Cinéma

  • Interview (+ vidéo) Fabrice Eboué: "Désormais, je ne calcule plus"

    B9717418181Z.1_20181028163228_000+GAICAM3Q8.1-0.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    De passage en Belgique au Forum de Liège à l’occasion du gala télévisé du festival « Voo Rire » des frères Taloche, Fabrice Eboué est de retour en Belgique dès décembre avec son nouveau spectacle « Plus rien à perdre » qu’il vient présenter le 18 à Bruxelles et le 19 à Liège. Nous l’avons rencontré.

    Fabrice, vous n’avez vraiment plus rien à perdre ?

    Depuis mon dernier spectacle, j’ai eu 40 ans et je suis devenu papa. Cela fait 20 ans que je monte sur scène, j’ai eu la chance de réaliser mes rêves d’artiste. J’ai pris un peu de recul sur ma carrière, je ne calcule plus du tout. Je suis plutôt là pour le plaisir. J’ai envie de me lâcher et de faire plaisir aux autres.

    Une façon aussi de se démarquer ?

    Aujourd’hui, il y a beaucoup de comiques. La meilleure façon d’être singulier, c’est de parler du monde dans lequel on vit mais avec un angle plus intime.

    Toujours en étant en colère…

    C’est très francophone de s’indigner. Ce côté grande gueule, caricaturé et second degré, permet de se libérer et de lâcher les chevaux.

    Sans aucune autocensure ?

    Un spectacle est très écrit, c’est testé. Mon censeur, c’est le public. S’il ne rit pas, c’est que ce n’est pas bon. Par contre, sur les réseaux sociaux, c’est plus spontané. On peut parfois y être maladroit. On n’est pas à l’abri de la mauvaise vanne. Il faut donc faire très attention.

    Quel regard portez-vous sur les réseaux sociaux ?

    J’y suis très peu. C’est mon équipe qui gère tout ça. Je fais relire la forme avant de publier quelque chose. Mais il ne faut pas pour autant perdre sa liberté. La polémique y est éphémère. Une polémique vient en chasser une autre. Je n’y prête pas attention.

    Et le cinéma ?

    Je démarre ma nouvelle tournée. J’ai quelques petites pistes d’écriture pour le cinéma. Mais ma priorité demeure la scène. J’ai même envie de monter à plusieurs sur scène. Le théâtre m’attire. J’ai la chance de pouvoir varier les plaisirs.

    Un dernier mot sur la Belgique ?

    Je suis un grand fan du cinéma belge. Il est plus libre et il ose plus. Le public belge est à la hauteur de son cinéma. Il demeure en Belgique une vraie liberté. La France est plus guindée. Chez vous, on peut se lâcher ! VINCENT ARENA

    Crédit photo: Ph.N.

  • Renaud Rutten présentera son premier film à Liège, au Palace

    Pour la toute première fois, Renaud Rutten a écrit le scénario et produit ce long-métrage où il tient également le premier rôle. « C’est une comédie policière. L’histoire d’un mec complètement paumé qui doit des sous à tout le monde. Son prêt étant refusé à la banque, il décide de kidnapper son banquier avec qui il finira par braquer une banque voisine. »

    Renaud Rutten partage l’affiche avec son ami Damien Gillard.

    « C’est aussi un film sur l’amitié. Un projet qui me tenait à cœur depuis très longtemps. »

    C’est le réalisateur Sylvestre Sbille, à qui l’on doit « Je te survivrai » en 2013, qui a réalisé ce film.

    « A l’époque, je devais tenir le premier rôle dans son film. Un accident en a décidé autrement. Au final, nous sommes très heureux de nous être retrouvés sur ce projet. » Un film tourné entièrement en région liégeoise avec un budget de 45.000€. « C’est le budget des cigares sur le biopic de Churchill » (sic). Le film sera projeté au cinéma Palace en avant-première le mercredi 7 novembre à 19h15 et en compétition officielle au festival le jeudi 8 novembre à 20h. Il reste des places. VINCENT ARENA

    Tickets : 8€. Infos : www.fifcl.be.

    Crédit photo: C.H.

  • Les 8 films Harry Potter projetés ce samedi à Liège et Rocourt

    Initialement programmé dans les complexes Kinepolis de Bruxelles et d’Anvers, ce marathon aura bien lieu à Liège. «  Les demandes furent tellement nombreuses sur les réseaux sociaux que la décision d’ouvrir plusieurs salles sur Liège fut vite prise  », explique Bertrand Michel, le directeur du Kinepolis de Liège.

    «  Il faut avouer que nos événements, comme la Ladies @ The Movies, l’Obscur Night, les concerts live sur grand écran ou encore la Family @ The Movies fonctionnent particulièrement bien sur Liège.  » Ce sont au final deux salles à Rocourt et une salle au Palace qui ont été ouvertes pour cet événement exceptionnel. «  Nos équipes sur le terrain seront présentes jour et nuit et ont hâte d’accueillir et d’accompagner les clients durant ces 24 heures. Nous allons tout mettre en œuvre pour créer une atmosphère particulière dédiée à l’univers du film. Les spectateurs peuvent, bien évidemment, venir déguisés.  »

    à 9 heures 3/4

    La première salle ouvrira ses portes le samedi 6 octobre à partir de 9h45. «  Plus précisément à neuf heures trois quarts  », enchaîne le directeur du site. «  Comme le train pour Poudlard, nous serons ainsi à l’heure d’Harry Potter.  » La seconde salle ouvrira quant à elle 30 minutes plus tard à 10h15.

    Tous les films de la série s’enchaîneront dans l’ordre chronologique de l’histoire. En tout, c’est 1.465 minutes 100 % Harry Potter qui seront diffusées en continu pendant la journée, mais également durant la nuit, jusqu’au petit matin, le dimanche aux alentours de 10h. «  Les clients peuvent venir munis de leur couverture pour se sentir à l’aise. Nous effectuerons un break entre chaque film. Trois plus longues pauses sont prévues où nous offrirons des collations. De plus, notre magasin demeurera exceptionnellement ouvert toute la nuit pour les participants. »

    Prix: 49,95€. Une formule « cosy » (NDLR : avec des sièges plus larges et une tablette) est également proposée pour 52,45€. Les étudiants disposant d’une carte pourront bénéficier du tarif préférentiel de 41,95€ pour la formule normale. VINCENT ARENA