La star française du violon jeudi soir à l’OPRL

Liège n’accueille pas tous les jours des musiciens de classe mondiale. Avec Renaud Capuçon, c’est l’un des plus grands virtuoses du violon qui se produira ce jeudi à l’OPRL. A 43 à peine, celui qui a reçu la Légion d’honneur et été promu Officier de l’ordre des Arts et des Lettres est une personnalité qui compte dans le paysage culturel français. Il entretient aussi une relation toute particulière avec l’orchestre liégeois, dont il ne cesse de vanter les mérites.

« Entre Renaud et l’OPRL, c’est une très longue histoire », sourit Daniel Weissmann, le directeur général de l’institution liégeoise. « Il jouait déjà avec l’orchestre il y a 15 ans, alors qu’il n’était encore qu’un tout jeune musicien. Il a ensuite mené une longue carrière internationale et nous l’avons un peu perdu de vue. Mais récemment à Bucarest, il a eu l’occasion de collaborer avec l’OPRL et son nouveau chef d’orchestre, le Hongrois Gergely Madaras. Ce fut un véritable coup de foudre artistique. Depuis lors, il ne tarit pas d’éloge à notre sujet. Il a d’ailleurs fait venir Gergely sur le plateau du Grand Echiquier, où il était l’invité d’Anne-Sophie Lapix. »

Renaud Capuçon et Laurence-Ferrari1 (c) libre de droits.jpg

Un côté people pour la bonne cause

Il faut dire qu’avec son look de gendre idéal et son discours rassembleur, Renaud Capuçon a su devenir le porte-parole de la musique classique dans les médias grand public. Son mariage avec la présentatrice télé Laurence Ferrari n’est sans doute pas non plus étranger à son succès dans les médias français. Chouchou des cérémonies officielles d’Emmanuel Macron, le violoniste utilise parfaitement son côté glamour pour défendre les causes qui lui tiennent à cœur. « C’est quelqu’un qui a très bien compris comment fonctionnent les médias à l’heure actuelle », souligne Daniel Weissmann. « Avoir épousé une star l’a sans doute aidé à se faire inviter dans les grands talk-shows français, mais il en a profité pour faire passer son message. C’est un artiste qui cherche à jeter des ponts et à casser l’image élitiste de la musique classique. Pour lui, tout le monde peut ressentir des émotions en écoutant un concerto de Bartók. Alors oui, on peut dire qu’il joue de son statut de people. Mais c’est avant tout pour promouvoir la culture pour tous, ce qui reste une noble cause ».

Les dernières places pour son concert à Liège sont disponibles à la billetterie de l’OPRL. Une chose est sûre : il n’y en aura pas pour tout le monde.

G.S.

 > Renaud Capuçon, le 05/12 (20h) à la salle philharmonique de l’OPRL.
 > Préventes (10, 14, 20, 32 ou 39 euros) disponibles via www.oprl.be

Les commentaires sont fermés.