Théâtre - Page 3

  • Jupiler/Belgium: les avis partagés de Renaud Rutten et d'Alain Soreil

    Sans titre.pngNos people liégeois, grands amateurs de bières, ne sont pas restés insensibles à l’annonce de la firme jupilloise de changer provisoirement de nom. Voici les réactions de Renaud Rutten et d'Alain Soreil.

    « C’est une très bonne chose », commence Renaud Rutten. « Nous devrions toutes et tous soutenir nos Diables. Ce nom Belgium est pour moi une bonne idée. Quoique, moi je l’aurais appelée la DJAP’ ! Et j’insiste sur l’orthographe. J’adore boire une bonne Jupiler. Surtout en regardant un match de football à la télévision et en supportant notre équipe nationale. J’aime la Jupiler, et peu importe le nom qu’on lui donne. Le plus important, ce n’est pas son nom, mais la façon de la servir. J’aime boire ma Jupiler dans un des derniers cafés du centre-ville où on la sert encore correctement. Au Gambrinus à Jupille, ou au Cercle Le Perron, sur le Boulevard Frère Orban à Liège. J’aime aller y boire une bière bien servie autour d’une table de Bridge. Par contre, si c’est pour me servir une canette chaude dans un gobelet en plastique, tu peux te la garder ! »

    "Une perte d'identité pour un effet de mode"

    Alain Soreil, alias Albert Cougnet, se montrait lui moins enthousiaste que son comparse Renaud Rutten. « Jupiler, c’est une entité. La marque et le nom sont ancrés par tradition à Liège. Personnellement, j’aime conserver les notions du passé. Ici, j’ai un peu l’impression qu’on mélange tout pour un effet de mode. Pourquoi perdre son identité, qui plus est reconnue, pour surfer sur un phénomène de mode ? Car ici, c’est une action purement commerciale qui a pour but de suivre la tendance actuelle. Nos Diables Rouges sont dans une période propice. Nous sommes tous très fiers de notre équipe nationale. Et moi le premier. Je suis un très grand fan de football. Je ne manque pas un match à la télévision. Et puis, cette génération possède un petit plus. Je connais bien Axel Witsel et je suis un grand supporter de nos Diables. Mais changer le nom de la Jupiler n’est, à mon sens, pas une bonne idée. Je pense que les décideurs ont agi par facilité. Les Diables, ce sont les Diables, la Jupiler, c’est la Jupiler ! » VINCENT ARENA

  • NOW magazine: "Le danseur Dominique Schmitz lance son école artistique à Liège"

    DOM.png

    Danseur professionnel, le Liégeois Dominique Schmitz a collaboré avec de nombreux artistes français comme Matt Pokora ou encore Shy’m. Vous l’avez certainement aperçu dans des clips vidéo ou sur des plateaux de télévision comme The Voice et les NRJ Music Awards sur TF1. Il vient de créer un nouveau programme artistique baptisé « Freeyourhe.Art », accessible tous les mercredis au Point Culture à Liège.

    A seulement 25 ans, Dominique a déjà dansé pour Shy’m et Matt Pokora. Il a également participé à de nombreuses tournées et arpenté les scènes des quatre coins de l’Europe. C’est ancien étudiant en architecture vit désormais de sa passion pour la danse. Une passion et une expérience qu’il souhaite partager avec celles et ceux qui rêvent de suivre le même destin. Car désormais, tous les mercredis pendant quatre heures, de 17h30 à 21h30, Dominique et son équipe proposent au Point Culture à Liège des formations artistiques accessibles à tous, quel que soit votre âge.

    « C’est principalement basé sur de la danse, mais nous nous intéressons également aux arts visuels. Le but étant de créer un véritable espace d’échanges dédié à l’art. » Débuté à l’école de danse FDC à Jemeppe, ce concept itinérant baptisé « Freeyourhe.Art » (FYA) a élu domicile depuis septembre dernier au Point Culture, situé sur l’Ilot Saint-Michel, au centre-ville de Liège. « En tout, nous disposons du concours d’une trentaine de professeurs. Ils sont régulièrement invités au long de la saison qui s’étale de septembre à mai. Nous proposons différents styles d’arts et de disciplines de danses. Tous les courants sont représentés. » Les cours sont proposés via un système d’abonnement à la saison ou par séance. « Le prix pour toute la saison est de 400 euros et comprends les cours mais également les ateliers et les stages. Suivant la cession, le prix par séance varie de 10 à 20 euros. »

    Vous pouvez consulter les infos sur la page Facebook « Freeyourhe.Art » ou en envoyant un mail à info.freeyourheart@gmail.com. VINCENT ARENA

     

  • Festival VOO Rire 2017: 5 jours de rires dans 14 lieux du centre-ville

    LesCaves-FreresTaloche-photo-LR-Pascal-Ito3.jpgLa 7e édition du Festival VOO Rire de Liège est en marche. Hier avait lieu au Théâtre Arlequin la conférence de presse qui annonce la programmation et les festivités. Les frères Taloche, accompagnés du directeur du Forum de Liège Simon Bouazza, nous ont présenté cette nouvelle mouture qui aura lieu du 17 au 22 octobre prochains dans 14 lieux différents du centre-ville.

    C’est un beau défi que se sont lancés les frères Taloche il y a sept ans. Et aujourd’hui, Liège peut désormais se targuer de posséder un véritable festival dédié à l’humour. « Chaque année, nous repartons d’une feuille blanche. Notre festival est maintenant connu et reconnu en France. C’est une belle récompense mais également un travail de longue haleine chaque année. » A l’affiche des nombreux spectacles, on retrouve des valeurs sures de la scène francophone comme Jarry, Arnaud Tsamère, Olivier De Benoist, ou encore Jérôme de Warzee et l’incontournable régional de l’étape Renaud Rutten. Des artistes confirmés auxquelles viennent également s’ajouter de jeunes talents locaux ainsi que plusieurs découvertes que les Taloche nous ont ramenées de leurs nombreux voyages à l’étranger. « Nous travaillons main dans la main avec plusieurs festivals dans le monde de la francophonie. Nous venons d’ailleurs de créer une petite fédération qui regroupe les festivals du rire de Morges-sous-rire en Suisse, celui de ComedieHa au Québec, Le Marrakech du Rire de Jamel Debbouze au Maroc et Performance d’acteur à Cannes. Nous échangeons ainsi nos jeunes talents qui ont la chance de pouvoir se produire sur des vraies et grandes scènes à l’étranger. Nous préférons proposer cette belle opportunité aux jeunes plutôt que de leur offrir une assiette en éteint en guise de trophée, comme nous y avions droit à nos débuts. »

    En tout, c’est 14 lieux différents et autant de salles qui accueilleront les nombreux spectacles au centre-ville. Le Forum, la Salle Philharmonique, le Trocadéro, le Trianon, La Cité Miroir, les Chiroux, Le Théâtre Universitaire, La Comédie Centrale, La Comédie en Île, La Bouch’Rit, la Courte Echelle, l’Arlequin, le Théâtre de l’Etuve et La Bouffonerie participent cette année à cette 7e édition. Notons enfin que si certains spectacles affichent déjà complet, il reste encore de nombreuses places à découvrir en ligne sur le site www.voorire.be ou via les différents réseaux sociaux habituels. VINCENT ARENA

    Nouveauté 2017

    Deux galas télévisés au Forum

    Artistes VOO RIRE 2017.jpgCerise sur le gâteau, cette 7e édition du VOO Rire de Liège sera une nouvelle fois télévisée sur La Une à l’occasion du grand gala d’ouverture, mais également sur TV5 Monde et en France sur les chaînes Paris Première et France 4.

    Une soirée de gala qui sera enregistrée le jeudi 19 octobre au Forum de Liège et présentée par Arnaud de Tsamère à qui les organisateurs ont confié carte blanche. Mais la grande nouveauté cette année est la diffusion d’un second gala télévisé, enregistré deux jours plus tôt le mardi 17 octobre dans les mêmes conditions et au même endroit, mais dédié cette fois à la nouvelle scène de l’humour. Il sera présenté et emmené par le duo belge Alex Vizorek et Guillermo Guiz et mettra en scène les jeunes humoristes. V.A.