La Meuse 04 - Page 5

  • Interview: Un nouvel album et une série sur TF1 pour La Fouine

    La Fouine à Liège (crédit Olivier Fomen).pngLe rappeur La Fouine était de passage à Liège le week-end dernier pour un showcase vendredi à la soirée "God Bless Hip Hop". Le lendemain, il a également participé à un tournoi de football en salle entouré de ses fans et de ses amis du côté de Bressoux, en compagnie de l'humoriste liégeois "Mourad j'appelle les flics". Nous l’avons rencontré.

    Vous connaissez bien la Belgique ?

    En effet, je suis un habitué. Cela fait quinze ans que je viens me produire en Belgique. Peu importe la ville, l’accueil est toujours au rendez-vous. Le public belge est très réceptif.

    Un projet sur le feu ?

    Oui, nous travaillons en ce moment sur une mixtape, le volume 2 de «  Capitale du Crime Censuré » qui devrait bientôt voir le jour. Même si aucune date n’est encore fixée.

    On parle d’un nouvel album…

    En effet. J’étais encore en studio aux Etats-Unis il y a quelques semaines. Dans un mois, je retourne à New-York pour poursuivre le travail.

    Avec de nouvelles collaborations ?

    Oui, c’est prévu dans un coin de ma tête. Ça doit encore murir.

    Peut-on s’attendre à vous voir sortir des sentiers battus, comme ce fut le cas lors de la collaboration sur le titre « Maux d’enfants » avec Patrick Bruel ?

    Pourquoi pas. J’ai adoré travailler avec lui. Il est très professionnel dans sa façon d’appréhender les choses. L’ambiance de travail en studio était très agréable. J’en garde un excellent souvenir. Donc, pourquoi pas réitérer l’expérience.

    Un titre qui parlait des dérives des réseaux sociaux, un sujet qui vous tient à cœur ?

    Je pense qu’il faut rester vigilant et se méfier des réseaux sociaux. C’est une arme à double tranchant. Surtout pour les jeunes. Je reste très attentif. Maintenant, j’estime aussi qu’il faut relativiser les choses et les prendre au second degré. Dans mon cas, ça me permet de rester proche de mon public.

    On vu a vu récemment à la télévision et au cinéma…

    Pour moi, ça reste une récréation. Je prends avant tout du plaisir. Tourner dans « Alibi.Com » ou participer à l’émission « Touche Pas à Mon Poste » fut très agréable.

    Pourra-t-on vous y revoir ?

    Certainement… Je viens de tourner une nouvelle série pour TF1. « Insoupçonnable » est l’adaptation française de la série « The Fall ». J’y tiens un rôle aux côtés de Jean-Hugues Anglade, Emmanuelle Seigner et Melvil Poupaud. C’est prévu pour 2018. VINCENT ARENA

    Photo: Olivier Fomen.

  • Les stars du cinéma débarquent au Festival du Film de Comédie

    conference de presse FIFCL 2017-20_MG_7455.jpgLa seconde édition du Festival International du Film de Comédie de Liège est en route et aura lieu du 7 au 10 décembre prochains au centre-ville. Une flopée de stars sont attendues en Cité ardente durant ces quatre jours. Gérard Darmon, Julien Lepers, Edouard Montoute et Antoine Dulery seront rejoints par Frédéric Diefenthal, Michèle Laroque, Kad Merad, Lucien Jean-Baptiste, Catherine Jacob et quelques invités surprise de dernière minute.

    Mardi dernier avait lieu au Pôle Image de Liège la conférence de presse en présence de Gérard Darmon, Julien Lepers, Edouard Montoute, Willy Demeyer et Paul-Emile Mottard. Une joyeuse assemblée qui avait déjà passé la soirée de lundi autour d’un repas animé au Palais Provincial. A la tête de ce festival, le jeune réalisateur liégeois Adrien François, mais aussi l’acteur belge Jean-Luc Couchard. Ensemble, ils nourrissent de grandes ambitions pour ce festival. « Notre but est de le faire grandir chaque année. Nous travaillons déjà sur la troisième édition. Grâce au succès de la première mouture, les acteurs et réalisateurs reconnaissent désormais ce festival. Notre envie est également de mettre en lumière la ville de Liège et la province grâce à ce coup de projecteur. » Fort de son expérience dans le cinéma en France, Jean-Luc Couchard garde un œil attentif sur ce festival. « Il prend cette année une nouvelle dimension. Nous avons appris des enseignements de la première édition. En tant que parrain, mon rôle était de mettre le pied à l’étrier. Aujourd’hui, quand je parle de ce festival en France, l’écho auprès des professionnels est positif. »

    Pour assoir la notoriété du festival et lui apporter une valeur ajoutée, Adrien François et son équipe ont misé cette année sur des grands noms du grand écran. Si les comédiens Gérard Darmon et Edouard Montoute assureront la charge de président du jury longs et courts métrages, à ces deux noms viendront encore s’ajouter ceux de Frédéric Diefenthal (la série Taxi), Antoine Dulery (la trilogie Camping), Michel Laroque (qui viendra présenter son film « Brillantissime », Kad Merad, Lucien Jean-Baptiste (qui viendra présenter la suite de « La Première Etoile ») et Catherine Jacob. Cerise sur le gâteau, après Kamini l’année dernière, la présentation de la cérémonie de gala sera confiée cette année à l’infatigable animateur de jeux télévisés Julien Lepers. « Julien rassemble à lui seul toutes les générations », continue Adrien François. « Il va nous apporter son petit grain de folie. » Une cérémonie qui aura de nouveau lieu à l’Opéra Royal de Wallonie le jeudi 7 décembre en ouverture du festival.

    Notons encore que le festival se déroulera dans plusieurs grands lieux culturels du centre-ville ainsi qu’au cinéma Palace. Un grand chapiteau sera une nouvelle fois monté sur la Place Saint-Paul. Véritable QG du festival et ouvert au public, il sera le cadre de nombreuses animations pour les festivaliers durant les quatre jours. VINCENT ARENA

    A NOTER Infos et programme sur le site www.fifcl.be

    La compétition:  6 longs et 18 courts métrages

    Deux grandes compétitions se verront s’affronter en tout 24 films. 6 longs métrages et 18 courts métrages qui seront présentés au public durant ces quatre jours dédiés au cinéma et à la comédie. Parmi la sélection, on pointera le film « Garde alternée » avec Didier Bourdon et Josiane Balasko, « Je vais mieux » avec Éric Elmosnino et Ary Abittan, ou encore les courts métrages « Timing » de Marie Gillain et « Qui ne dit mot » de Stéphane De Groodt. En marge de ces deux compétitions officielles, deux films seront présentés en avant-première. Michèle Laroque viendra présenter son film intitulé « Brillantissime » le jeudi 7 décembre à l'Opéra Royal de Wallonie. Une comédie qui sortira ensuite dans les salles le 17 janvier prochain. Michèle Laroque qui sera présente en compagnie de l’équipe du film, dont Kad Merad. Lucien Jean-Baptiste viendra quant à lui présenter "La deuxième étoile" le dimanche 10 décembre en guise de clôture au cinéma Palace. Une comédie qui sortira dans les salles le 13 décembre prochain. V.A.

    INTERVIEW

    Gérard Darmon: « J’ai envie de tourner mon film en Belgique »

    conference de presse FIFCL 2017-4_MG_7357.jpgPrésident du jury du long métrage, on ne présente plus Gérard Darmon. L’invité d’honneur et la vraie vedette du festival, c’est lui. Du « Grand Pardon » à « 37°2 », en passant par « La Cité de la Peur » ou encore « Astérix : mission Cléopâtre », il possède une filmographie éclectique parsemée de grands noms du cinéma français et de nombreux succès au Box Office.

    Pourquoi avoir accepté ce rôle ?

    J’ai de suite été charmé par l’enthousiasme d’Adrien François. Il m’a convaincu en quelques minutes à peine. Je me suis débrouillé pour dégager trois jours de mon agenda.

    Êtes-vous un habitué du genre ?

    J’ai déjà fait partie de jurys à de nombreux festival, comme à Deauville. C’est un exercice que j’apprécie. Il est parfois très douloureux de devoir débattre autour d’un film. Mais le débat et l’échange sont toujours très enrichissants.

    Connaissez-vous la Belgique ?

    Oui ! Il m’arrive parfois de prendre le train uniquement pour venir manger à midi à Bruxelles. Je connais moins bien Liège, mais je me réjouis de la découvrir. Par contre, je me connais. Il règne ici une vraie chaleur humaine. J’appréhende ces trois jours en Cité ardente.

    Est-ce une déclaration d’amour ?

    Je suis un grand fan de la Belgique et de son cinéma. Les Belges sont de gentils fous qui font éclater les limites du cinéma. Il y a une vraie vie artistique au sens large du terme chez vous. J’adore ça ! Et je peux même vous avouer que cela me donne envie de tourner mon prochain film en Belgique. J’y pense sérieusement depuis quelques jours. V.A.

    INTERVIEW

    Julien Lepers: « Le Forum est la plus belle salle d’Europe ! »

    conference de presse FIFCL 2017-2_MG_7327.jpgAnimateur vedette de « Question pour un champion » pendant près de 28 ans sur France 3, mais également compositeur pour Michel Delpech ou Herbert Léonard, Julien Lepers est un artiste atypique aux multiples facettes. C’est à lui qu’a été confiée la présentation de la soirée de gala du festival qui aura lieu à l’Opéra Royal de Wallonie.

    Avez-vous tourné la page de votre ancienne émission ?

    Il faut la tourner cette page. Même si c’est une page qui est lourde à tourner, je n’ai pas le choix. On continue de m’en parler tous les jours. Mais c’est aussi une nouvelle vie qui s’offre à moi.

    Vous connaissez bien Liège et la Belgique…

    J’y viens régulièrement. Je suis venu à trois reprises me produire au Forum de Liège. C’est à mes yeux la plus belle salle d’Europe.

    Qu’allez-vous apporter à cette soirée de gala ?

    On y travaille. On en parle avec Adrien. C’est un rôle qui me tient à cœur. Si j’ai accepté de le faire, c’est pour le faire bien.

    Quel regard portez-vous sur ce genre d’exercice ?

    Chaque année, je regarde la cérémonie du Festival de Cannes. En tant que professionnel de l’animation, je trouve ça d’un ennui mortel ! Cette cérémonie a une vraie carence en termes de présentation.

    Aujourd’hui, quelle est votre actualité ?

    Je prépare mon retour à la télévision avec une nouvelle émission sur une chaîne de la TNT. Elle va s’appeler « Bethewone » et sera révolutionnaire. Grâce à une application gratuite du même nom, les téléspectateurs pourront jouer en direct et défier les candidats sur le plateau. V.A.

  • Thot nous offre un visa pour l’Europe

    On dit que celui qui ne change pas de cap meurt lentement. Sur son quatrième album, le groupe de rock industriel Thot délaisse les machines pour développer un nouveau son plus organique et plus chaud. Baptisée « Fleuve », cette nouvelle collection de chansons est une ode au voyage et au continent européen.

    Lire la suite