Un premier album pour Ébbène, le projet d’un Liégeois d’adoption

Il y a ceux qui naissent à Liège et ceux qui la découvrent plus tard. Ben Bailleux-Beynon émerge à la deuxième catégorie. Ancien membre des Tellers, avec lesquels il a connu un joli succès international il y a une dizaine d’années, il a débarqué à Liège par amour. Complètement sous le charme de la cité ardente, il revient aujourd’hui avec « Début de Soirée », le premier album de son projet Ébbène.

« C’est la première fois que je propose des chansons en français », explique celui qui a aussi fait partie du groupe Paon. « J’en écris depuis très longtemps, mais une forme de pudeur m’a toujours empêché de les dévoiler au public. Avec l’anglais, c’est plus confortable parce que les gens ne comprennent pas directement ce qu’on veut dire. En français, on est directement confronté à leur réaction. Il m’a fallu de longues années pour oser franchir le pas. »
 
 
La cité ardente dans la peau
 
L’emploi de sa langue maternelle n’est cependant pas la seule évolution dans le style de Ben. Même si les fans des Tellers et de Paon ne seront pas en territoire inconnu, Ébbène se distingue par son étonnante maturité. Le grain de folie des débuts a fait place à une plus grande maîtrise et à davantage d’assurance. Ben ose désormais s’affranchir davantage de ses influences folk-pop pour proposer des compositions plus personnelles.
Pour le live, il a fait appel à Jérôme Magnée, le multi-instrumentiste déjà aperçu dans Yew et dans Dan San. Le 8 mai prochain, ils seront tous les deux sur la scène du Reflektor, la salle-phare d’une ville que Ben n’est pas prêt de quitter. « Je ne connaissais pas bien Liège avant de venir y vivre », avoue-t-il. « J’y ai emménagé pour habiter avec ma petite amie, mais aujourd’hui, je n’imagine pas partir ailleurs. Les gens ici sont très chaleureux et au niveau culturel, ça bouillonne dans tous les sens. Je tenais absolument à présenter mon album en cité ardente, je m’y sens désormais comme chez moi. »

Jusqu’ici, « Début de soirée » était le nom d’un duo français calamiteux des années ’80. C’est désormais aussi celui d’un disque classieux qu’on ne se lasse pas d’écouter.
 
G.S.
 
- Ébbène – « Début de soirée », disponible chez les disquaires et sur les plateformes de streaming et de téléchargement.
- En concert avec Chance le 08/05 au Reflektor (16,50 euros en prévente).
 
Photo : Gilles Dewalque

Les commentaires sont fermés.