Dalton Telegramme a fait sa mue

Ce n’est pas qu’un deuxième album, c’est un nouveau départ. Trois ans après « Sous la Fourrure », Dalton Telegramme revient avec un second opus baptisé « Victoria ». Changements d’effectifs, virage musical, nouvelle approche dans l’enregistrement… sans renier son passé, la formation liégeoise a su se réinventer complètement. Entretien.

« Je n’arrête jamais de composer de nouveaux morceaux », explique Quentin Maquet, chanteur et guitariste du groupe. « Généralement, je me rends ensuite chez notre batteur Olivier Cox, qui possède du matériel d’enregistrement et un don inné pour les arrangements. J’ai commencé à lui présenter mes nouvelles compositions il y a environ deux ans, alors que nous tournions encore pour promouvoir le disque précédent. Nous nous sommes rapidement rendu compte que le répertoire évoluait. Le style folk et country des débuts s’est effacé pour faire place à une chanson française plus classique, avec des sonorités plus travaillées. »

Dalton Telegramme3 (c) Véronique Malmendier.jpg

Plus libre que jamais

Cette évolution n’enferme pourtant pas le groupe dans un genre particulier. Affranchi de ses racines et renforcé par l’arrivée de la choriste et claviériste Fanny Van hammée, le groupe semble aujourd’hui plus libre que jamais. « Nous ne nous sommes fixés aucune limite », confie Quentin Maquet. «Auparavant, quand nous enregistrions un nouveau morceau, on se demandait directement comment on pourrait le transposer en concert. Cette fois, nous avons décidé de scinder complètement les deux processus. Ça nous a permis d’imaginer des orchestrations plus ambitieuses. On a fait appel à des amis pour faire les cœurs ou ajouter de nouveaux instruments, sans se tracasser de ce que ça donnerait en live. Cette absence de contrainte a complètement libéré notre créativité. »

Dalton Telegramme1 (c) Véronique Malmendier.jpg

En concert au Bota

Que les fans se rassurent : Dalton Telegramme n’a pour autant pas oublié son goût pour la scène. Depuis des mois, le groupe travaille d’arrache-pied pour transposer ces compositions raffinées en live. On pourra se faire une première idée du boulot accompli le dimanche 13 octobre au Botanique à Bruxelles, à l’occasion du festival FrancoFaune. On est curieux de découvrir le résultat.

G.S.

 > Dalton Telegramme - « Victoria » - disponible depuis le 20/09 chez les disquaires et sur les plateformes de téléchargement.
 > En concert le 13/10 (20h) au Botanique dans le cadre du festival FrancoFaune. Préventes (17 euros au lieu de 20 euros sur place) disponibles sur www.botanique.be

Photos : Véronique Malmendier

Dalton Telegramme - pochette de Victoria - libre de droits.jpg

Les commentaires sont fermés.