Enfants - Page 8

  • Reportage: le Shopping Cora fait peau neuve

    Cora.jpg

    Débutée en février dernier, la première partie des travaux réalisés au Shopping Cora à Rocourt est terminée. La clôture de la seconde partie étant prévue pour avril 2014, c’est 6.000 m² de surface commerciale qui ont déjà été ajoutés aujourd’hui au site ainsi qu’une dizaine de nouvelles boutiques. Le tout pour un total de plus de 8 millions d’euros d’investissement avec la création de 130 emplois. Nous avons visité les lieux ce week-end. Reportage.

    C’était la foule des grands jours ce samedi après-midi dans les allées du Shopping Cora. A l’approche des fêtes, c’est en famille que les Liégeois s’étaient déplacés en masse. Une fois arrivés sur les lieux, la circulation au sein du complexe et dense et il n’est pas facile de trouver une place de parking. Si une partie des travaux sont terminés, il reste néanmoins un chantier considérable à l’extérieur du site. Une partie du parking couvert est d’ailleurs condamnée pour cause de peinture. « Notre première préoccupation est l’accompagnement des clients », explique Gilbert Debes, le directeur du centre commercial. « Nous avons mis en place tout un système d’information et un habillage du chantier afin de minimiser les désagréments. Tout a été pensé afin de garantir le confort du client malgré les inconvénients engendrés par les travaux. » Une fois à l’intérieur, on découvre une véritable petite ville où chacun y trouve son compte. Avec ses nombreux jeux et le petit train qui parcoure ses travées, le centre commercial est aussi le paradis des enfants. Depuis octobre dernier, une partie des récents bâtiments est occupée par de nouveaux locataires. Parmi les grandes enseignes, on pointera le magasin « H&M » qui se présente désormais sur deux étages mais aussi et surtout le premier « Lunch Garden ». Egalement sur deux étages, ce dernier disposera dès le printemps prochain d’une grande terrasse surplombant le site. Ce qui en fera un des plus grands de Belgique. Et à partir du 19 décembre prochain, c’est le premier « Nike Factory Store » de la province de Liège qui verra le jour. Un magasin qui s’étalera sur 1.500 m² répartis sur deux étages. Le magasin Cora n’a pas été oublié dans ces aménagements. Des verrières ainsi qu’un tout nouveau carrelage ont été installés derrière les caisses. Une rénovation qui fait le bonheur des enseignes situées à l’entrée du magasin. Signalons encore que les travaux ont été interrompus et ne reprendront qu’à partir de début janvier. « Nous ne voulions pas interférer avec la période des fêtes de fin d’année », conclu le Directeur Gilbert Debes. Des travaux qui sont néanmoins terminés dans la zone ouest.

    Ce qu'en pensent les commerçants

    Georges Rizzo (La Taverne Chez Georges): "Une nouvelle clientèle potentielle"

    Présent juste devant les caisses du Cora depuis près de 40 ans, Georges Rizzo fait office de doyen avec la taverne qui porte son nom. Il connaît bien la question et son avis est tranché. « J’ai commencé comme garçon de salle et j’ai connu toutes les étapes de la gallérie depuis la création du Cora. A l’heure actuelle, je n’ai pas encore ressenti un plus significatif avec la réalisation de ces travaux. Notre clientèle est composée de 80% d’habitués. Des personnes d’un certain âge qui nous sont fidèles. Par contre, je reste persuadé que ces aménagements vont nous amener un nouveau potentiel au niveau de la clientèle à moyen terme. Pour l’instant, il manque des places de parking. Les clients en parlent et s’en plaignent régulièrement. Mais je suis plutôt optimiste pour l’avenir du Shopping. » Ne craint-il pas une concurrence déloyale avec l’arrivée des nouvelles enseignes, dont le nouveau « Lunch Garden » ? « Non, car ce sont deux concepts totalement différents. Ici, les clients sont servis à table. Et nous ne travaillons pas avec les mêmes produits. A l’heure actuelle, même s’il est un peut tôt, nous ne ressentons pas dans les chiffres l’arrivée de la nouvelle concurrence. »

    Richard Vignette (Fleuriste Nature et Fleurs): « Un mal pour un bien »

    Cela fait plus de 20 ans que Richard Vignette est présent dans la gallérie Cora avec son magasin. Le gérant du fleuriste « Nature et Fleurs » est plutôt optimiste et voit ces travaux comme une belle perspective d’avenir pour tous les commerces qui composent le Shopping Cora. « C’est un mal pour un bien. Il est vrai que c’est une vraie plus-value pour tous. Mais je vous avoue que nous devons supporter ces travaux. » Lui met singulièrement l’accent sur les travaux extérieurs. « C’est surtout une question de parking. C’est le thème qui revient en permanence dans la bouche de nos clients. Moi, ça ne me dérange pas. Mais eux en parlent. A partir du moment où ces travaux ne sont pas terminés, il est prématuré de tirer des conclusions. » Richard met également en avant la nécessité des ces aménagements. « Il était temps car on étouffait. Des commerces sont venus s’ajouter au fil du temps à Rocourt tout autour du Shopping. Il fallait réagir si nous voulions tenir la route et entrer de plein pied dans le 21e siècle. Nous nous étions endormis sur nos lauriers. Mais aujourd’hui, je suis très optimiste. Toutes ces nouveautés vont dans le bon sens. Nous sommes sur la bonne voie. »

  • La première parade « Fieris Féeries » à Seraing le 5 octobre

    FIERIS.JPG

    Le samedi 5 octobre prochain se déroulera la première édition de la parade intitulée « Fieris Féeries » à Seraing. Une grande première menée conjointement par le Centre Culturel de Seraing et le Centre d’Action Laïque de la commune. Près de 800 figurants, amateurs, bénévoles, enfants et professionnels seront de la partie afin de participer à l’avenir de la commune.

     

    En tout, c’es cinq tableaux et autant de thèmes différents qui seront présentés dans cette parade socioculturelle. Mercredi dernier, nous avons assisté aux répétitions du groupe des « Jardiniers » qui participera au tableau « Nature ». Composé d’une trentaine d’enfants âgés de 8 à 12 ans et issus des ateliers du mercredi au Centre d’Action Laïque, ces petits artistes en herbe sont coachés par une chorégraphe professionnelle. Le tout sous le regard attentif et bienveillant de la Directrice adjointe du Centre, Cécile Parthoens. « Notre volonté est de faire participer tous les Sérésiens à l’avenir de leur commune », intervient cette dernière. Ces enfants font partie, au même titre que les écoles de cirque et de danse, les 650 amateurs et les 100 artistes professionnels de la parade qui défilera dans les rues de Seraing le 5 octobre prochain. » Attentif au moindre pas de la chorégraphie et à chaque geste posé, les enfants ont réalisé eux-mêmes les costumes qu’ils porteront le grand jour. « Chaque bénévole a créé son propre costume », confirme Cécile Parthoens. « Nous sommes convaincus que la culture peut être un outil très utile dans la construction de l’avenir de Seraing. Nous avons associé les différentes compétences de chaque citoyen afin que tous soient représentés dans cette parade. Une parade haute en couleurs où la diversité sera très présente à l’image de la commune. » Les grands thèmes de cette parade seront la féérie, la convivialité et le burlesque. Le tout dans un état d’esprit festif. « Nous n’allons pas proposer une parade digne de Walt Disney. Nous ne sommes pas dans la démonstration mais plutôt dans la tradition et la proximité d’un art de rue. Il y aura un réel échange avec le public. Notre volonté est de proposer un événement qui correspond à l’image des Sérésiens et de l’avenir de la commune. » Sous le regard attentif de leurs moniteurs, les enfants travaillent comme des vrais pros. « Les enfants comme les adultes mettent énormément de cœur à l’ouvrage. Les répétitions ont lieu depuis quelques semaines déjà au Centre Culturel et au Centre d’Action Laïque. Tous sont supervisés par des professionnels. » Avant de nous quitter, les enfants entonnent en guise d’au revoir les paroles de « Sois Fier Mon Ami », l’hymne créé spécialement pour l’événement par Philippe Anciaux. Un hymne qui sera repris à l’unisson le samedi 5 octobre prochain à partir de 16h00 lors de la grande parade.

     

     

    Esmeralda (12 ans)

    « Je me suis entraînée chez moi »

     

    Du haut de ses 12 ans, Esmeralda est la doyenne du groupe des « Jardiniers ». Issue des ateliers du mercredi du Centre d’Action Laïque, elle prend son rôle très au sérieux. « Je me suis entraînée chez moi durant toutes les vacances. Je joue le rôle d’un sanglier qui vient effrayer les jardiniers. Je suis un peu la grande sœur. »

     

    Aïham (9 ans)

    « J’ai prévenu tout le monde »

     

    Aïham a 9 ans et se réjoui de pouvoir déambuler dans les rues de sa commune. « Je joue le rôle d’un jardinier qui tient un pot de terre. Ce ne fut pas facile d’apprendre la chorégraphie. On y travaille depuis le mois d’avril. J’ai hâte d’arriver au grand jour. J’ai prévenu tous mes amis et la famille pour qu’ils viennent me voir. »

  • Le TOP 10 des sorties tous les week-ends dans La Meuse et le 7 Dimanche

    TOP 10 PUB.JPG