Jazz - Page 4

  • Les groupes liégeois prennent d’assaut les festivals d’été

    Starflam3 (c) libre de droits.jpgIl était temps qu’il se pointe, celui-là. A force de se faire attendre, on croyait presque que l’été n’arriverait plus. Dès le dimanche 21 juin qui verra se clôturer la 29ème édition de la Fête de la musique, nous y serons pourtant entrés de plein pied. Pour beaucoup de liégeois, l’été demeure avant tout la saison des festivals. Des Ardentes aux Francos en passant par Dour et le BSF à Bruxelles, les amateurs de musique Live ne sauront bientôt plus où donner de la tête. Ceux qui veulent en profiter pour voir à l’œuvre les fleurons de la scène liégeoise seront particulièrement gâtés. C’est bien simple : tous les évènements du genre accueilleront leur lot de formations principautaires.

    Agenda bien rempli pour Starflam

    Les grand-messes organisées dans la Province sont évidemment celles qui joueront le plus la carte des talents régionaux. C’est ainsi que les Ardentes accueilleront Hesytap Squad, Atomic Spliff, Roscoe, The Belgians et Starflam (photo). Ces derniers connaîtront d’ailleurs un mois de juillet particulièrement chargé, puisqu’on les retrouvera aussi à Couleur Café, à Dour et à Esperanzah. Du côté des Francos, on soulignera la venue de Compuphonic, Old Jazzy Beat Mastazz, Benjamin Schoos, Mario Guccio ainsi que les nombreux talents locaux programmés au Centre Jeune et les DJ’s des soirées Link et Folie Douce. On s’en voudrait aussi d’oublier un évènement moins médiatisé, mais qui mettra lui aussi les groupes liégeois à l’honneur. Il s’agit du Micro Festival, qui accueillera notamment Benoît Lizen et Mambo.

    Dans le reste du pays aussi

    The Belgians1 (c) Olivier Donnet.jpgIl n’y a cependant pas qu’ici qu’on mise résolument sur les artistes liégeois pour attirer le chaland. Benjamin Schoos, Gaëtan Streel, The Belgians (photo) et My Little Cheap Dictaphone se produiront ainsi tous au Brussels Summer Festival au milieu du mois d’août. Zénobe & Gaston, Dalton Telegramme, Mambo et les Vaches Aztèques seront quant à eux de la partie au LaSemo Festival, l’évènement estampillé « musique durable » organisé à la mi-juillet du côté d’Enghien. Enfin, le mythique festival de Dour accueillera cette année Old Jazzy Beat Mastazz, Compuphonic, Starflam, Kennedy’s Bridge, Atomic Spliff, Roscoe, Nicolas Michaux, It It Anita, The K. et The Scrap Dealers. Si pour de sombres raisons vous êtes allergiques aux artistes liégeois, on vous conseille d’éviter les plaines de festival cet été.

  • Jazz, rock et hip hop au menu des prochains festivals

    Kyle Eastwood1 (c) libre de droits.jpgLes liégeois raffolent des festivals. Ils peuvent donc résolument se frotter les mains, puisque les réjouissances du genre vont se succéder dans les prochaines semaines. Ce sera notamment le cas le week-end prochain avec les festivals Jazz à Liège et Les Murs ont des Oreilles, deux évènements qui réuniront une jolie affiche dans leurs styles de prédilection.

    On ne présente évidemment plus le premier, une véritable institution qui connaîtra cette année sa 25ème édition ! Organisé en collaboration avec l’équipe des Ardentes, Jazz à Liège proposera cette année une soirée d’ouverture consacrée aux voix féminines. On y retrouvera deux chanteuses belges de grand talent : l’envoûtante Mélanie de Biasio et la pétillante Dani Klein, qui proposera pour l’occasion un répertoire composé des chansons joyeuses de Billie Holliday. Alléchant. Ces deux authentiques têtes d’affiche ne doivent cependant pas éclipser le reste d’une programmation plus pointue, mais tout aussi passionnante. Parmi les artistes à ne pas manquer, on soulignera notamment le légendaire contrebassiste Ron Carter, ancien musicien de Miles Davis dans les sixties, le surdoué israélien Avishai Cohen ou encore Kyle Eastwood (photo), qui est parvenu à se faire un nom dans la musique malgré l’imposante notoriété de son paternel Clint. Autant de pointures dont la venue fait honneur à la glorieuse histoire de Jazz à Liège.

    Du beau monde pour 5 euros à peine

    Les R'Tardataires3 (c) Kmeron.jpgLe festival Les Murs ont des Oreilles connaîtra quant à lui sa toute première édition. Organisé par le personnel et les étudiants de l’Institut Notre-Dame de Jupille, il est parvenu à réunir une jolie brochette de groupes et de DJ’s pour l’occasion. Les namurois de Little X Monkeys, les énergiques Cherry & The Bombs, les rappeurs Les R’tardataires (photo) ou encore le liégeois DJ Wavens figurent ainsi au programme d’une soirée qui mettra également à l’honneur les talents musicaux des élèves de l’Institut.  Ouvert à tous et particulièrement démocratique, l’évènement est accessible pour seulement 5 euros en prévente. A ce prix-là, on aurait tort de se gêner.


    > Festival Jazz à Liège, du 07 au 09/05 au Palais des Congrès. Pass 3 jours : 70 euros plus frais. Pass 2 jours (vendredi et samedi uniquement) : 50 euros + frais. 1 jour : 30 euros + frais. Préventes notamment disponibles à la Maison du Jazz, au Forum et via www.jazzaliege.be
     > Les Murs ont des Oreilles, le 09/05 à l’Institut Notre-Dame de Jupille (rue Charlemagne 47 – 4020 Liège). Préventes (5 euros au lieu de 8 euros sur place) disponibles via le site internet lesmursontdesoreilles.indj.be

  • La relève du jazz liégeois présente son premier album

    LG Jazz Collective2 (c) Goldo-Dominique Houcmant.jpgPour de nombreux mélomanes, Liège est synonyme de Jazz. Avec des personnalités telles que Bobby Jaspar, Jacques Pelzer, René Thomas ou encore Steve Houben, la cité ardente a en effet régulièrement occupé le devant de la scène jazz en Belgique. Aujourd’hui, cette belle tradition se perpétue avec le Lg Jazz Collective, un nouveau combo qui vient de publier « New Feel », son tout premier album.

    « Notre projet est né lors du festival Jazz à Liège en 2012 »,  se souvient Guillaume Vierset, le guitariste et leader de la bande. « On m’avait demandé de réunir plusieurs musiciens liégeois pour l’occasion afin de rendre hommage aux plus illustres compositeurs de la Province. Notre répertoire reprenait alors la plupart des grands jazzmen de la région, mais aussi des auteurs classiques comme César Franck et Gretry. Au final, l’expérience nous a tellement plu que nous avons décidé de prolonger l’aventure. Ce qui ne devait être qu’un one-shot s’est alors mué en véritable groupe, avec un style et des compositions propres.  »

    « Le jazz agit comme une éponge »

    LG Jazz Collective - pochette du disque.jpgDeux ans après ce concert mémorable, le Lg Jazz Collective débarque en effet avec « New Feel », un premier album où l’on retrouve 4 réarrangements de grands standards, mais aussi une série de nouveaux morceaux. A la fois variés et cohérents, ils révèlent au grand jour le talent de Guillaume Vierset, un compositeur qui n’a pas peur de puiser dans différents registres. « L’esprit d’ensemble reste jazz, mais je m’inspire aussi d’artistes comme Neil Young, Nick Drake ou encore les Beatles. » précise-t-il. « Depuis toujours, le jazz agit comme une éponge en intégrant les genres de son époque et en les traduisant à sa manière. Cette ouverture sur les autres musiques est une force. Je salue d’ailleurs le fait que les plus grands festivals de jazz accueillent aussi des artistes rock, folk ou électro, à l’image de Jazz à Liège qui a récemment programmé Tom Barman et DJ Lefto. Je regrette simplement que la réciproque ne soit pas aussi vraie, la plupart des formations de jazz étant condamnées à se produire dans des évènements qui leurs sont réservés. Pourtant, certaines d'entre elles sont tout à fait capables de séduire un large public. De notre côté, j’espère en tout cas que nous parviendrons à atteindre des amateurs d’autres styles musicaux, comme Mélanie De Biasio l'a fait récemment. »  Chers programmateurs, l’appel est lancé. Vous savez désormais ce qu’il vous reste à faire.

     > Lg Jazz Collective - « New Feel », disponible chez les disquaires et sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement.
     >
    En concert le 19/12 (20h30) au centre culturel des Chiroux – Préventes (6 euros au lieu de 9 euros sur place) disponibles au centre culturel et à la Fnac.

    Crédit photo : Goldo-Dominique Houcmant