Thomas Medard nous invite chez lui tous les dimanches

Il n’y a pas qu’en studio que les musiciens doivent se montrer créatifs. Dans la période troublée que nous connaissons, la promotion d’un nouvel album s’avère plus périlleuse que jamais. Entre les nouvelles macabres et les consignes de sécurité, il n’est guère aisé de faire parler de son projet musical. Certains s’en tirent cependant mieux que d’autres. Sur Facebook, le Liégeois Thomas Medard a lancé une série de « Room Sessions » qui font du bien. Résultat : près de 20 000 vues pour le dernier épisode en date. Un bon moyen de nous aider à tenir le coup, tout en mettant en lumière le nouvel album de son projet The Feather.

Thomas Medard est avant tout connu comme le co-leader de Dan San. En 2013, il publiait un premier disque solo baptisé « Invisible ». Il revient aujourd’hui avec « Room », un recueil de 11 titres où les guitares folk des débuts ont fait place à des synthétiseurs. « Le disque a été créé dans un contexte très particulier », révèle-t-il. « J’ai connu de graves problèmes de santé qui m’ont obligé à rester confiné à la maison pendant de longs mois. C’est pour ça qu’il s’appelle ‘Room’ : il a été entièrement composé dans ma chambre à la maison. A l’époque, j’étais bien sûr loin d’imaginer que tout le monde serait dans la même situation au moment de sa sortie. »

Les synthés ont remplacé la guitare

A la fois riche et soigné, « Room » marque une nette rupture avec les œuvres précédentes de son auteur. Si « Invisible » jouait parfois dans le même registre que Dan San, ce nouvel opus se distingue par un style radicalement différent. « Dans un groupe, on est toujours amenés à faire des compromis », sourit Thomas. « Ici, j’ai vraiment pu explorer des territoires qui plaisent moins aux autres membres de Dan San. Je me suis forcé à laisser ma guitare de côté pour ne composer qu’à partir de claviers et de lignes de basse. Ca a complètement changé ma manière d’écrire, qui est désormais plus fluide. C’est l’album que j’aime le plus dans toute ma discographie, mais je dis ça à chaque fois que j’en publie un nouveau. »

Tous les dimanches, l’artiste nous fixe désormais rendez-vous sur Facebook, où il partage des vidéos qui nous remontent le moral. Seul ou accompagné de musiciens qui jouent depuis chez eux, il propose un nouveau morceau par semaine. Une idée qu’il avait eue bien avant que ne débute la crise sanitaire que nous traversons, mais qui prend une dimension toute particulière en ce moment. Plus habitué que nous au confinement, Thomas sait visiblement comment nous aider à tenir bon.

G.S.

 > The Feather – « Room », disponible à partir du 24 avril.
 > De nouvelles Room Sessions tous les dimanches sur www.facebook.com/thefeatherbe

Photo : Gilles Dewalque

Les commentaires sont fermés.