Dans les coulisses des Hivernales de la Danse, là où l’on tend vers la perfection

S’il existe un seul endroit où on célèbre le beau geste, c’est sans doute celui-là. Tous les ans depuis 2012, le Gala des Hivernales de la Danse accueille les plus grands danseurs de la planète, pour un spectacle à couper le souffle. On doit cet évènement à Marie Doutrepont, une Liégeoise qui a notamment été danseuse du Royal Ballet of Covent Garden. Nous avons pu en visiter les coulisses, quelques heures avant la représentation du samedi soir.

La Caserne Fonck est sur son 31, en ce samedi 16 mars. Depuis 9h du matin, les artistes et les équipes techniques sont sur le pied de grue pour préparer le Gala. Pour la toute première fois, les deux soirées des Hivernales de la Danse affichent complet, ce qui ajoute beaucoup de fierté mais aussi une pointe de stress pour l’ensemble des participants. Du spectacle à l’espace VIP en passant par le bar, tout doit être absolument parfait pour accueillir les 900 spectateurs. Tout le monde s’affaire sans traîner, avec un incroyable sens du détail.

F57A7444.jpg

Une assistante en mode couteau suisse

Marie Doutrepont nous accueille un peu gênée. Elle ne pourra pas assurer la visite guidée, pour cause de rendez-vous chez le coiffeur. Là encore, ce souci de la perfection. Qu’à cela ne tienne, c’est son assistante Vanessa Mastronardi qui nous accompagnera. Hyper sollicitée, elle prendra malgré tout le temps de nous montrer l’ensemble des préparatifs, tout en répondant aux questions des bénévoles et à une bonne dizaine de coups de fil. On n’a toujours pas compris comment elle fait.

AD1A7494.jpg

Sur la scène, 11 petits rats répètent leur chorégraphie. Sélectionnés lors d’un casting, ils assureront l’ouverture du Gala. En les croisant un peu plus tard dans le backstage, on comprend vite qu’ils ne sont pas là que pour ça. L’accès aux coulisses leur permet aussi de parler et de demander des autographes aux vedettes qui se produiront après eux. Inconnus du grand public, des artistes comme Constantine Allen, Gabriel Arenas Ruiz, Igone de Jongh ou encore Aki Saito sont de véritables références dans leur domaine de prédilection. C’est pourtant en toute simplicité qu’ils se prêtent au jeu des dédicaces.

F57A0210.jpg

Un fer à repasser pour Gabriel

Un petit tour par les loges, où Gabriel Arenas Ruiz cherche désespérément un fer pour repasser sa chemise. On vous l’a dit, tout doit être impeccable. Vanessa lui promet de régler ça dans l’heure, puis nous emmène dans la salle réservée aux VIP. On y trouve des bouquets de fleur, entreposés là avant d’être offerts aux danseurs. Même les plus jeunes y auront droit. Les invités de marque pourront quant à eux dîner sur place et recevoir un sac rempli de petits cadeaux. Du shampooing, de la bière locale, un jeu de cartes, une clé USB… chaque sponsor du Gala y a été de sa petite attention.

F57A9466.jpg

Le foyer où se réuniront les autres spectateurs a lui aussi fière allure. Manges-debout, fleurs, cadres, éclairages tamisés… tout est réuni pour les accueillir dans les meilleures conditions. C’est aussi là qu’on installera le piano sur lequel une soliste liégeoise jouera avant le spectacle et pendant l’entracte. Le succès du Gala ne doit rien au hasard. C’est une machine parfaitement huilée, entièrement dédiée à la grâce.

G.S.

 > Infos : www.leshivernales.be

Aki Saito.jpg« Ici, je me sens comme chez moi »

Aki Saito fait partie des danseuses les plus sollicitées au monde. Nommée Principal du Ballet Royal de Flandres, elle se produit aux quatre coins de la planète. C’est pourtant la troisième fois qu’elle était présente aux Hivernales de la Danse, un évènement incontournable à ses yeux « Je suis arrivée en Belgique en 1994 », explique ce petit bout de femme originaire du Japon. « Je réside à Anvers, mais j’estime qu’il est important de me produire des deux côtés de la frontière linguistique. Si je suis venue aussi souvent à Liège, c’est aussi par amitié pour Marie. Elle a donné vie au Gala pour partager sa passion pour la danse. Elle a une énergie incroyable et elle est vraiment aux petits soins pour les artistes. Grâce à elle, je me sens comme chez moi quand je viens danser à Liège. »

G.S.

AD1A8229.jpg

AD1A7800.jpg

F57A7460.jpg

F57A0824.jpg

F57A9648.jpg

AD1A7551.jpg

Photos : Andrej Uspenski pour Les Hivernales de la Danse

Les commentaires sont fermés.