triggerfinger

  • Des flamands connus à la conquête du public liégeois

    Arsenal1 (c) libre de droits.jpgIl n’y a pas que pour les Wallons que la frontière linguistique est difficile à franchir. En Flandre aussi, des artistes qui cartonnent sur leurs terres peinent à susciter le même enthousiasme par chez nous. Ce week-end, la Caserne Fonck accueillera coup sur coup Triggerfinger et Arsenal, deux poids lourds des ventes de disques dans le Nord du pays. Et si on les connait peu ici, eux ne tarissent pas d’éloges sur le public liégeois.

    A ma gauche, les Anversois de Triggerfinger, véritables phénomènes du rock n’ roll made in Belgium. Privilégiant les guitares rageuses et les accents bluesy, le trio est surtout connu pour son savoir-faire scénique. Ca ne les a ceci dit pas empêché de voir leur dernier album couronné d’un disque de platine. Actuellement en tournée à travers toute l’Europe, Rubben, Mario et Paul débarqueront à Liège samedi soir, avec la ferme intention de faire parler la poudre.

    Du côté d’Arsenal (photo), on fait davantage dans la finesse, à l’image de l’équipe de foot du même nom. S’entourant de nombreux invités, les gantois John Roan et Hendrik Willemyns constituent le cœur de cette formation qui a déjà dilué son électro-pop hyper-dansante sur cinq albums, tous vendus par camions entiers dans le Nord du pays.

    De 800 à 8000 places

    John et Hendrik envahiront d’ailleurs bientôt la Lotto Arena d’Anvers, une des plus grandes salles de concert du pays. Avant cela, ils feront d’abord étape à la Caserne Fonck. « C’est vrai qu’entre les 8000 places de la première et les 800 de la seconde, il y a une fameuse différence », confie Hendrik, également connu pour ses participations à l’émission « Man Bijt Hond » sur la VRT. « Pourtant, chacune des deux dates a la même valeur à nos yeux. Quand on joue en Flandre, les spectateurs sont acquis à notre cause. Ils connaissent les morceaux par cœur, dansent de la première à la dernière seconde… En Wallonie, on a plus l’impression de devoir faire nos preuves comme à nos débuts. Du coup, quand ça se passe aussi bien qu’en 2008 aux Ardentes, la satisfaction est énorme. On a vraiment senti que les gens nous découvraient et qu’ils ont apprécié. Il faut dire que dans tout le pays, les liégeois sont connus pour leur sens de l’accueil. » Arsenal et Triggerfinger n’ont peut-être pas encore le succès d’une Selah Sue ou d’un Ozark Henry chez nous, mais ils savent s’y prendre pour nous séduire.

     > Triggerfinger + The Sore Losers + Romano Nervoso, le 12/11 (20h) à la Caserne Fonck.
     > Arsenal, le 13/11 (20h) à la Caserne Fonck.
     > Préventes (20 eur par concert au lieu de 24) au Media Markt, à la Fnac, au stand infos de Belle-Ile et sur www.sherpa.be


     

  • De nouvelles confirmations pour les Ardentes Club

    caserne fonck,channel zero,triggerfingerLes Ardentes Club sont décidément insatiables. Nous vous dévoilions récemment (ici) les nombreux concerts goupillés par les organisateurs du célèbre festival, avec notamment Ozark Henry en mode intime et Julien Doré au Forum. Pas du genre à se reposer sur ses lauriers, l’équipe de programmation vient d’annoncer de nouveaux évènements qui ont le don de nous chatouiller les papilles. On commencera en force avec la soirée de rentrée prévue le 23 septembre à la Caserne Fonck. On y retrouvera l’excellent producteur électro Calum Wright, alias D/R/U/G/S, et les DJ’s liégeois Dilf et Double Viking, habitués des soirées Folie Douce.

     Véritable révélation de la dernière édition des Ardentes, les français de Gablé feront quant à eux leur retour à Liège le 6 novembre prochain. Six jours plus tard, ce sont les rockeurs anversois de Triggerfinger (photo) qui se produiront à la Caserne Fonck, avec The Sore Lovers et Romano Nervoso en lever de rideau.  Last but not least, c’est maintenant au tour de Channel Zero de confirmer sa venue dans la jolie salle de la rue ransonnet.  Les légendes du métal belge s’y produiront le 24 novembre, pour un concert qui ne devrait pas tarder à afficher complet.  A bon entendeur…