Festivals

  • Le Sioux festival va envahir la cité ardente

    Le Sioux Festival est de retour. Evènement sans date précise dans l’année, il est organisé à intervalle plus ou moins régulier, au gré des coups de cœur et des envies de son équipe de programmation. Après une troisième édition qui avait eu lieu en septembre 2016, il prendra cette fois possession de la cité ardente le samedi 2 juin. Pour l’occasion, il proposera 7 rendez-vous différents répartis sur autant de lieux.

    Lire la suite

  • Robert Hossein : « J'ai envie de créer un spectacle à Liège »

    B9715559542Z.1_20180429205911_000+GRKB6JS5M.2-0.jpgAprès Alain Delon en 2017, c’est Robert Hossein qui était l’invité d’honneur de ce 12e Festival International du Film Policier de Liège. Mis à l’honneur lors d’une soirée de gala qui affichait complet vendredi dernier au Kinepolis de Liège, nous avons pu rencontrer Robert Hossein (90 ans) en toute intimité le lendemain matin. Une rencontre avec l’un des derniers monstres sacrés du cinéma et du théâtre français.

    Quel sentiment gardez-vous de cette soirée ?

    Ce fut très émouvant. J’ai été très touché. Avec une certaine nostalgie, cela m’a rappelé des souvenirs. Lorsque que j’étais directeur à la Maison de la culture de Reims, je me rendais souvent à Liège. Et Liège se rendait souvent à nous. C’est la maman de Philippe et Alain Soreil qui organisait les cars. Et puis, je connais très bien Liège. J’y ai joué. Liège, c’est aussi Simenon. Dès que l’on montait un spectacle, on essayait de venir le jouer à Liège. Ça me donne envie de créer un spectacle à Liège.

    Avez-vous un projet concret ?

    Cela fait deux ans que je travaille sur mon prochain spectacle. Je souhaite que ce soit le dernier. Car il s’adresse à tout le monde. Mon objectif est de réconcilier toutes les races et toutes les religions à travers ce spectacle. Je souhaite réaliser quelque chose d’hallucinant sur ce thème universel.

    Que vous manque-t-il aujourd’hui ?

    Sans conteste, le budget. Je suis à la recherche de fonds. C’est devenu le nerf de la guerre. C’est un double projet, au cinéma et au théâtre. Et pour une fois, je serai présent sur scène au théâtre. Je compte bien y jouer. Il ne me manque que le financement pour aboutir.

    Êtes-vous un homme de projets ?

    Je me connais mal. Disons que j’ai toujours eu des idées et des projets en tête. J’essayais surtout d’entraîner des gens autour de moi. Aujourd’hui, j’ai envie de redonner de l’espoir avec cette notion de partage.

    Est-ce devenu plus compliqué aujourd’hui ?

    Les grands producteurs ne sont plus de ce monde, hélas. Il faut avoir les moyens financiers pour monter un projet. Pas pour soi, mais pour le public.

    Êtes-vous attentif aux nouvelles technologies dans l’art de la scène ?

    Bien entendu ! Je veux travailler avec l’image, et je veux pouvoir tout mélanger.

    Quel regard portez-vous sur votre carrière ?

    Je ne m’extasie par sur moi. Il faut être plein d’humilité. Il faut faire les choses sérieusement, mais ne surtout pas se prendre au sérieux. Cela m’évoque juste de merveilleux souvenirs. La nostalgie d’un temps passé.

    Quel souvenir vous revient ?

    Il y en a tellement. Mais celui qui va revenir prochainement est certainement le film « Point de chute » que j’ai tourné en 1970 avec Johnny Hallyday et qui a été projeté vendredi soir au Kinepolis.

    Qui revoyez-vous encore ?

    Beaucoup de gens qui m’ont aidé ne sont plus là. Dans ceux qui restent, Jean-Paul Belmondo fait partie de mes meilleurs amis. Nous venons encore de fêter ensemble son anniversaire. Il est formidable, j’ai beaucoup d’estime pour lui. Nous avons souvent joué ensemble au théâtre.

    Vous demeurez un homme de foi ?

    Plus que jamais. La foi sera d’ailleurs le thème de mon prochain et dernier spectacle. Le slogan sera : « Que vous soyez croyants ou non, vous ne serez plus jamais les même en sortant ! » Propos recueillis par VINCENT ARENA

    Photo: Sophie Kip (La Meuse)

  • Clap 12e pour le festival du film policier de Liège

    12e FIFPL.JPGLa 12e édition du Festival International du Film Policier de Liège est en route ! Le FIFPL vous attend dès aujourd’hui, et durant tout ce week-end, au cinéma Palace au centre-ville. La soirée de gala en hommage à Robert Hossein ce vendredi soir et la cérémonie de clôture dimanche auront lieu au Kinepolis de Rocourt.

    Hier jeudi avait lieu au Palais des Princes-Evêques la traditionnelle conférence de presse du festival en compagnie d’une partie du jury. L’invité d’honneur qui succèdera cette année à Alain Delon est le comédien, metteur en scène, scénariste et réalisateur français Robert Hossein. Ce dernier arrive à Liège ce midi et sera mis à l’honneur ce soir dès 20 heures lors d’une cérémonie de gala qui aura lieu au complexe cinématographique Kinepolis à Rocourt.

    « Notre objectif est d’atteindre les 10.000 personnes en salle », rappelait Cédric Monnoye le directeur du Festival. « Toutes nos activités durant ce festival, dont le Grand Procès, affichent pratiquement déjà complet. Voilà qui augure un beau succès pour cette nouvelle édition. » Si Robert Hossein n’était pas encore arrivé hier en Cité ardente, une partie du jury, dont les comédiennes Véronique Genest et Eva Darlan, était déjà de la partie. « Ce festival, c’est bien plus qu’une simple récréation », nous livrait Eva Darlan, présidente du jury 2018. « C’est aussi une belle opportunité de découvrir des films internationaux. Je peux vous dire que nous avons déjà pu visionner quelques bijoux. Et puis, la Belgique est une terre de bonheur pour les artistes. »

    Bien connue du grand public pour son rôle du commissaire Julie Lescaut dans la série du même nom, Véronique Genest abondait dans le même sens. « J’adore revenir en Belgique ! Le public belge est très réceptif et sans complexe. Moi, ma vie est une récréation. J’adore mon métier. Faire partie de ce jury est un vrai bonheur. Cela ne m’embête pas du tout que l’on me parle de Julie Lescaut. J’en garde un magnifique souvenir. Mais ce rôle reste un rôle comme un autre. Ça ne fait pas pour autant de moi une spécialiste du genre policier. » Véronique Genest devrait bientôt faire son retour à la télévision dans une fiction écrite et réalisée par Isabelle Mergault. « Nous travaillons ensemble depuis un petit temps sur ce projet. En attendant, je prépare une pièce de théâtre avec Martin Lamotte. »

    Notons qu’il reste des places pour assister aujourd’hui, demain samedi et dimanche aux projections au cinéma Palace. Retrouvez la programmation complète sur le site www.fifpl.be. VINCENT ARENA