de Liège. En tout, c’est 40 films issus des 6 continents qui y seront projetés en marge des nombreuses animations. Si le président du jury et l’invité d’honneur qui succédera à Alain Delon ne sont pas encore connus, l’objectif avoué des organisateurs est d’atteindre cette année les 10.000 spectateurs en salles.

    Vendredi dernier avait lieu la traditionnelle conférence de presse qui lance officiellement cette nouvelle édition du Festival International du Film Policier de Liège. C’est dans les locaux éphémères et itinérants de « La Boîte à Cancan », installés rue de l’Yser à Ans, que le directeur général du festival Cédric Monnoye, accompagné de Jean-Pierre Castaldi, a levé un premier coin du voile sur cette 12e édition. « Après dix années riches en invités, nous avions souhaité l’année dernière recentrer nos activités sur la programmation. Cette année encore, l’accent a été placé sur la qualité des films proposés. Ceci avec comme objectif avoué et assumé de remplir nos salles durant ces quatre jours. Nous nous sommes fixés l’objectif ambitieux d’atteindre les 10.000 personnes en salle. L’année dernière, nous étions plus de 7.500. Nous voulons faire encore mieux. »

    Si le budget a été maintenu, il demeure le nerf de la guerre. « Nous sommes toujours en demande en la matière. Si nous voulons faire mieux, ça passe par l’arrivée et le soutien de nos partenaires. » Cédric Monnoye a dévoilé hier une partie du jury, dont la comédienne Véronique Genest, mais il attendait encore la confirmation de celui (ou celle) qui succédera à Alain Delon. « Nous avions placé la barre assez haute l’année dernière en recevant Alain Delon. Cette année encore, nous avons tout mis en œuvre afin d’attirer un président du jury digne de ce nom et une personnalité a qui nous rendrons également hommage lors d’une soirée spéciale. Nous y travaillons et les deux derniers noms seront dévoilés la semaine prochaine. »

    Côté certitudes, 40 films issus des six continents seront projetés. Les trois compétions officielles concerneront le long-métrage, le court-métrage et le film documentaire. « Le polar de divertissement est dépassé. Aujourd’hui, le polar moderne parle de sujets forts et d’actualité. Dans notre programmation, des sujets sociétaux comme les migrants, l’espionnage, l’univers carcéral, la traite des êtres humains ou encore la radicalisation seront au centre des débats. » Si les projections auront lieu comme de coutume au cinéma Palace au centre-ville de Liège, les quatre soirées de gala auront elles lieu pour la premier fois au complexe cinématographique du Kinepolis à Rocourt.

    Notons encore que de nombreuses activités connexes seront proposées durant les quatre jours du festival. Des activités ludiques, éducatives et festives pour petits et grands qui se dérouleront au centre-ville. Enfin, le « Grand Procès » aura comme sujet cette année le cas « Landru ». VINCENT ARENA

    A NOTER Infos, programmation et tickets en ligne sur le site www.fifpl.be


  • Jupiler/Belgium: les avis partagés de Renaud Rutten et d'Alain Soreil

    Sans titre.pngNos people liégeois, grands amateurs de bières, ne sont pas restés insensibles à l’annonce de la firme jupilloise de changer provisoirement de nom. Voici les réactions de Renaud Rutten et d'Alain Soreil.

    « C’est une très bonne chose », commence Renaud Rutten. « Nous devrions toutes et tous soutenir nos Diables. Ce nom Belgium est pour moi une bonne idée. Quoique, moi je l’aurais appelée la DJAP’ ! Et j’insiste sur l’orthographe. J’adore boire une bonne Jupiler. Surtout en regardant un match de football à la télévision et en supportant notre équipe nationale. J’aime la Jupiler, et peu importe le nom qu’on lui donne. Le plus important, ce n’est pas son nom, mais la façon de la servir. J’aime boire ma Jupiler dans un des derniers cafés du centre-ville où on la sert encore correctement. Au Gambrinus à Jupille, ou au Cercle Le Perron, sur le Boulevard Frère Orban à Liège. J’aime aller y boire une bière bien servie autour d’une table de Bridge. Par contre, si c’est pour me servir une canette chaude dans un gobelet en plastique, tu peux te la garder ! »

    "Une perte d'identité pour un effet de mode"

    Alain Soreil, alias Albert Cougnet, se montrait lui moins enthousiaste que son comparse Renaud Rutten. « Jupiler, c’est une entité. La marque et le nom sont ancrés par tradition à Liège. Personnellement, j’aime conserver les notions du passé. Ici, j’ai un peu l’impression qu’on mélange tout pour un effet de mode. Pourquoi perdre son identité, qui plus est reconnue, pour surfer sur un phénomène de mode ? Car ici, c’est une action purement commerciale qui a pour but de suivre la tendance actuelle. Nos Diables Rouges sont dans une période propice. Nous sommes tous très fiers de notre équipe nationale. Et moi le premier. Je suis un très grand fan de football. Je ne manque pas un match à la télévision. Et puis, cette génération possède un petit plus. Je connais bien Axel Witsel et je suis un grand supporter de nos Diables. Mais changer le nom de la Jupiler n’est, à mon sens, pas une bonne idée. Je pense que les décideurs ont agi par facilité. Les Diables, ce sont les Diables, la Jupiler, c’est la Jupiler ! » VINCENT ARENA

  • Un jeune Sérésien dans la nouvelle série "Champion" de la RTBF

    Samuel Di Napoli (RTBF - Champion) 1.jpgEn mai prochain, juste avant la Coupe du Monde de football, la RTBF proposera « Champion », une nouvelle série originale 100% belge qui sera diffusée en prime time. Samuel Di Napoli, un jeune comédien sérésien y tiendra le rôle de Kevin aux côtés de Mourade Zeguendi des Barrons et de Dikkenek. Nous l’avons rencontré chez lui.

    A 18 ans, Samuel Di Napoli est un adolescent comme les autres. En dernière année secondaire à l’école Saint-Jacques à Liège, il partage son temps libre entre ses cours de théâtre à l’Académie Léon Deleval à Seraing et les entraînements au club de football de Seraing Athlétique. « Mais j’ai toujours été attiré par la comédie. Jusqu’à présent, ma passion se limitait à des cours de deux heures par semaine. L’année dernière, j’ai fait de la figuration pour un film. Une expérience qui m’a donné envie d’aller plus loin. »

    Samuel tombe ensuite sur une annonce pour un casting sur internet. « Tout est allé très vite. La production cherchait des jeunes garçons qui savaient jouer la comédie, mais qui étaient également capables de taper correctement dans un ballon. J’ai passé le casting en deux étapes. Une fois devant la caméra pour une scène de flirt, et ensuite sur un terrain de football. » Samuel est finalement choisi pour jouer le rôle de Kevin Rrezikshëm. Un jeune talent que le personnage principal Souli (NDLR : une ex-gloire du football international joué à l’écran par le comédien belge Mourade Zeguendi) vient dénicher dans la commune de son enfance en banlieue bruxelloise. « C’est une vraie comédie belge sur fond social où le football est omniprésent. Je me suis vraiment éclaté sur le tournage. » Un tournage qui a duré plus de quatre mois qui s’est terminé le 12 janvier dernier. « Tant Mounire Zeguendi, l’équipe et le réalisateur Thomas François, tous ont été bienveillants avec moi. Ils savaient que c’était ma première expérience devant une caméra. Ils m’ont soutenu et guidé mes premiers pas. »

    Une expérience qui a changé la vie notre jeune comédien en herbe. « J’avoue qu’avant ce tournage, j’hésitais encore quant à mon avenir professionnel. Je n’avais aucune idée du métier que je voulais exercer après l’école. Maintenant, tout est clair pour moi. Je veux devenir comédien. Mais mon objectif est d’abord de terminer ma rétho pour ensuite entamer des études de cinéma à Bruxelles. Tout en continuant le théâtre qui reste ma passion. Mais cette expérience m’a vraiment donné envie d’en faire mon métier. » Et qui sait, voilà peut-être le début d’une grande carrière. VINCENT ARENA

    Diffusion juste avant la Coupe du Monde sur La Une

    Samuel Di Napoli (RTBF - Champion) 3 - avec Mourade.jpg« Champion » est une série de dix épisodes de 52 minutes chacun qui sera diffusée en prime time sur La Une. Elle raconte l’ultime défi d’une ancienne star mondiale du football qui doit monter une équipe.

    Le tournage venant de se terminer, aucune date n’est encore arrêtée. « C’est prévu pour fin avril ou début mai », nous informe la RTBF. « Même si la série s’adresse à tout le monde, nous souhaitions rebondir sur la thématique du football et du vedettariat avant la la Coupe du Monde qui sera diffusée sur nos chaînes. »

    Le genre, annoncé comme de la « Dramédie » (entre le drame et la comédie) est une première pour la RTBF. Une série 100% belge réalisée par Thomas François avec Mounire Zeguendi, mais également l’acteur français Nicolas Van Beveren que l’on a pu voir dans la saison 6 de la série « Vikings ». V.A.