Evènementiel : les salles liégeoises s’organisent

Il était temps que les affaires reprennent. Touché de plein fouet par la crise sanitaire, le secteur de l’évènementiel tente vaille que vaille de s’organiser pour sauver les meubles. Artistes, organisateurs et public ne demandent qu’une chose : pouvoir vibrer à nouveau ensemble, dans le respect des mesures d’hygiène. A Liège aussi, les acteurs de la culture ont développé des trésors d’imagination pour reprendre une partie de leurs activités. Avec l’adresse d’un funambule, tant ils sont appelés à revoir régulièrement leurs plans.

« Les concerts ont pu redémarrer en juillet dernier », se réjouit Laurent Boutefeu, directeur de la communication pour l’OPRL. « A l’instar du Forum, du Théâtre de Liège et de l’Opéra, nous faisons partie des quatre salles ayant obtenu une dérogation du Bourgmestre. Concrètement, nous avons le droit d’accueillir plus de 200 personnes par concert, à condition de rendre le masque obligatoire et de faire respecter une distance d’un siège entre les bulles. Nous avons aussi été obligés de supprimer les entractes et de fermer le bar et le vestiaire. »

Concert OPRL, Salle Philharmonique octobre 2020 - 3 (c) Photo OPRL.jpg

François De Brigode et Laurent Mathieu en soutien au Reflektor

Du côté du Reflektor, par contre, la configuration debout a compliqué les choses. La salle de la place Xavier Neujean a lancé récemment une formule cabaret, mais elle se heurte à la question de la rentabilité. « Le protocole nous permet d’accueillir environ 100 spectateurs attablés, soit six fois moins qu’en temps normal », grimace l’attaché de presse Jean-Yves Reumont. « Nous avons donc du reporter la majorité des concerts prévus car la recette serait trop faible. Nous essayons malgré tout de poursuivre une partie de nos activités. Certains acceptent de se produire dans ces conditions particulières, comme le Français Hugo Barriol. D’autres se manifestent aussi pour nous venir en aide, tels les journalistes François De Brigode et Laurent Mathieu. Ils proposeront un spectacle chez nous le 27 novembre. »

Reflektor1 (c) libre de droits.jpg

L’Austral Boréal garde le cap

Enfin, il y a ceux qui ont prévu d’organiser un évènement de longue date, tout en voyant défiler des mesures sanitaires parfois contradictoires. Parmi eux, on retrouve Christophe Voisin, coordinateur du festival Austral Boréal. Prévu de vendredi à dimanche, l’évènement est maintenu, grâce à la faculté d’adaptation hors du commun de ses organisateurs. « Les toutes dernières mesures en vigueur n’ont heureusement pas eu d’impact pour nous », sourient-ils. « Nous avions déjà mis en place une série de protocoles permettant d’accueillir le public dans les meilleures conditions. Même si nous avons dû nous plier en quatre, il nous semblait important de garder le cap. Notre festival est récent, il fallait garder un lien avec le public. On tenait à montrer qu’on ne baissait pas les bras. »
Un message fort et courageux, dans une période extrêmement délicate pour tous les acteurs de la culture. En attendant des jours meilleurs, les artistes et le public peuvent compter sur ces passionnés.

G.S.

Les commentaires sont fermés.