Electro - Page 2

  • Une nouvelle ASBL pour promouvoir la musique électronique à Liège

    Cristian Vogel1 (c) libre de droits.jpg

    Liège est une ville de musique électronique. Depuis les origines du genre, la cité ardente a constamment joué un rôle de pionnier et ainsi pleinement participé à son émergence. Des artistes aux multiples sensibilités, un public connaisseur et des organisateurs d’évènements passionnés en ont fait une des villes-clé du mouvement en Belgique. C’est cette riche histoire et cette actualité débordante que célèbre Liège Electronic Archives, une nouvelle ASBL qui entend promouvoir la scène électronique locale.

    On doit la création de cette association à Jérôme Boutet, Jacky Juska, Claude Collard, Antoine Borceux et Terrence Marquet, cinq amis qui partagent leur amour des musiques électroniques depuis des lustres. Ensemble, ils ont décidé de monter ce projet qui se veut à la fois respectueux du passé et orienté vers l’avenir. « Notre but ultime serait de créer l’équivalent de la Maison du Jazz pour les musiques électroniques », confie Jérôme Boutet, qui prend parfois place derrière les platines sous le nom de Dj Jerohm. « Il s’agirait en même temps d’un lieu d’archivage des œuvres déjà créés et d’une plateforme de diffusion pour les nouveaux talents. Nous aimerions par exemple produire un documentaire qui retracerait toute l‘histoire de la musique électronique en cité ardente. La scène liégeoise a ceci d’assez particulier qu’il s’agit d’un petit microcosme où tout le monde se connaît. Elle est à la fois très dynamique et conviviale, avec une vraie volonté d’entraide entre tous les intervenants. »

    Live Club2 (c) libre de droits.jpg

    Un festival de lancement prévu au 13, rue Roture

    Histoire de se faire connaître du public, l'ASBL organisera prochainement un premier évènement. Il se tiendra le 25 février au Kultura (13, rue Roture), la nouvelle salle acquise par une trentaine d'associations dont Liège Electronic Archives. « Ce ne sera pas qu’une simple soirée », précise Jérôme Boutet. « Il s’agira d’un véritable festival avec une foule d’activités. Il y aura notamment une Foire au disque vinyle qui débutera dès 13h, une présentation de matériel de composition en électronique et bien entendu des DJ-sets et des performances en Live. Notre tête d’affiche sera le Danois Cristian Vogel, un artiste majeur qui ne s’est encore jamais produit à Liège auparavant. Il a toujours réussi  à marier le succès avec des productions de qualité. Nous sommes très fiers de pouvoir l’accueillir. » Quand il aura goûté à la ferveur du public liégeois, nul doute qu’il ne mettra pas longtemps à revenir lui rendre visite.

     > Festival Liège Electronic Arts, le 25/02 (13h – 6h) au 13, rue Roture
     > Préventes (10,99 euros) disponibles sur www.weezevent.com 

  • Un nouveau lieu culturel ouvre ses portes en Roture

    KulturA1 (c) libre de droits.jpg

    Ce n’est pas tous les jours que Liège accueille une nouvelle salle de concert. Le 20 janvier, un espace entièrement dédié à la culture ouvrira ses portes au 13 rue roture, là où se trouvait jadis le Cirque Divers, plus tard rebaptisé le Tipi puis le Live Club. On y trouvera deux salles de spectacle, un snack, des bureaux, des logements pour les artistes, une salle d’exposition et une autre dédiée aux arts de la scène. Concerts, soirées, expos, bonne bouffe… ce nouveau lieu a d’ores et déjà tout pour toucher les liégeois en plein cœur.

    KulturA2 (c) libre de droits.jpgAu total, près de 380 coopérateurs ont permis à cet ambitieux projet de voir le jour. Ils font partie des 30 associations qui se sont réunies pour acquérir l’ancien Live Club et le rénover de fond en comble. « En 2015, nous avons lancé le projet Dynamo Coop », se souvient Alex Stevens, qui fait partie de l’aventure depuis le départ. « C’est une initiative privée qui vise à venir en aide aux artistes et aux programmateurs d’évènements  Nous avons lancé une première levée de fonds qui nous a permis d’acquérir un hangar dans le quartier Saint-Léonard. Il permet aujourd’hui à une trentaine de personnes de travailler dans des ateliers de lutherie, de scénographie, de construction de décors ou encore de design. Quand nous avons appris que le Live Club était à vendre, nous nous sommes dit que c’était une belle opportunité de faire revivre un lieu qui a toujours eu une place à part dans la vie culturelle liégeoise. Après avoir acquis le lieu, nous l’avons rénové pour le transformer en un vaste espace multifonctionnel que nous avons baptisé KulturA. Certains jours, plus de 25 personnes venaient nous aider gratuitement pour avancer dans les travaux. »

    Trente associations et un nombre infini de possibilités

    KulturA3 (c) libre de droits.jpgConcrètement, 30 associations se partageront le lieu, ses infrastructures et son agenda. Un véritable cadeau du ciel pour tous ces bénévoles qui devaient parfois remuer ciel et terre pour organiser les évènements qui leur tenaient à cœur. Grâce à la multitude de personnes impliquées dans le projet, la programmation s’annonce incroyablement riche et variée. Concerts rock avec les collectifs Honest House et JauneOrange, exposition de peintures de Jacques Flechemuller, soirées électros avec La Superette et Liege Electronic Archives… le programme des premiers jours annonce d’ailleurs bien la couleur. « Les Jeunesses musicales font également partie du projet », souligne Alex Stevens. « Il y aura donc aussi des spectacles pour le jeune public. On ne se limitera d’ailleurs pas à la musique puisque le collectif de vidéastes Sauvage Sauvage est de la partie. Le lieu sera aussi disponible à la location, mais les associations qui sont impliquées depuis le début auront la priorité dans l’agenda. » En même temps que ce nouvel espace, c’est tout un monde de possibilités qui s’ouvre pour les amateurs de culture.

     > KulturA., ouvert à partir du 20 janvier 2017 au 13 rue Roture
     > Infos et agenda sur www.kulturaliege.be

  • Transardentes : le festival va faire peau neuve

    Transardentes1 (c) libre de droits.jpg

    De nombreux clubbers commençaient à se faire du souci. Organisé au mois de janvier depuis 2008, le festival électro Les Transardentes n’avait pas encore donné signe de vie pour sa dixième édition. Aucune annonce au niveau de l’affiche, aucune mise à jour sur le site internet ou la page Facebook de l’évènement… autant d’éléments qui permettaient de se poser des questions sur sa survie. « Les Transardentes 2017 auront bien lieu », nous a rassuré Jean-Yves Reumont, l’attaché de presse du festival. « Mais pour des raisons de disponibilité des têtes d’affiches que nous convoitons, nous avons décidé de l’organiser plus tard dans l’année. La date exacte et le lieu ne sont pas encore confirmés, nous devons peaufiner les derniers détails. Une annonce à ce sujet aura lieu dans les prochaines semaines. » Ouf ! On en connait qui vont pouvoir souffler.