chickfight

  • Chickfight marche sur les traces de The Cure

    Chickfight et Jag Jago (c) libre de droits.jpgChickfight ne se repose pas sur ses lauriers. Un an et demi après la parution de « Slackers and Slaves », un premier album qui leur a notamment permis de se produire aux Ardentes, les rockeurs liégeois préparent déjà leur retour. Ils s’envoleront cet été pour l’Angleterre afin d’enregistrer leur deuxième essai au Brighton Electric Studio, un lieu mythique jadis fréquenté par The Cure.

    « C’est un honneur pour nous de pouvoir marcher sur leurs traces », confie Kevin Cocco, le chanteur et guitariste de la bande. « Ce studio propose du matériel et du personnel qu’on ne pourrait trouver en Belgique. Passer trois semaines là-bas représente un investissement considérable, mais nous sommes arrivés à un moment-charnière dans l’histoire de Chickfight. Deux de nos membres terminent leurs études cette année. Si l’un ou l’autre s’engage dans un boulot à la rentrée, ce sera beaucoup plus compliqué de partir aussi longtemps pour enregistrer à l’étranger. Nous avons donc décidé de tenter le tout pour le tout. Nous avons cassé notre tirelire pour nous offrir ces trois semaines dans un studio de pointe. C’est le moment où jamais si nous voulons devenir des musiciens professionnels. »

    Un producteur de renom

    Pour cela, Chickfight pourra compter sur les précieux conseils de Jag Jago, ancien guitariste de The Ghost of a Thousand aujourd’hui reconverti en producteur à succès. « Je lui ai envoyé notre démo sans trop y croire », sourit Kevin. « Je ne pensais pas qu’il serait intéressé, mais j’ai tout de même voulu tenter le coup car nous étions fans de son groupe. Nous étions tous sciés quand il nous a dit qu’il voulait travailler avec nous sur le disque. Il n’a pas accepté que pour l’argent, il est très impliqué. Il n’arrête pas de nous donner des conseils et il nous a même invités à passer quelques jours chez lui l’hiver dernier pour faire connaissance et visiter le studio. C’est une chance énorme de pouvoir compter sur son expérience, nous avons déjà beaucoup progressé grâce à lui. » Le nouveau disque de Chickfight ne paraîtra pas avant la fin de l’année, mais on est déjà curieux de l’entendre.

     > Chickfight enregistrera au Brighton Electric Studio entre le 28 juin et le 21 juillet. Pour les fans, le groupe partagera ses impressions sur son site Internet www.chickfight.be

  • Concerts à Liège : notre sélection de la semaine

    The Chap3 (c) libre de droits.jpg> SAMEDI  

    Les amateurs de jazz old school se frottent les mains. Samedi soir, le trompettiste verviétois Greg Houben se produira au Centre Culturel de  Flémalle, en compagnie de ses acolytes Quentin Liégeois (guitare) et Sam Gerstmans (contrebasse). Un voyage hors du temps sur le plateau des Trixhes. 

    A 20h30 au Centre Culturel de  Flémalle (7,50 euros en prévente).

     > SAMEDI  

    Vous avez déjà vu une écurie transformée en cage aux lions ? La Caserne Fonck va rugir de plaisir avec Triggerfinger, Romano Nervso et The Sore Losers, trois formations qui n’ont pas l’habitude de faire dans la dentelle. La soirée se poursuivra avec un DJ-set du patron des Carmes Bernard Hauffman, aussi connu pour ses impressionnantes rouflaquettes que pour son audace derrière les platines. Yeah !

    A 20h à la Caserne Fonck (20 euros en prévente).

     > DIMANCHE

    Les jours qui viennent s’annoncent torrides à l’Escalier. Le célèbre café-club de la rue Saint-Jean-en-Isle accueillera en effet trois concerts en l’espace de cinq jours. Pour le premier volet de ce triptyque, on retrouvera les londoniens de The Chap (photo), qui ont pris la bonne habitude de nous servir leur pop hédoniste une fois par an depuis 2007. Ceux qui étaient aux rendez-vous précédents ne manqueront ça pour rien au monde.

    A 20h à l’Escalier (6 euros).

    > MERCREDI

    Malibu Stacy est de retour. Quelques semaines après leur très bon concert à la Caserne Fonck, les rockeurs visétois reviennent en cité ardente pour défendre « We Are Not From », un des meilleurs albums belges de l’année. L’occasion de les voir en salle avant une tournée des festivals qui s’annonce triomphale l’an prochain.

    A 20h à l’Escalier (9 euros en prévente).

     > JEUDI

    Les membres de Chickfight sont à la fête. Non contents de célébrer leurs cinq ans de vie commune, Kevin Cocco et sa bande viennent d’annoncer qu’ils se rendront à Brighton l’été prochain pour y enregistrer leur deuxième album. Bougies d’anniversaires, guitares rageuses et titres inédits en perspective.

    A 20h à l’Escalier (5 euros en prévente).

  • 10 000 spectateurs attendus à l’Unifestival

    Chickfight3 (c) libre de droits.jpgRien n'arrête l'Unifestival. Fort des 10 000 spectateurs réunis l'an dernier, le comité organisateur espère une fois de plus réunir la grande foule sur le campus du Sart-Tilman, même s'il s’est autorisé une affiche plus pointue qu’en 2010. Si on y retrouve moins de noms ronflants que par le passé, elle fait toujours autant la part belle au rock, à l’électro et aux artistes du cru. On pourra ainsi voir à l’œuvre Chickfight (photo), Lieutenant, The Mash, The Last Row et The Kerbcrawlers, autant de formations en vue sur la scène rock locale. Parmi les DJ’s chargés d’animer la fin de soirée, on pointera également quelques habitués des nuits liégeoises comme JYR, Mark Hash et nos petits chouchous de Folie Douce, prévus en clôture sur la scène Mâson. Quinze jours après leur très bonne prestations aux Fêtes de Wallonie, les bruxellois de Montevideo reviendront quant à eux à Liège avec le statut de tête d’affiche. On peut compter sur eux pour faire des étincelles.

     > Unifestival, le 06/10 (17h-2h) sur le campus de l’ULg-Sart Tilman (gratuit).
     > Navettes gratuites vers le centre-ville entre minuit et 3h.