Cinéma - Page 4

  • Festival ImagéSanté: rencontres avec Christophe Lambert et Sandrine Bonnaire

    Christophe Lambert et moi.jpgChristophe Lambert sera à l'affiche du prochain film de Claude Lelouche

    L’acteur français Christophe Lambert était l’invité d’honneur du récent Festival « Imagésanté » de Liège. Il en a profité pour présenter le film intitulé « Un + Une » sorti en décembre dernier. Un film réalisé par Claude Lelouche, qu’il va bientôt retrouver, où il joue aux côté de Jean Dujardin. Nous l’avons rencontré et évoqué avec lui son actualité au cinéma.

    Bonjour Christophe, parle-nous de ce film avec Lelouche ?

    Quand Claude Lelouche réussi un film, il ne le fait pas à moitié. C’est un film parle d’amour et d’humanité. Nous en avons bien besoin. Le sujet est traité à la manière de Lelouche. L’amour y côtoie l’humour. Et vice-versa. Ce sont deux sentiments qui pour moi vont de pair.

    C’était votre première expérience commune.

    Oui mais j’ai vu et aimé tous ses films. Il aime vraiment ses acteurs et cela se ressent dans sa façon de diriger. Car un acteur a besoin d’être aimé et de se sentir aimé pour bien jouer.

    Allez-vous rééditer l’expérience ?

    Nous avons un projet ensemble. Cette fois, je devrais y tenir le premier rôle. Ce sera un film choral avec 25 acteurs. Mais je n’en dis pas plus.

    Sur « Avé, César ! », tu as également travaillé avec les frères Coen.

    Il m’était impossible de refuser un film des frères Coen. S’ils m’avaient demandé de fermer une porte, j’y allais en courant. Leur plateau est vraiment impressionnant. C’est très coloré et très structuré. On a l’impression qu’ils ne font qu’un.

    Quel fut ta relation avec les autres acteurs ?

    J’ai été en contact avec Channing Tatum. J’y joue le rôle d’un directeur de comédie musicale. Mais j’ai également rencontré Ralph Fiennes. Et j’ai une scène avec Josh Brolin. Il y a avait énormément d’acteurs sur ce film, comme George Clooney. Mais nous ne nous sommes pas rencontrés.

    Quels sont tes autres projets ?

    Je vais bientôt tourner avec un autre Lellouche, mais Gilles cette fois. Ce sera un film d’action. Un genre policier qui se déroulera dans le milieu des Hells Angels. Il y aussi le film américain « Electric Slide » que j’ai tourné en 2014 et qui pourrait bientôt sortir en Europe. C’est une histoire vraie qui se déroule dans les années 80 sur des braquages.

    Quel regard portes-tu sur la Belgique ?

    Ma mère est belge. Je possède dès lors des centaines de cousins aux quatre coins de la Belgique. J’aime l’esprit belge. Ce sont des gens vrais, entiers. J’apprécie la franchise et le franc parler des Belges.

    Le buzz des Césars

    "Ce n’était qu’un… Tube d’aspirine !"

    Christophe Lambert et moi 2.jpgChristophe Lambert a créé le buzz lors de la 41e cérémonie des Césars qui avait lieu le 26 février dernier à Paris. Il est apparu sur scène pour remettre un prix avec une impressionnante bosse située à l’entre-jambe et qui laissait présager des attributs masculins hors du commun. « Cette histoire m’a beaucoup fait rire. Rien n’était préparé. Je peux vous le jurer ! L’explication est très simple et peu glamour. J’étais grippé. Avant de monter sur scène, j’ai avalé un cachet d’aspirine. Machinalement, j’ai glissé le tube dans ma poche de pantalon. Je suis vraiment désolé de décevoir celles qui s’étaient imaginées autre chose. Par contre, que les hommes se rassurent. Je suis normalement constitué (rires). »

    Voilà donc l’explication d’un buzz qui aura fait couler beaucoup d’encre.

    Photo: Sophie Kip.

    Sandrine Bonnaire: un film sur l’endoctrinement et un documentaire sur Jacques Higelin

    Sandrine Bonnaire.jpgL’actrice et réalisatrice française Sandrine Bonnaire était également de passage à Liège ce mardi dans le cadre du Festival « ImagéSanté ». Nous en avons profité pour la rencontrer.

    Présente pour parler de son film « La Dernière Leçon » qui traite d’euthanasie, Sandrine Bonnaire est abonnée ces derniers temps aux sujets graves et sensibles. Comme ce fut encore le cas dernièrement avec « Elles… Les filles du Plessis », diffusé le 8 mars dernier sur France 3 et qui traitait du trafic d’enfants. « Je pense que le cinéma et la télévision sont de bons supports pour parler de thèmes importants. On connait ces histoires, mais nous avons tendance à les oublier. Ce sont des petites piqures de rappel. En tant que citoyenne, ces thèmes me touchent. Tourner dans ces films fait partie de mes combats de femme. »

    Et son prochain film sera également plus que jamais au centre des débats. « Le Ciel Attendra », de la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar, parlera de l’endoctrinement. Un sujet sensible qui fait partie de l’actualité en France comme en Belgique. « C’est d’autant plus symbolique que le tournage a débuté deux jours à peine après les attentats de Paris. L’endoctrinement, quel que soit son origine ou sa source, est un fléau actuel très grave. En parler au cinéma était un pari osé. Nous avons d’ailleurs collaboré sur ce film avec une consultante de l’état. C’est l’histoire de deux familles. Clotilde Courau et moi interprétons les deux mamans. » Un film dont la sortie est prévue courant de l’année 2016.

    Notons encore que Sandrine Bonnaire passera prochainement derrière la caméra pour un documentaire sur la vie de Marianne Faithfull, la célèbre chanteuse de rock et actrice anglaise. « J’avais déjà tenté cet exercice avec un documentaire sur la vie de Jacques Higelin. C’était un choix évident pour moi. » Un tournage qui débutera au printemps.

  • Cinéma: des nouveaux sièges plus larges avec table au Kinepolis de Rocourt

    KINE 1.jpgDepuis une semaine, le Kinepolis propose à ses clients de Rocourt des nouveaux sièges plus larges équipés de tables et de porte-manteaux. Deux salles disposent actuellement de ces nouveaux sièges plus confortables.

    Moyennant un supplément de 2,50 euros, il vous est désormais possible de choisir des sièges plus confortables au complexe cinématographique de Rocourt. Depuis une semaine, deux salles disposent de ces nouveaux sièges baptisés « Cosy Seats ». « Ces sièges représentent près d’un tiers de chacune des deux salles », nous explique Mohammed Chfalmi, le Business Manager du Kinepolis. « Nos complexes de Bruxelles, Anvers et Braine-L’Alleud en sont déjà équipés. A Liège, c’est une première. » Concrètement, les salles 5 et 7 sont désormais équipées de doubles sièges plus larges et plus confortables. Chacun dispose d’une petite table et d’un porte-manteau latéral. « Ceci s’inscrit dans la cadre d’une réelle volonté de répondre aux demandes d’une clientèle exigeante en matière de confort. Il y a des clients plus exigeants que d’autres qui sont demandeurs de ce genre de service. Des sièges qui devraient également plaire aux femmes enceintes, aux personnes plus âgées ou encore lors de nos événements privés pour les sociétés. » Il vous est possible de réserver ces nouveaux sièges sur place ou en ligne sur internet. Pour rappel, le Kinepolis dispose à Rocourt de 16 salles et de 5.200 places assises. Chaque jour, c’est plus de 60 séances de cinémas qui y sont proposées.

    KINE 2.jpg

    Photos: Thomas Van Ass (Sud Presse).

  • Rencontre: en studio avec Renaud Rutten

    Rutten 1.png

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On connait le comédien liégeois Renaud Rutten pour ses spectacles et ses apparitions au cinéma. On connait un peu moins l’homme de publicité. A la radio ou à la télévision, sa voix vous est familière et accompagne différentes pubs bien connues des Liégeois. Nous l’avons rencontré lors d’un enregistrement en studio.

    C’est au Studio 32 du côté de Boncelles que nous avons accompagné Renaud Rutten dans un exercice qu’il affectionne tout particulièrement. « Mais généralement c’est à Bruxelles, Anvers ou Paris que ces enregistrements ont lieu. Les publicités, doublages et autres postsynchronisations pour le cinéma occupent un quart de mon activité professionnelle. Il m’est déjà même arrivé de devoir me rendre à Paris pour enregistrer deux phrases. » En région liégeoises, tout le monde connait sa voix et son accent inimitable grâce à ses nombreuses publicités. Qui n’est jamais tombé un jour à la radio sur les réclames pour les carrelages Grilli, Mediamarkt, Luthosa ou Quick ? Mais on ne s’improvise pas acteur du jour au lendemain. « J’ai fréquenté l’Académie César Franck à Visé pendant six ans. J’y ai appris la diction, la déclamation et l’art dramatique. Je me suis ensuite essayé à l’improvisation pendant plus de dix ans. » Un exercice qu’il pratique d’ailleurs encore en duo avec son ami l’humoriste Arnaud Tsamère.

    Grâce à Benoît Poelvoorde

    « Mais ma première fois en studio, c’était avec Benoît Poelvoorde à l’occasion du film Les Convoyeurs Attendent de Benoît Mariage. Nous étions retournés en studio deux mois après la fin du tournage pour refaire des voix en postsynchronisation. » Benoît Poelvoorde glisse alors son nom à l’équipe des Snuls à Bruxelles qui lui propose sa première grande campagne de publicité pour Tonton Tapis. « Tout s’est alors enchaîné très vite. J’ai été appelé à poser ma voix pour diverses des publicités sur des voitures, des assurances, de la téléphonie mobile, etc. J’ai ensuite commencé à écrire des publicités moi-même, aidé par mon ami Pierre Theunis pour la musique. »

    Rutten 2.pngMais c’est pour son accent typiquement liégeois que Renaud Rutten est reconnu. « Je sais faire tous les accents. A Paris, ils m’ont même choisi pour présenter le Café Liégeois. » A la télévision, on se souviendra également de ses prestations pour la campagne Free ou encore dans Monsieur Propre. « Nous ne sommes pas nombreux à pratiquer cet exercice en Belgique francophone. Une petite quinzaine à peine. » On citera les comédiens Patrick Ridremont et Olivier Leborgne.

    Une BD parlée interactive

    « Sans Blague » sort en BD

    Rutten 3.pngLe 1er janvier dernier est sorti la première bande dessinée interactive entièrement dédiée à Renaud Rutten. Du même nom que son célèbre spectacle, « Sans Blague » met en images une quinzaine d’histoires drôles que Renaud Rutten présente sur scène. C’est suite à une rencontre avec le dessinateur carolo David Canion que ce projet est né. « Nous avons vraiment travaillé en équipe sur cette BD. On y retrouve illustré tout l’univers de mes spectacles. » De l’Ours Bleu en passant par les Chaussures Molières, les fans de l’humoriste seront comblés. Cerise sur le gâteau, un QR code se trouve à la fin de chaque histoire. En le scannant avec votre smartphone, vous serez ensuite gratuitement dirigés vers un lien sur le site de Renaud Rutten. Chaque lien donnant accès à la version sonore parlée et racontée par Renaud Rutten en personne.

    Une BD interactive disponible en vente sur le site www.renaud-rutten.com et lors de chacun de ses spectacles au prix de 12 euros. Un premier opus qui en appellera peut-être un second.