Mode - Page 3

  • Une première à Liège: Miam’s vous livre ses burgers à midi en Segway

    Miam's Burgers Segway.pngAprès six mois de travaux, le Miam’s Burgers rouvre ses portes ce vendredi dans le Carré. Désormais, ce bar à burgers vous propose des livraisons à domicile sur le temps de midi au centre-ville. Et pour la première fois à Liège, c’est en « Segway », ces deux roues écologiques, qu’ils vous livreront vos burgers.

    Installé depuis trois ans au cœur du Carré au numéro 15 de la rue des Célestines, le « Miam’s Burgers » avait fermé ses portes en septembre dernier. Les temps de terminer les travaux d’aménagements, ce bar à burgers revient à partir de ce vendredi avec quelques nouveautés dont une des plus originales. « Nous avons désormais un accès direct à la rue », intervient Gregory Vandenbergh. « Mais afin de répondre à la demande, nous livrerons désormais du lundi au vendredi sur le temps de midi à domicile sur tout le centre-ville. » Les engins motorisés étant interdits dans le Carré, il fallait trouver un moyen rapide et écologique afin de livrer les burgers, frites et autres salades. « Nous nous sommes associés avec un distributeurs liégeois de Segway. Comme pour notre pain et notre viande, tous nos produits sont authentiques et issus de commerces locaux. » Si le nom de la marque est anglophone et le plus connu du grand public pour désigner ce deux roues futuristes et écologique, c’est le terme « Gyropode » que les intéressés préfèrent utiliser. « Nous en avons deux à notre disposition. Ils fonctionnent sur batterie rechargeable à tout moment. Il y aura un serveur entièrement destinés à ces livraisons en permanence de midi à 14h30 en semaine. »

    Cet engin ne dépassant pas les 18 kilomètre-heure, nul besoin de permis pour le conduire. « Il est très facile à utiliser. Un petit quart d’heure de prise en mains suffit. Qui plus est, il peut circuler sur la route comme sur les trottoirs, mais aussi dans les galeries commerciales et même dans les ascenseurs. » C’est pour répondre à une demande de leurs clients que ce service a été imaginé par Gregory et son équipe. « Nous recevions des demandes de livraisons tous les jours sur le temps de midi avant notre fermeture. Les gens sont souvent bloqués dans leur commerce ou dans le cadre de leur travail à midi. Désormais, c’est nous qui iront à leur rencontre. » Il vous en coûtera 3 euros pour le prix de la livraison. Le prix des burgers varient de 7 à 13 euros pour un menu complet avec des frites. Bon appétit !

  • Crowne Plaza: deux "Miss Jeunesse Dorée" pour le prix d'une en 2015

    Miss Jeunesse Dorée 2015.JPGVendredi se déroulait la finale du concours « Miss Jeunesse Dorée 2015 » dans la grande salle de bal de l’hôtel 5 étoiles Crowne Plaza à Liège.

    Devant une salle comble, les 18 candidates issues d’une présélection de 422 postulantes ont rivalisés d’élégance sur le podium. Cette année, Vincent Letesson et son équipe ont désigné non pas une mais deux « Miss Jeunesse Dorée ». Fanny Neukermans (19 ans d’Embourg) et Julie Dogné (20 ans d’Aywaille) sont arrivées premières ex-æquo au terme du concours. Johanna Triomphe (26 ans de Waremme) complète le podium. Les jeunes femmes ont remporté de nombreux cadeaux et rejoignent l’équipe des MJD. Elles participeront prochainement aux « shootings photos » pour le magazine ainsi qu’au voyage en Angleterre.

     

    > Photo: Yannick Gillet.

  • Liège: Ange habille les stars du football

    Ange Pesonal Shopper.jpg

    A 24 ans à peine, Ange peut se targuer de posséder un carnet d’adresses qui en ferait pâlir plus d’un. Cet habitant d’Herstal est « Personal Shopper » pour les stars du ballon rond. De Mangala à Benteke en passant par Batshuayi, Mbokani, Defour, Origi, Kouyaté ou encore Quintero et Gonzales, tous font appel à lui pour se vêtir au top de la mode.

    Natif de Sclessin, Ange est supporter du Standard depuis sa tendre enfance. Une enfance durant laquelle il côtoie Christian Benteke et Eliaquim Mangala. « Ce sont eux qui m’ont mis le pied à l’étrier », intervient celui qui travaille actuellement dans une salle de jeu en attendant de pouvoir faire de son activité complémentaire son activité principale. « Mais l’idée vient de moi. C’est un phénomène qui est très fréquent aux Etats-Unis où vis mon cousin. A Liège, je dois être le seul à proposer ce genre de service. Je n’ai jamais joué au football. Par contre, j’ai toujours été très attiré par le monde de la mode. J’ai toujours suivi les différentes tendances. » C’est bien connu, les joueurs de football aiment être tirés à quatre épingles et rivaliser de subterfuges vestimentaires afin de focaliser tous les objectifs. « Ce sont des personnes qui ont des moyens financiers conséquents mais qui n’ont pas toujours le temps d’aller faire du shopping. Par contre, ils sont tous pratiquement fans de mode. Comme ils aiment être tenus régulièrement au courant, je voyage beaucoup et je travaille en collaboration avec plusieurs boutiques de Londres, de Paris et de Hollande. Ainsi, je suis toujours au faîte des dernières tendances en matière de mode. Mes clients reçoivent les catalogues et choisissent les pièces qu’ils aiment. Je m’occupe du reste. »

    Ange (2).jpgGrâce au soutien de ses amis d’enfance Benteke et Mangala, Ange s’est ouvert les portes du football européen. « Outre mes amis, j’habille Steven Defour, Mbokani, Batshuayi, Origi, Kouyaté, Mbemba ou encore Quintero de Porto, Lucho Gonzales et Cavanda de la Lazio de Rome. Je me suis également rendu récemment aux Etats-Unis. J’ai habillé un joueur de la NBA : Tyreke Evans. C’est notamment grâce aux publications des joueurs posant avec mes vêtements sur les réseaux sociaux que je me suis fait ma petite renommée. En général, je ne regarde pas trop au prix. J’ai tissé des réels liens d’amitiés avec les joueurs. Ils me font confiance et je suis régulièrement invité aux quatre coins du monde. » Actif depuis plus de cinq mois dans cette fonction des plus originales, Ange ambitionne désormais d’en faire son activité principale. « Mon rêve ultime serait de devenir un vrai conseillé en mode au niveau international. Je viens de terminer une formation assez couteuse en ligne. J’ai obtenu mon certificat de Conseiller en image après un examen à Bruxelles."