Electro - Page 5

  • Le pionnier Jeff Mills et la belle Nina Kraviz réunis pour la deuxième édition du Link Festival

    Jeff Mills1 (c) libre de droits.jpg

    Il n’aura pas fallu très longtemps pour que le Link Festival s’installe dans le paysage. Dès sa première édition l’an dernier, la grand-messe électro a mis tout le monde d’accord avec une affiche de qualité et des décors à couper le souffle. Pour son deuxième volet prévu le samedi 8 octobre, l’évènement change de lieu mais conserve les deux éléments qui ont fait son succès.

    « Nous avons effectivement décidé de quitter les Halles des Foires de Coronmeuse au profit de La Fabrik de Herstal », confirme Dany Rodriguez, le directeur artistique de la soirée. « Les seuls petits couacs rencontrés l’an dernier étaient liés à la gestion des toilettes et du vestiaire, deux aspects que les gérants de la salle avaient tenu à organiser eux-mêmes. Pour le confort des spectateurs, nous avons donc cherché un autre lieu où nous pourrions tout superviser de A à Z. C’est le cas de La Fabrik, une salle qui a d’ailleurs accueilli plusieurs grands noms de l’électro dans le passé. »

    Nina Kraviz 1 (c) libre de droits.jpg

    Stars des platines et surprises en pagaille

    Si on se souvient en effet d’y avoir vu Felix Da Housecat, Luke Slater ou encore Miss Kittin il y a quelques années, on ne perdra sûrement pas au change cette fois. Avec l’hyper-médiatisée Nina Kraviz et le vétéran Jeff Mills, ce sont carrément deux des plus grandes stars mondiales de la Techno qui seront réunies le temps d’une soirée. Avant leurs prestations, d’autres grosses pointures telles que Bjarki, James Ruskin, Pierre, Marco Bailey ou encore Ben Long seront chargés de faire monter la température. « Vu le nombre de festivals qui sont organisés de nos jours, la présence de belles têtes d’affiches ne garantit plus la réussite d’un évènement », précise Dany Rodriguez, qui assurera lui aussi un DJ-set pour l’occasion. « C’est la raison pour laquelle nous avons aussi prévu  une série de petites surprises à l’attention des spectateurs. Je ne peux malheureusement pas vous en dire plus pour l’instant, mais je peux vous assurer qu’ils vivront une expérience hors du commun. »

    Quand on se souvient de l’artillerie lourde qui avait été déployée l’an dernier, on ne peut que faire confiance aux organisateurs. La bonne réputation du Link Festival est d’ailleurs déjà telle qu’ils ont déjà reçu des propositions pour l’exporter à Mexico City et à Bogota ! Que les fêtards d’ici se rassurent : ils ne comptent pas délaisser Liège pour autant.

     > Link Festival, le 08/10 à La Fabrik (79, rue Pierre-Joseph Antoine à 4040 Herstal).
     > Préventes (30 euros) disponibles dans les magasins Media Markt et sur www.link-festival.com  

  • Alice on the roof, Hooverphonic et… Chantal Goya en concert gratuit pour les Fêtes de Wallonie

    Alice on the Roof1 (c) libre de droits.jpg

    A Liège, tous les prétextes sont bons pour faire la fête. Longtemps confinées à Namur, les Fêtes de Wallonie gagnent chaque année du terrain dans la cité ardente, qui est peu à peu devenue le deuxième centre névralgique des festivités. Le programme riche et varié proposé le week-end prochain aura de quoi satisfaire les plus exigeants, d’autant que tous les évènements prévus seront gratuits. Une nouvelle qui ravira tout particulièrement les fans de musique live, qui se rendront en masse sur la place Saint-Lambert pour assister aux trois jours de concerts organisées en partenariat avec la RTBF.

    La programmation du vendredi a été confiée à Pure FM. Elle fait donc logiquement la part belle aux mélodies pop-rock et aux beats assassins. Les concerts débuteront dès 19h30 avec la prestation d’Isola. Véritables faiseurs de tubes, les hutois seront là pour défendre « Word », leur tout nouvel album. Les festivités se poursuivront ensuite avec les français de Hyphen Hyphen, qui restent sur une excellente prestation cet été aux Ardentes, puis le célèbre DJ The Magician. Prévus en clôture, les autres as des platines que sont DJ Dan et DJ Denix peuvent compter sur lui pour chauffer le public à blanc.

    Chantal Goya1 (c) libre de droits.jpg

    Chantal Goya assurera le bouquet final

    Le lendemain, place aux artistes estampillés Vivacité. Pour constituer son programme, la chaîne la plus écoutée du radiodiffuseur public a visiblement décidé de miser sur les talents noirs-jaunes-rouges. Le Bruxellois Grandgeorge, la Montoise Alice on The Roof et les Flandriens de Hooverphonic sont en effet chacun issus d’une des trois Régions du pays. Ils partagent aussi un talent certain pour pondre des mélodies qui font mouche, ce qui devrait nous valoir une soirée comme tout Liège en raffole.

    La programmation du dimanche, enfin, s’adressera davantage aux bambins. Rien d’étonnant, quand on sait qu’elle a été confiée à la joyeuse équipe d’Ouftivi. On pourra ainsi d’avoir voir à l’œuvre Amani, Les Compagnons du Temps puis Michael et moi. L’incontestable star de la journée sera cependant l’infatigable Chantal Goya, qui viendra éblouir les bambins et rappeler quelques bons souvenirs à leurs parents et grands-parents. Visiblement, le temps n’a toujours pas d’emprise sur la cousine de Bécassine.

    • Trois jours de concerts gratuits sur la place Saint-Lambert
    • Le 17/09 dès 19h30 : Isola, Hyphen Hyphen, The Magician, DJ Dan vs DJ Denix
    • Le 18/09 dès 19h50 : Grandgeorge, Alice on The Roof, Hooverphonic
    • Le 19/09 dès 14h : Amani, Les Compagnons du Temps, Michael et moi, Chantal Goya
  • Clubbing: un bilan positif pour le Cadran avec 80.000 visiteurs en 2015-2016

    Cadran (Bastien Braconier & Samuel Hertay).JPGComme chaque année à pareille époque, le Cadran a dressé le bilan de sa saison écoulée. Hier avait lieu la traditionnelle conférence de presse de la rentrée avec un bilan positif malgré le marasme ambiant du monde de la nuit. Avec plus de 80.000 visiteurs pour 174 événements, le Cadran demeure un des rares lieux nocturnes liégeois à garder la tête hors de l’eau.

    Avec la fermeture récente du Notger au centre-ville et la baisse de fréquentation des discothèques, force est de constater que le clubbing subi lui aussi les affres de la crise en région liégeoise. « Notre budget est relativement stable », intervient Samuel Hertay, l’administrateur délégué du Cadran. « Avec un budget d’un million sept, nous demeurons dans la marge des dernières années. » Lors de la défunte saison, le Cadran a accueilli plus de 80.000 visiteurs sur un total de 174 événements. « Sur ces 80.000 clients, 15.000 ne proviennent pas de la province de Liège. Mieux, nous avons reçus entre nos murs 7.500 visiteurs non francophones. »

    Récemment, Red Bull a élu le Cadran premier club de Wallonie et l’a placé dans son top 5 national. « Si nous voulons conserver notre rang, nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers. » Un succès que les patrons du Cadran considèrent collatéral. « Nous avons estimé les retombées économiques pour la ville de Liège et ses commerçants à 3 millions d’euros. Une donnée importante dont nous sommes fiers. »

    13247875_906642389458000_7516003406859925794_o.jpgPour entamer cette cinquième et nouvelle saison, le Cadran accueille deux nouveaux membres dans son équipe. Deux jeunes Bruxellois qui viennent compléter une équipe qui compte au total dix employés permanents. Autre nouveauté, le Cadran dispose désormais depuis peu de sa propre agence d’événements baptisée « Swim ». « Nous sommes conscients que le marché rencontre une vraie crise. Et pas seulement à Liège. Nous l’avons clairement ressenti. Le public évolue et ses attentes aussi. Désormais, il ne se déplace plus pour un lieu mais pour un concept. Nous devons lui raconter une histoire. C’est pourquoi nous avons décidé de réagir en essayant de proposer d’autres offres. Durant l’été, nous nous sommes exportés aux Francos et il en sera encore de même dans les prochains mois à Mons, Namur et Charleroi. Nous proposons également dans ce cadre des événements destinés aux entreprises. »

    Pour cette cinquième saison, le Cadran promet encore quelques têtes d’affiche aux platines de ses trois espaces mais également quelques petites nouveautés en matière de concepts. Si les soirées à succès « Bug de l’an 2000 » continuent, il faudra dorénavant compter sur les « Super 95 » dédiées aux années 90. Le dimanche 6 novembre, le nouveau concept intitulé « Hunt », véritable laboratoire électronique, vous fera danser l’après-midi. Enfin, le Cadran proposera un double réveillon du nouvel an entre ses murs ainsi qu’au Palais des Congrès.