Fêtes populaires - Page 5

  • « Baïlando » : le tube de l’été ultime fête ses 20 ans

    Paradisio - Patrick Samoy et Shelby Diaz1 (c) libre de droits.jpg

    C’est l’histoire du plus gros tube international jamais écrit par un auteur liégeois. En 1996, alors qu’il n’a encore que 25 ans, le DJ principautaire Patrick Samoy imagine la mélodie de « Baïlando », un hymne estival qui a bouleversé sa vie. 20 ans plus tard, le nom du groupe Paradisio et de son titre-phare figurent encore en bonne place sur toutes les compilations des plus grands tubes de l’été.

    « J’ai directement senti que cette chanson avait du potentiel », se souvient celui qui a également fait partie du célèbre duo The Unity Mixers. « Comme la Belgique ne représentait pas grand-chose au niveau de la musique à l’époque, j’ai donc décidé d’aller tourner son clip vidéo à Miami, pour lui donner une envergure internationale. C’est là que j’ai eu l’idée de demander à ma chanteuse de l’époque de porter une perruque turquoise. Je n’avais encore jamais vu ça auparavant mais dans la boîte de nuit de Prince où nous nous sommes rendus pendant notre voyage, toutes les serveuses en portaient. » Une idée toute simple, mais qui a façonné l’identité visuelle de la chanson. Bingo.

    Paradisio - pochette.jpg

    Une rengaine qui revient tous les ans

    Titre à la fois dansant et hyper-efficace, « Baïlando » a rapidement traversé les frontières, permettant à son auteur de voyager à travers le monde pour en assurer la promotion. France, Italie, Danemark, Finlande, Norvège, Suède et même le Mexique et les Etats-Unis, la chanson a connu un succès retentissant à l’échelon planétaire. « Au départ, le grand public ne savait pas qu’elle avait été composée par un petit belge », sourit Patrick Samoy. « Comme les paroles sont en espagnol, beaucoup de gens pensaient qu’elle venait d’Amérique Latine. C’est sans doute en partie pour ça qu’elle a aussi bien fonctionné. Elle a un côté ensoleillé et jovial qui plait à tout le monde. C’est sans doute aussi pour ça qu’elle a rencontré un aussi grand succès en Scandinavie. Là-bas, il fait si souvent froid que dès que l’été pointe le bout du nez, les gens se précipitent en extérieur pour faire la fête. »

    Tous les ans, Patrick Samoy peut compter sur les DJ’s de campings et les animateurs de bals de village pour relancer le morceau pendant quelques semaines… et ainsi alimenter régulièrement le tiroir-caisse. Pendant estival du « Last Christmas » de Wham!, « Baïlando » fait partie de ces chansons saisonnières qui remontent systématiquement au classement des titres les plus écoutés en juillet et en août. Cette année, le titre pourra en outre s’appuyer sur la parution d’un album « Greatest Hits » de Paradisio pour relancer la machine. « La chanson aura tout pile 20 ans au mois d’août », explique Patrick Samoy. « Publier ce ‘best of’ me permet de marquer le coup, tout en rappelant au grand public que Paradisio a aussi eu quelques succès par la suite. Pour l’occasion, ma nouvelle chanteuse Shelby Diaz et moi avons retravaillé le titre 'Vamos a la Playa' pour le remettre au goût du jour. Nous espérons qu’il fera fureur dans les boîtes de nuit cet été. » Entre « Baïlando » et cette nouvelle version du fameux tube de Miranda, les « Bronzés » vont pouvoir s'en donner à cœur joie.    

  • 70 ans d'immigration en Belgique: les Italiens sont à la fête cette semaine à Liège

    gianna-nannini.jpgL’année 2016 marque l’anniversaire des 70 ans de l’immigration italienne en Belgique. C’est en 1946 que les gouvernements belges et italiens signaient le « Traité du charbon ». C’est dans ce cadre que débutent demain les nombreuses festivités place Saint-Lambert à Liège, mais aussi à Blegny-Mine et à Seraing dès la semaine prochaine.

    C’est le 23 juin 1946, à la sortie de la seconde guerre mondiale, que la Belgique et l’Italie signent un protocole qui restera gravé à jamais dans l’histoire comme le « Traité du charbon ». La première mesure adoptée est le transfert de 50.000 travailleurs italiens dans les mines belges. Les hommes arrivent par milliers et par trains à la gare des Guillemins à Liège. Logés dans des baraquements à Saint-Nicolas, Blegny, Flemalle, Glain, Tilleur, Montegnée et au Val Benoît, ils ne seront rejoints que quelques années plus tard par leurs familles. Dans les années 50 et 60, ils seront ensuite relogés dans des maisons sociales. Actifs dans la lutte ouvrière, ils vont faire adopter via les syndicats la loi sur la Silicose, reconnue maladie du mineur. La dernière mine en Wallonie a fermé ses portes en 1984. Aujourd’hui, les Italiens sont à l’aube de leur quatrième génération en Belgique et plus que jamais présents dans la vie des Liégeois.

    « Nous célébrons un triple, voire un quadruple anniversaire », nous explique Lorenzo Ponzo de Radio Hitalia. Pour la cinquième année, la Ville de Liège et Radio Hitalia organisent conjointement le village « Liegitalia » qui vous ouvrira ses portes dès demain matin. « En marge du 70e anniversaire de l’immigration italienne en Belgique, nous allons également célébrer les 70 ans de la République Italienne qui est née en juin 46. » A ces deux anniversaires, on ajoutera aussi les 70 ans de la Vespa ainsi que les 60 ans du tragique drame de Marcinelle où 262 mineurs, dont 136 Italiens, ont perdu la vie en 1956 au Bois du Cazier. « Après quatre éditions sur la Place Saint-Etienne, c’est la première fois que nous allons investir la Place Saint-Lambert. Tout un symbole pour la communauté italienne de Liège. » Parmi les nombreuses animations qui envahiront le centre-ville dès demain et jusqu’à dimanche, nous pointerons un village des saveurs avec 25 exposants, une grande exposition composée de quatre grands cubes, une parade en Vespa et en Fiat Abarth dimanche en direction de la Gare des Guillemins, une grande scène qui accueillera des artistes tous les jours, ainsi qu’une grande journée d’inauguration ce jeudi 2 juin, jour de la fête nationale de la République italienne, avec une performance de l’artiste Fabrizio Borrini et la présence d’artistes masqués de Venise. La 12e édition de la « Journée Italienne » aura lieu quant à elle comme chaque année ce week-end sur le site de Blegny-Mine.

    On notera encore la tenue du village « Italia Bella » et ses 54 chalets le week-end prochain, du 10 au 12 juin, sur l’Esplanade de l’Avenir à Seraing.

    12e édition ce week-end à Blegny-Mine

    « La Giornata Italiana » pendant deux jours

    p078 - blegny.jpgImaginée par Marco Rusconi l’ancien Consul Général d’Italie à Liège, « La Giornata Italiana » en est cette année à sa 12e édition. Pour la troisième année consécutive, c’est Dominique Petta, l’actuel Consul Honoraire d’Italie à Liège qui en est la cheville ouvrière. « Cette journée est un événement officiel organisé sous l’égide du Consulat Général de Charleroi », intervient ce dernier. « Elle s’inscrit dans le cadre des anniversaires de 2016 mais est également partenaire du projet Citoyen Debout de la Province de Liège. »

    Et c’est sur deux journées, samedi et dimanche, que cet événement aura lieu en cette année particulière. « Il était important de mettre en exergue ce 70e anniversaire du Traité du charbon. Une journée entière sera consacrée aux commémorations avec les nombreuses associations, les autorités régionales et provinciales, avec la présence confirmée de plusieurs Ministres. » Le point d’orgue de cette double journée sera sans conteste le grand show son et lumières en 3D samedi dès 22 heures. « Soleil noir » est une création originale réalisée en collaboration avec la société « Tour des Sites » qui retrace l’arrivée des premiers migrants italiens dans les mines belges. Parmi les nombreuses autres festivités, on pointera plusieurs concerts dont celui de Gianna Nannini dimanche soir à 21h00, un grand village des saveurs avec de nombreux exposants, un village des associations ainsi qu’une messe en Italien dimanche dès 11h30. Enfin, on pointera la présence d’une équipe de la RAI qui viendra réaliser un reportage sur le site et dans la mine. « Nous insistons sur la gratuité de l’événement qui engendre malgré tout de nombreux coûts », conclu Dominique Petta.

    4e édition les 10, 11 et 12 juin

    Village « Italia Bella » à Seraing

    italiavespa.jpgCréé par le Docteur Pierre Rizzo, président du Comité de quartier des Biens-Communaux, le Village Italien de Seraing « Italia Bella » en est à sa 4e édition. Un village qui aura lieu pour la première fois sur la toute nouvelle Esplanade de l’Avenir avec ses 54 exposants, ses 4 grands chapiteaux, sa grande scène et son espace dédié aux enfants.

    « C’était l’occasion idéale de mettre en avant et de dynamiser cette nouvelle place », explique Pierre Rizzo. « Mais notre événement à avant tout un double but social et humanitaire. La ville de Seraing comptant de nombreux immigrés italiens, ce village s’inscrit à plus d’un titre dans cette année anniversaire. »

  • La City Parade en septembre à Bruxelles, en attendant un retour à Liège en 2017 ?

    CP 2016 A5RECTOV01.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le samedi 10 septembre sur le plateau du Heysel pour la 16e édition

    Après deux dernières éditions à Charleroi, la City Parade est de retour à Bruxelles. Elle aura lieu le samedi 10 septembre prochain au départ du plateau du Heysel. Un retour dans la capitale cinq ans plus tard pour la parade électronique qui n’y était plus venue depuis 2011. Plus de 100.000 personnes y sont attendues. Un éventuel retour à Liège pour 2017, et une alternance avec Bruxelles, sont évoqués par l'organisateur.

    Voilà une nouvelle que nous vous livrons en exclusivité et qui devrait ravir les fêtards et autres amateurs de musiques électroniques. En tout, c’est une centaine de DJ’s, 24 chars, deux podiums mais surtout 100.000 personnes qui sont attendues le samedi 10 septembre prochain sur le plateau du Heysel. « Plus précisément en dessous de l’Atomium », nous explique Claude Van Cools, l’organisateur. « Nous serons dans la configuration de 2010. L’année où nous avions célébré les 10 ans de la City Parade. » C’est un peu un retour à la maison pour l’organisateur bruxellois. « Notre volonté est de changer de ville tous les deux ans. Mais en tant que Bruxellois, il est évident que c’est aussi un acte symbolique pour moi de revenir dans ma ville natale. Bruxelles vit et je compte bien y contribuer à ma façon. »

    LA PARADE DE ROTTERDAM EN INVITE

    Dans le cadre de cette 16e édition, la Cite Parade a convié sa grande sœur hollandaise. « La FFWD Rotterdam Dance Parade est notre équivalent pour la Hollande », confirme Claude Van Cools. « Nous allons prévoir des trains City Parade avec notre partenaire en provenance de Rotterdam et d’Amsterdam. ». Rayon sécurité, rien ne sera laissé au hasard comme chaque année depuis 16 ans. « Nous travaillions en très étroite collaboration avec les services de sécurité de la ville, de la police, des pompiers et de la Croix-Rouge. De nombreux événements de grandes envergures sont organisés à Bruxelles. Les services de sécurité de la ville ont beaucoup d'expérience afin de garantir le bon déroulement des festivités. » Si l’édition 2016 est en route, Claude Van Cools travaille déjà sur la mouture 2017 et les prochaines saisons. « Notre volonté est de pratiquer une alternance entre Bruxelles et Liège pour les années à venir. Nous devons cependant encore rencontrer les autorités communales liégeoises à ce sujet afin d’avancer sur le dossier 2017. »

    INFOS PRATIQUES

    Les festivités débuteront dès 14 heures et se dérouleront sur deux podiums jusque 17 heures. La première parade s’élancera dès 17 heures pour revenir aux alentours de 18h30. La seconde parade aura lieu de 20h30 à 22 heures. La soirée de clôture, sur les deux podiums de départ, prendra place à 17 heures et se prolongera jusqu’à 2 heures du matin. Les personnes qui ne désirent pas suivre la parade pourront demeurer près des podiums où la musique continuera. L’accès est gratuit pour tous. Des parkings et transports en commun sont prévus aux alentours du site. Infos sur le site www.cityparade.be.

    CP 2016 PLAN GOOGLE EARTH.jpg